Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon père (Ed. Babel)

Publié le par Systool

Sous ce titre aux allures anthropophages se cache une parabole de Roy Lewis sur la société actuelle : Ernest, un primate évoluant il y a environ 500'000 ans (soit le Pléistocène moyen), ne manque pas de s'émerveiller face aux idées géniales de son père Edouard. Esprit progressiste, celui-ci s'engage dans des discussions enflammées avec son frère Vania : partisan de l'utilisation du feu à toute fin utile, il considère que les hominidés se doivent de fouler le sol sur leurs pattes arrières, là où l'oncle Vania possède une vision plus traditionnelle, en respect avec la nature, quitte à retourner sur les arbres, même s'il est bien content de se trouver au coin d'un bon feu. Via les différentes inventions d'Edouard et sa horde (les pointes de javelot chauffées, la cuisine, l'arc, l'union d'individus issus de tribus différentes), on aborde avec humour l'éternelle discussion des limites à franchir pour être à la fois dans un environnement confortable et naturel.

 

row lewis


Roy Lewis n'est certes pas un historien, mais un journaliste et sociologue britannique ayant collaboré pour The Economist et The Times, et pourtant The Evolution Man (Pourquoi j'ai mangé mon père) est intéressant par bien des aspects : les situations sont constamment abordées avec second degré, les personnages s'exprimant par ailleurs avec un langage châtié plutôt que des borborygmes. Puis, évidemment, le fait de suivre cette famille nous permet de découvrir sur l'arc de quelques années les « interrogations » majeures auxquelles ces hommes préhistoriques ont dû faire face à cette époque, ceci en évitant du coup les écueils pesants d'un récit plus réaliste. Puis, de par les différents niveaux de lecture, on peut aisément imaginer qu'il s'agit d'un parallèle avec la société du XXème siècle, où le feu pourrait être comparé à l'arme nucléaire, à la fois utile pour éloigner les fauves et autres prédateurs, mais dangereux s'il n'est pas utilisé avec précaution.


Mais ce sont surtout les personnages de Roy Lewis qui sont attachants : Ernest, le narrateur, qui sous l'exhortation de son père s'en ira (avec ses frères) chercher une compagne dans une autre région, afin de « mélanger les gènes » et promouvoir l'évolution, mais aussi, évidemment Edouard, un génie de son temps sans cesse en train d'imaginer de nouveaux stratagèmes pour faire évoluer son espèce. Un récit plaisant et qui se dévore en quelques bouchées, idéal pour assouvir notre instinct primitif de lecture.


Roy Lewis – Pourquoi j'ai mangé mon Père

disponible aux Editions Babel

Publié dans Books

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

rxqueen 16/03/2010 17:25


Non pas que je sache ^^


SysTooL 16/03/2010 16:23


Pourquoi, il a mangé son père?


rxqueen 16/03/2010 15:18


Ca c'est un livre pour Syco ^^