MALCOLM LOWRY : Le Loustic Lacunaire (bio)

Publié le par Systool

Malcolm Lowry naît près de Birkenhead, dans le Chesire (Angleterre), en 1909. Fils d’un riche marchand de coton qui détient des plantations en Egypte et au Pérou, Malcolm suit un parcours scolaire classique jusqu’à l’âge de 15 ans, lorsqu’il interrompt ses études et prend le large dans l’espoir de vivre des aventures passionnantes (son grand-père maternel était capitaine de navire) et rencontrer l’écrivain Nordahl Grieg à Oslo. Il retourne néanmoins au pays pour terminer brillamment ses écoles à Cambridge et écrit son premier roman, Ultramarine, qui bénéficie de critiques mitigées.

 

 

Lowry vit à Londres (où il cotoie Dylan Thomas), à Paris et en Espagne jusqu’en 1935, période à laquelle il rencontre sa première femme, Jan Gabriel, et déménage aux Etats-Unis, où il sera même interné en milieu psychiatrique pour son alcoolisme qui le ronge déjà. Ce sera l’occasion pour lui de trouver l’inspiration à la rédaction du Caustique Lunaire (Lunar Caustic), une nouvelle largement autobiographique et qui montre le talent de l’écrivain à dépeindre des personnages hantés par la dépendance. Lowry l’itinérant se déplace ensuite au Mexique, théâtre de son œuvre majeure, Sous le Volcan (Under the Volcano), un roman dense, mystérieux et rempli d’émotions qui décrit la dernière journée de Geoffrey Firmin, un consul britannique vivant à Quauhnahuac, entre les volcans Popocatepetl et Ixtaccihuatl. Malgré ce paysage paradisiaque, Lowry va nous narrer l’existance morne et désespérée de Firmin, qui noie son chagrin dans le mescal, boisson alcoolisée typique de la région en pensant au mariage raté avec son épouse, qu’il rencontrera une dernière fois en ce Jour des Morts (2 novembre).

 

L’écriture riche et poétique, non dénuée d’humour de Sous le Volcan lui vaudra, principalement à titre posthume, une reconnaissance comme l’une des œuvres les plus importantes de ce XXème siècle. Le manuscrit de son chef-d’œuvre sera remanié de nombreuses fois en raison du refus catégorique des éditeurs, ce qui permettra à Lowry d’y insuffler des éléments symboliques très évocateurs et tirés de la Cabbale. Cependant, la malchance mine l’écrivain qui devra ré-écrire Sous le Volcan à plusieurs reprises (à titre d’exemple, il l’oubliera dans un bar mexicain, un soir de beuverie).

 

 

La Malcolm Lowry Walk, à Roche Point, Vancouver, où l'écrivain a vécu plusieurs années

 


 

Malcolm Lowry rencontre sa deuxième femme, Margerie Bonner, écrivaine et comédienne, et ils habiteront quelque temps encore aux Etats-Unis, avant de se déplacer au Canada, où ils vivront une dizaine d’années (de 1945 à 1954) tranquilles et propices à l’écriture. Lowry souhaite se lancer dans un projet global et ambitieux de « Divine Comédie ivre », une collection reprenant le fameux principe de Dante : l’Enfer, le Purgatoire et le Paradis. Presque deux parties ont déjà été écrites (Sous le Volcan et le purgatoire de Lunar Caustic, incomplet), reste à trouver les forces pour rédiger le paradisiaque In the Ballast to the White Sea, qui ne verra malheureusement jamais le jour. Son triptyque The Voyage that never ends, en un sens prémonitoire par son titre, demeurera du domaine du rêve pour les lecteurs de Lowry qui le considèrent aujourd’hui comme un auteur aussi influent que Joseph Conrad, à cela près que Malcolm Lowry possédait de nombreux écrits restés en chantier.

 

Son alcoolisme et les troubles psychiatriques dont il souffre auront raison de lui en 1957, lorsqu’il meurt d’un probable surdosage de somnifères, dans sa maison du Sussex.

 

Son œuvre, vaste et parfois incomplète, a été compilée et publiée pour la première fois en 1992 (par les soins de Margerie Bonner et l’éditeur Douglas Day) et elle comprend, outre les titres déjà cités, Sombre comme la Tombe où repose mon ami et de nombreux poèmes et nouvelles. Disponible en français chez les Classiques Modernes du Livre de Poche, ceci représente un objet plutôt destiné au fan. A noter cependant que En route vers l’Ile de Gabriola et Ultramarine n’y sont pas présents. Pour s’initier au travail de Lowry, rien de mieux que son grand classique, Sous le Volcan, dont la longueur peut s’avérer astreignante, mais la récompense obtenue vaut tous les efforts.

 


Publié dans Writers

Commenter cet article

livreenlivelibre 26/07/2006 20:16

Salut Systool, Je n'avais jamais entendu parler de ce Tagore. Il faudra que j'en lise plus à son sujet. Ton blog est une mine d'or pour moi qui adore tant la littérature. Mais j'avoue que ton autre site sur la médecine me passionne un peu plus. Ou trouves-tu le temps de faire tout cela.
En tous cas, bonne continuation et Merci pour ton com. et ta venue sur mon blog.
Livre en Live Libre.

Systool 27/07/2006 12:06

Hello! Je suis heureux d'apprendre que tu trouves ici des sujets dignes d'intérêt... autant dans le domaine littéraire que médical... Oui, il faut savoir prendre le temps, mais quand on aime, on le trouve... ;-)A+

Bifsteak 04/06/2006 17:37

Bonjour! Je me suis permis de mettre un lien depuis un com de mon blog vers cet article (très bien). Bonne continuation!

Systool 04/06/2006 18:15

Je t'en prie, Bifsteak... je suis passé sur ton blog où je t'ai laissé quelques commentaires, d'ailleurs... :-DA+

Baba 20/04/2006 10:09

Blog bien fait et assez intéressant,bravo!

Systool 20/04/2006 10:30

Merci Baba! A+

Carpette 18/04/2006 20:06

coucou mon grand, bien passé ces fêtes? passe une très bonne soirée à bientôt.bisous

aLx 18/04/2006 17:19

Sympa l'article !

Systool 18/04/2006 19:07

Cool, merci!