WALL-E (A. Stanton, 2008)

Publié le par Systool


Voilà plus de dix ans que PIXAR divertit petits et grands avec ses films d'animation, repoussant à chaque reprise les limites de la technologie. Rachetée en 2006 par Disney pour la bagatelle de 7 mia de dollars, la société détenue à 50,6% par Steve Jobs, boss d'Apple, a fait paraître Ratatouille, l'histoire d'un sympathique rongeur se distinguant par ses qualités de cuistot. J'avais apprécié, outre le rendu graphique exceptionnel, l'idée de faire évoluer un jeune garçon avec ce rat dissimulé sous sa toque. Le message en filigrane est celui qui a souvent caractérisé Disney, à savoir la nécessité de laisser sa chance à tous afin qu'ils réalisent leurs rêves ou encore la tolérance à l'égard de l'autre. La donne semble avoir changé quelque peu avec WALL-E, nouveau venu des studios Pixar/Disney, puisque le film contient nombre d'éléments en nette cassure avec ce que l'on a pu admirer jusque là. On suit donc Wall-E (Waste Allocation Load Lifter – Earth class), un robot qui, comme son nom l'indique, a la tâche difficile de compacter les montagnes de déchets se trouvant sur la Terre, une planète désormais dévastée et inhabitée. En effet, suite à l'ascension infernale de la consommation, les hommes ont été contraints de quitter la planète et de s'exiler dans l'espace, à bord de vaisseaux spatiaux (et spacieux) tels que l'Axiome, un immense centre de divertissements. Pendant que certains boivent des litres de soda et pianotent sur leur écran à longueur de journée, Wall-E, ce gros cube orange, se tape le ménage avec ses bras en forme de pelles mécaniques. La machine est pour ainsi dire seule au monde, hormis un insecte qui le suit partout. L'arrivée d'Eve, un robot nettement plus évolué que Wall-E (un iPod contre un vieux magnétophone, en gros), va chambouler l'existence de notre héros.

 


Pixar a réussi le pari – assez osé, il faut l'avouer – de proposer un film très contemplatif, avec un minimum de dialogues et même une certaine critique sociale (sic), et par la même occasion d'engranger à la fois des critiques dithyrambiques et de gros paquets de dollar. En effet, de longues minutes s'écoulent avant qu'on aperçoive un personnage d'une certaine envergure – en l'occurrence Eve – qui puisse cotoyer Wall-E. De même, l'idée de proposer une critique de cette société d'hyperconsommation et d'entertainment est carrément gonflée, quand on sait que Disney s'est illustré comme un paradigme du genre, créant des dessins animés et des parcs à thème à la pelle, sans parler des produits dérivés. L'autre problématique majeure est la question de l'environnement qu'on nous vend à toutes les sauces (automobiles, crèmes pour le visage, sachets plastiques, eco-cleaning dans les hôtels) et sur laquelle Andrew Stanton et ses sbires ont sauté sans se faire prier. L'apocalypse mercantile déclenchée par le géant industriel Buy 'n' Large a provoqué la disparition de toutes les espèces vivantes et l'exil des être humains, qui n'ont à vrai dire plus grand chose d'humain, puisqu'ils sont dépeints comme de gros blobs flottants dans un siège et constamment scotchés à un écran d'ordinateur. La créature la plus à même de provoquer des émotions chez le spectateur est finalement Wall-E, un E.T. du XXVIIIème siècle dont les yeux opaques en ont fait fondre plus d'un. Impossible de ne pas mentionner également la bande-originale du film qui a le culot de se baser sur de vieilles mélodies telles que La Vie en Rose, comme pour mieux coller à cette ambiance de nostalgie, la nostalgie d'une époque où l'être humain savait apprécier des choses simples...

 


WALL-E

USA – 2008

réalisé par Andrew Stanton

Publié dans Movies

Commenter cet article

SysTooL 06/06/2009 12:21

Oui :-)

eelsoliver 06/06/2009 09:25

c'est  ce que j'ai entendu dire également au sujet de là haut, après faut voir!

SysTooL 05/06/2009 11:47

UP n'a semblerait-il pas réussi à l'égaler en termes de qualité artistique...

eelsoliver 05/06/2009 01:06

sinon pr rebondir sur ce film d'animation fabuleux, je trouve qu'il s'agit du chef d'oeuvre absolu de Pixar. Une véritable merveille. ca va pas être facile de passer derrière ce bijou.

SysTooL 03/06/2009 17:37

Content que tu aies réglé tes petits soucis techniques! A+