Nick Abadzis : Laika (Ed. Dargaud)

Publié le par Systool

 

Revivre l'épopée de Laika, le premier être vivant envoyé dans l'espace, me semblait une lecture intéressante, surtout si cela survenait par le biais de la bande dessinée. Celle-ci est parue en 2007 dans sa version originale et traduite en français deux ans plus tard chez Dargaud. Nick Abadzis, dessinateur britannique connu essentiellement pour ses contes pour enfants (Hugo Tate et Mr Pleebus), a choisi de nous narrer trois histoires en parallèle qui culmineront avec le lancement de Spoutnik II, le 3 novembre 1957, dans le cadre du vaste programme de propagande soviétique instauré par Nikita Krouchtchev.

 

On suit tout d'abord Sergueï Korolev, arrêté (à tort) en 1938 pour « activité anti-soviétique » par les sbires de Staline qui sera libéré quelques années plus tard, devenant le grand artisan du programme spatial national. C'est ensuite le destin du chien errant Koudriavka (rebaptisée Laïka – l'aboyeuse - peu avant son périple) qui nous est raconté, avec ses différents propriétaires et enfin son intégration au sein de l'équipe de chiens cobayes de l'institut de médecine aéronautique, dont s'occupe avec diligence Yelena Doubrovski.

 

laika420

 

Le mérite de Nick Abadzis est d'avoir su intégrer des éléments douloureux de la Guerre froide avec une histoire touchante et pleine de poésie qui demeure néanmoins un conte pour enfants. En effet, il s'agit pour le lecteur adulte de lire entre les lignes pour cerner véritablement les tenants et aboutissants du régime soviétique (les faux témoignages qui ont mené à la condamnation de Korolev, le secret sur le destin de Laika qui a longtemps été caché à la population). C'est en effet après l'effondrement de l'URSS que de nombreux éléments ont resurgi, via l'autobiographie de Krouchtchev lui-même, la réhabilitation de Korolev dans la mémoire collective et le questionnement éthique sur le sacrifice de ce chien pour une mission organisée à la va-vite, ce afin de coïncider avec le 40ème anniversaire de la Révolution Russe. L'intérêt scientifique de la mission Spoutnik II était en fin de compte plutôt modeste et surtout destiné principalement à mater la concurrence américaine.

 

L'attachement que les différents personnages éprouvent pour cet animal, l'esprit de sacrifice au nom d'une nation et d'une « idée », ou encore les relations tendues entre les intervenants de la mission sont les thématiques majeures de ce récit agréable à l'oeil et facile à lire, malgré des cases parfois minuscules. La vie héroïque d'un chien qui ne demandait que des caresses, envoyé en orbite dans un voyage sans retour. Wouaf! (C) Systool, 2/2010

 

Nick Abadzis – Laika

(Editions Dargaud)

 

WWW...

 

Le site officiel de la BD

Publié dans BD - Manga

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

SysTooL 28/09/2010 11:11



Ah ouais, c'est clair... pas drôle, les récits historiques! Ils pourraient au moins changer la fin!



La bUze 28/09/2010 00:34



ph non, tu racontes la fin...