Mad Men (Matthew Weiner, AMC)

Publié le par Systool

En apprenant que c'est Matthew Weiner, scénariste des SOPRANO (saisons 5-6), qui est à l'origine de MAD MEN, ma curiosité a été titillée comme un pédophile par la petite culotte d'un enfant de 8 ans. Centrer son propos sur des publicitaires ne s'avérait pas forcément la méthode la plus efficace pour attirer des spectateurs (des enquêtes policières et des situations médicales demeurent les sujets de prédilection des producteurs de séries TV). Cependant, le fait que ces advertising men soient dépeints durant les années 60 constituait en soi un excellent moyen de décrire les révolutions sociétaires qui ont eu lieu durant cette période : développement du marketing, chambardements politiques (l'accession de Kennedy au pouvoir, son assassinat, Martin Luther King...) et sociaux, notamment l'émancipation de la femme.

 

mad-men

 

Cela nécessitait un personnage capable de se placer comme le centre névralgique de MAD MEN : ce sera Donald Draper, un publicitaire talentueux et bosseur, se révélant par ailleurs un époux volage et dissimulant un passé pour le moins nébuleux. L'acteur qui l'interprète, Jon Hamm, n'avait pas brillé jusqu'alors, mais le rôle de Don Draper lui a permis d'éclater à la face du monde, et cela non sans mérite : l'Américain nous livre une prestation sans faille, tout en subtilité, provoquant chez le spectateur un mélange de fascination et de dégoût envers ce businessman à la fois empli de classe mais découvrant également une personnalité plus sombre. Lorsque débute MAD MEN, Don Draper est déjà un membre important de la firme Sterling-Cooper, dirigée par Roger Sterling (l'excellent John Slattery), un monstre de cynisme, et Bert Cooper, vieux de la vieille friand de japonaiseries. Plusieurs autres personnages gravitent au sein de la société, notamment Peggy Olsen (Elisabeth Moss), secrétaire de Don Draper qui gravira courageusement les échelons, ou encore Pete Campbell (Vincent Kartheiser), héritier d'un industriel désargenté qui nourrit une frustration sans commune mesure envers Draper. Citons en outre la secrétaire en chef Joan Holloway (Christina Hendricks), dont les courbes font mal aux yeux et qui joue à merveille son rôle de femme fatale.

 

madmen2

 

Lorsque les longues journées de travail touchent à leur fin, qu'une quantité industrielle de whisky et de cigarettes a été consommée – heureusement pour les acteurs, la loi californienne leur consent de fumer de fausses clopes aux herbes – il est l'heure pour Don Draper de regagner ses pénates et de dire bonjour à sa petite famille. Ses enfants Sally et Bobby, mais surtout son épouse Betty (January Jones), qui se lassera vite de sa condition de femme au foyer et flairera tôt ou tard les infidélités de son époux, malgré son comportement par ailleurs irréprochable. Matthew Weiner et son équipe de scénaristes et réalisateurs ont pris le parti de montrer en filigrane les changements qui opèrent dans cette société américaine de blanc-becs raciste, misogyne et homophobe. Par ailleurs, certains critiques ont curieusement taxé la série elle-même de ces adjectifs, alors que MAD MEN dépeint justement la réalité de l'époque. Cela s'avère d'autant plus étonnant lorsqu'on sait que la majeure partie des auteurs de la série sont des femmes... Outre le contenu, il est à signaler que le rendu esthétique sobre et classieux n'est pas étranger au succès de cette épopée signée American Movie Channel, la chaîne qui monte – elle est déjà responsable de l'ahurissant BREAKING BAD.

 

J'avoue qu'après une première saison qui englobait à merveille les ingrédients nécessaires à son succès critique (tension, suspense, style et une pointe d'humour), la suite – à savoir les saisons 2 et 3 – ne m'ont pas autant emballé. Certains diront que MAD MEN a gagné en profondeur, puisqu'une fois le « secret » de Don Draper révélé, il fallait forcément aller de l'avant en creusant notamment sa relation avec son épouse Betty et développer certains personnages secondaires. Mais justement, ce que la série de Weiner a gagné en profondeur, elle l'a perdu à mon sens en intensité. Néanmoins, les Emmy Awards ont plu sur ces (m)ad men et ce n'est pas le succès retentissant du 4ème volet qui les contredira. (C) Systool, 10/2010

 

MAD MEN

USA – 2007 à ?
Créé par Matthew Weiner

Avec Jon Hamm, Elisabeth Moss, Vincent Kartheiser, January Jones

 

WWW...

 

Quelques articles du GOLB : saison 123 - analyse

Publié dans TV Series

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

D&D 06/01/2012 23:36


Merci doc ' ! Voilà trois pistes quasi vierges pour moi, c'est cool ;-)


Ah ouais, Battles, je l'ai acheté tout de suite, et j'ai pas réussi à l'écouter vraiment encore : ça viendra, mais la première écoute n'a suscité aucun désir, alors que j'avais beaucoup aimé le
précédent.


J'écouterai quand même les Black Keys, mais je ne serais pas surpris que ce soit moins la fête (j'ai entendu le single) que la découverte d'Attack & Release, le premier que j'avais pu
découvrir par chez toi.


à +

SysTooL 06/01/2012 17:31


Comme par un fait exprès, j'ai repris le visionnage de MAD MEN cette semaine... rah c'est lent quand même mais ça reste agréable...



En termes de musique, comment dire, je n'ai pas été très assidu dans mes recherches de pépites estampillées 2011, peut-être, mais en même temps, j'ai tout de même épluché de temps à
autre les blogs et autres sites sur le site qui savent promouvoir une musique de qualité et j'avoue que la récolte n'a pas été très bonne...



Entre des valeurs sûres qui m'ont déçu (Battles, Talib Kweli, Arctic Monkeys, Black Keys) et des pseudo-bombes qui font plutôt office de pétard mouillé (Dub Trio), il resterait Bruce
Lamont, Iconaclass, Raekwon... :-/

D&D 06/01/2012 13:24


J'ai déjà dû te dire que j'ai globalement "renoncé" aux séries, mais celle-là me titille quand même. Je crois que je vais tenter, la première saison au moins !


En te souhaitant une bienveillante année 2012 pour toi et tes proches.


PS : pssst... t'aurais pas quelques coups de coeur musicaux 2011 à me chuchoter, histoire que je me décrasse un peu les oreilles ? :-)

SysT 02/03/2011 15:07



OK ;-)



caroleRxQ 02/03/2011 13:44



Quand j'ai dit que j'étais choquée c'était légèrement ironique...Mais que c'est bon quand tu te lâches "un peu" ^^