Mr. BUNGLE : Disco Volante (chronique, 1995)

Publié le par Systool

Avant d’officier chez FAITH NO MORE, l’un des groupes de metal les plus influents des années 90, Mike Patton jouait déjà avec ses potes de Mr. BUNGLE. Sauf que ce combo de déjantés faisait davantage figure de curiosité locale avant la signature, en 1991, chez Warner Bros., possible grâce au succès de l’album The Real Thing de FAITH NO MORE, justement. On retrouve dans ce premier album éponyme un mélange réjouissant de funk, de metal et de jazz, explicité par des titres comme My Ass is on Fire ou The Girls of Porn. Patton en profite pour nous asséner ses lyrics démoniaques et dérangées, tandis que les musiciens nous livrent des compositions alambiquées et apparemment sans queue ni tête.

 

 

En 1995, Mr. BUNGLE revient avec une deuxième galette, le délirant Disco Volante, qui se place comme l’un des albums les plus hétéroclites jamais sortis, dans la veine d’un Absolutely Free de Frank Zappa ou des compositions de John Zorn, ami de longue date de Patton. L’album débute avec le destabilisant Everyone I went to High School with is dead et sa production digne d’une démo de seconde zone. Après le bien nommé Chemical Marriage, cocktail de basse jazzy et de claviers tantôt dansants, tantôt macabres, on a droit à un Carry Stress in the Jaw qui dépasse les limites de l’extravagance, grossièrement séparé en deux parties : dans la première, le groupe alterne entre une atmosphère tendue et des riffs de death metal sur fond de trompettes enflammées. Dans la seconde moitié, Patton nous la joue enroué – dans le style du Dr. Gonzo dans Las Vegas Parano – tandis que la guitare et le clavier de Trey Spruance le suivent à la trace. Comme disait Frank Zappa, « parler de musique, c’est comme danser sur de l’architecture ». Rien de plus vrai avec Mr. BUNGLE. Comment décrire en des termes simples et à la fois suffisamment évocateurs une musique aussi riche et délirante que celle-ci, sans tomber dans la futilité? Autant l’écouter directement…

 

Sur Desert Search for Techno Allah, la bande d’Eureka nous assène des beats inquiétants sur fond d’electro arabisante, alors que Patton déblatère des insanités dont il a le secret. Ce n’est pas le titre suivant, Violenza Domestica, qui risque de changer la donne. Curieuse fusion entre une bande originale de film noir et des accordéons napolitains, Patton nous expose une histoire terrifiante dans la langue de Dante, dont il lui reste d’ailleurs à maîtriser quelques notions de grammaire. Le chanteur nous montre un semblant d’émotion sur After School Special, cependant toujours empreint d’une épaisse couche de second degré, tandis que le virevoltant Phlegmatics et le pittoresque Ma Meeshka Mow Skwoz poursuivent les hostilités, à mi-chemin entre un générique des Looney Tunes, une musique de western et un film de Kusturica. Il semble pour le moins ardu de trouver ses marques en écoutant un disque aux influences aussi décousues mais cela en fait l’attrait principal de Disco Volante. N’hésitez cependant pas à presser sur le bouton STOP si vous avez l’impression que vos pieds se détachent du sol ou que vous êtes la réincarnation de Genghis Khan.

 

 

 

Après le morceau-fleuve The Bends, soit la sommation en dix minutes des couleurs variées qui ornent le blason de Mr. BUNGLE, on nous livre un Backstrokin’ plus léger, ainsi qu’un Platypus complètement siphonné : on a droit d’entrée de jeu à un riff saignant, mais bien vite, le groupe appuye sur le frein et nous assène la basse sinueuse de Trevor Dunn et des trompettes absurdes, tandis que Patton joue les crooners. Quelle claque! L’album se conclut avec l’ambiance guillerette de Merry Go Bye Bye qui se mue en death metal ultra-violent, avant de terminer sa course dans des contrées electro cacophoniques. Cette heure de musique fabuleuse nous aura fait défiler nombre de paysages au caractère à la fois palpitant, burlesque et angoissant. Difficile, une fois que l’on a découvert un tel groupe, de rester cantonné dans un seul style musical. On passe ici des BEACH BOYS à SLAYER, de Morricone à John Zorn, souvent au sein d’un seul et même titre. Et ce ne sont pas les albums suivants de Mike Patton, avec Mr. BUNGLE (qui abdique en 1999), FANTOMAS ou PEEPING TOM, qui risquent de nous contredire : ce monsieur aura cristallisé avec brio la musique de ces cinquante dernières années : jazz, rock, funk, hip hop... Une seule constante : cette envie de surprendre à chaque fois l’auditeur. Et le moins que l’on puisse, c’est que c’est réussi.

 
 

 

Mr. BUNGLE : Disco Volante (Warner Bros., 1995)

 


 

 

 

Ecoutez une parodie des Red Hot Chili Peppers par Mr. Bungle (on s'y croierait)... sorry pour la qualité

Publié dans Rock

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

nyko 21/05/2007 23:12

moi aussi j'ai longtemps réduit Mr Bungle à Mike Patton. Jusqu'à ce queje vois Secret Chiefs 3 en concert et que je m'intéresse à leurs albums.Et j'insiste à nouveau sur Estradasphere : essaye d'y jeter une oreille, je suis sur que ca va te plaire

Systool 22/05/2007 15:09

Je n'y manquerai pas! Merci Nyko!

nyko 20/05/2007 22:36

salut,ce "disco volante" est l'un de mes disques fériche.Par contre, contrairement à ce qui est dit, la tête pensante de ce disque n'est pas Mike Patton mais Trey Spuance qui a composé la quasi totalité de ce disque.D'ailleurs les 1ers disques de son groupe, Secret Chiefs 3, sont assez proche de "disco volante" surtout pour le côté oriental.Si tu ne connais pas, je te conseille d'y jeter une oreille.Dans la même famille, je te conseille aussi Estradasphere qui est également un groupe de malades et qui font des mélanges improbables : jazz, métal, country, klezmer, musique tsigane... (j'y ai consacré un article d'ailleurs)a +

Systool 20/05/2007 23:22

Hello Nyko! C'est vrai qu'en tant qu'inconditionnel de Patton, j'ai tendance à tirer la couverture en sa faveur et que je n'ai sans doute pas loué suffisamment le travail des musiciens, et celui de Spruance en particulier... tu as bien raison de le noter... merci! Et pour SC3, Thom m'en a parlé une fois, mais je n'ai jamais écouté ça... ça ne saurait tarder!A+

rxqueen 05/11/2006 19:42

C'est chose faite! J'ai enfin écouté cet album...Depuis le temps que j'en entends parler...Conclusion:
C’est un truc de malade ! Cet album je le vois comme une compilation de BO de films…Passant du film muet, au film d’horreur série B, au cartoon, ambiance à la Emir Kusturica, au film kitch 70’s…Bref, c’est un gros n’importnawak, déstructuré qui pourtant à sa propre identité…Une sorte de grosse blague à prendre au 15em degré ! C’est surréaliste, fantastique, déjanté, inclassable! Qu’on aime ou qu’on déteste, il ne laisse pas indifférent. 
Patton est fou, c’est une certitude…Album à écouter à dose homéopathique car il peut nuire à votre santé mentale !
Dans peu de temps je m'écoute California!

Systool 05/11/2006 21:08

Excellente description! California est beaucoup plus "orienté" et structuré... mais très bon aussi!

Bifsteak 02/11/2006 10:59

Yes!! très spécial DiscoVolante, mais très bon... Une petite préférence en ce qui me concerne pour California, plus classique, avec des petites perles comme "Pink Cigarette" ou "Retrovertigo", qui sont crooneuses et baveuses à souhait! A +

Systool 02/11/2006 14:20

Ah oui, California est excellent aussi, mais plus "rangé", comme tu dis... :-)A+ Bif, et merci

BELLE LOUGAT 28/10/2006 19:16

Doc, Cela m'arrive d'écouter ce genre de musique surtout quand un groupe de mes amis débarquent chez moi et qui s'éclatent comme des fous sur certains morçeaux de quelques artistes qui figurent dans ton site. Bisous

Systool 29/10/2006 12:30

Ah excellent... tu as des amis sympas ;-)