Nicolas Bouvier : Chronique japonaise (Ed. Petite Bibliothèque Payot)

Publié le par Systool

Je m'étais promis de lire Chronique Japonaise avant mon voyage au Japon. Finalement, c'est six mois après mon périple que je daigne enfin découvrir les pérégrinations nippones de Nicolas Bouvier, écrivain-voyageur genevois dont j'avais pu apprécier L'Usage du Monde il y a une dizaine d'années. Considéré comme l'un des conteurs itinérants les plus avisés, Bouvier se distingue par son franc-parler non dénué de poésie et son sens de l'épure. Plutôt que d'énoncer des théories (inter)minables, il se plaît à offrir au lecteur une sensation, une fulgurance qui résumerait son impression face à ce peuple ne manquant jamais de fasciner les occidentaux : la réserve naturelle, l'opiniâtreté à la tâche et le goût de l'esthétisme du Japonais va tour à tour séduire et décontenancer le voyageur helvétique, celui-ci avouant qu'il ne connait pas d'autre pays plus habile « pour vous retirer avec tant de dextérité la chaise de dessous les fesses ».

 



L'intérêt majeur de cette chronique réside dans sa double description : d'une part le voyage de Nicolas Bouvier, s'étendant principalement de 1964 à 1966, de Kyushu à Hokkaido. De l'autre, une rétrospective de l'histoire du Japon. On débute avec une ébauche hilarante de la cosmogonie nippone, les esprits divins (Kami), la déesse Amaterasu et sa descendance humaine, personnifiée par Jimmu Tenno qui fonde très exactement l'état japonais le 11 février en 660 avant J.-C., selon la légende. On poursuit avec les relations millénaires avec la Chine et la Corée, ainsi que le développement du Bouddhisme de concert avec le Shintoïsme, les deux religions coexistant au Japon depuis belle lurette sans que cela ne pose de souci manifeste. Au Moyen-Age, on prend contact avec les Européens (Hollandais et Portugais en premier lieu) dont les manières et l'hygiène laissent à désirer. Néanmoins, le pragmatisme asiatique prend le dessus et le négoce devient florissant, l'île de Kyushu se plaçant comme un comptoir important de la région. Suivra une époque particulièrement austère où le Japon se repliera sur lui-même et déplacera sa capitale de Kyoto à Edo (Tokyo) : l'ère de Tokugawa. C'est l'arrivée présomptueuse des Etats-Unis dans cet eldorado coupé du monde qui coïncidera avec l'avénement de l'ère Meiji, synonyme d'ouverture et de réformes. La suite, nous la connaissons tous : guerre contre la Chine, la Russie, une 2ème guerre mondiale qui laissera le pays exsangue, celui-ci payant l'insigne honneur de subir les affres de la bombe atomique. Sans oublier le terrible séisme qui détruit Tokyo en 1923.


Bien entendu, nous ne bénéficions pas d'une description de l'essor industriel massif des années 70, faisant de cet archipel la 3ème puissance économique mondiale, ni de la frénésie urbaine des mégalopoles que sont devenues Tokyo et Osaka. Par contre, nous pouvons apprécier cette époque où la capitale était encore – partiellement – préservée de la folie verticale des buildings. Bouvier en sillonne les quartiers de Ginza, d'Ikebukuro (à l'époque carrément malfamé!) et Shinjuku, où l'on était sans doute bien en peine d'imaginer que vingt ans plus tard, les gratte-ciels pousseraient comme des champignons. Une lecture plaisante et rapide, idéale pour tous les amoureux de ce pays unique. (C) Systool, 6/2009


Nicolas Bouvier – Chronique Japonaise

(Petite Bibliothèque Payot)


(Merci Tu)

WWW...

 

Publié dans Books

Commenter cet article

SysTooL 05/06/2010 16:31



Bon week-end, D!!!



D&D 05/06/2010 01:00



C'est un charme particulier aussi, de lire un livre lié à un pays que l'on a pu découvrir...


J'ai une amie qui revient d'un petit séjour au Japon où elle tenait absolument à retourner après l'avoir découvert il y a deux ans. Je crois qu'elle y est très attachée, déjà. Je lui parlerai de
ce livre.


Bon week-end, Donc ;-)


 



SysTooL 16/01/2010 11:47


Hello! Désolé pour les pubs, je ne maîtrise pas le contenu... :-)


Miss Sunalee 16/01/2010 11:20


Bon, et bien ça me donne envie de continuer à lire les oeuvres complète de Bouvier qui sont sur ma PAL !

A part ça, ton site est horrible pour moi: il titille mes envies de chaussures Chie Mihara avec la pub Sarenza qui s'ouvre à chaque page

Et puis rendez-vous sur Bruxelles-Bangkok-Brasilia, si ça t'intéresse...


SysTooL 14/12/2009 09:31


Ah voilà, merci Nico!!! :-) Cool de te retrouver par ici ;-)