MADLIB : Biographie

Publié le par Systool

 

La musique a toujours été une affaire de famille, chez les Jackson... Otis Jackson, j'entends. Depuis sa prime enfance, Otis Jr joue avec les boutons de la table de mixage, dans le studio paternel. Nourri au jazz et au blues, il deviendra MADLIB, l'un des producteurs les plus remarquables de ces dix dernières années. C'est tout d'abord avec ses potes de fac d'Oxnard (CA) qu'il fonde LOOTPACK, biberonné au son West Coast et bien vite dans le radar de Peanut Butter Wolf qui les signe sur son label Stones Throw. Aujourd'hui encore, MADLIB fait paraître ses albums sur Jet de Pierres ; une affaire de famille, vous disait-on. Soundpieces : Da Antidote est la seule galette de LOOTPACK qui a vu le jour, mais cela a suffi pour asseoir le talent de 'LIB. Ses instrus fumeuses (grosse rythmique, basse proéminente) se calquent à merveille sur les battles de MC Wildchild avec leurs compères de DILATED PEOPLES et THA ALKAHOLIKS.

 

madlib1

 

L'année suivante, c'est une claque dont le monde du hip hop left-field ne s'est jamais vraiment remis : QUASIMOTO. Ce pantin au groin porcin et à la voix gonflée à l'hélium n'est autre qu'un alter ego créé par MADLIB que les plus attentifs auront déjà remarqué sur deux titres de LOOTPACK. L'idée d'enregistrer sa voix au ralenti et de la pitcher vers le haut viendrait du fait que les amis de MADLIB se moquaient de la tonalité de son organe vocal original, proche d'un Barry White... The Unseen regroupe plus d'une vingtaine de titres qui piochent allègrement dans le jazz et la soul, avec une bonne louche d'expérimental, de rythmes détraqués et surtout le flow totalement incontrôlable de Quasimoto. Cet amateur de ganja se place comme une caricature de violence et de bêtise sans nom. Ce trip réalisé lors d'une semaine sous champignons hallucinogènes permettra à MADLIB de se tailler une part conséquante du gâteau hip hop décalé de la côte ouest. Cinq ans plus tard, son personnage reviendra avec le non moins excellent Further Adventures of Lors Quas, toujours enclin à recycler des tirades de films de Melvin Van Peebles, réalisateur de la mouvance blaxploitation.

 

madlib2

 

Entre temps, Otis Jackson Jr multiplie les projets, que ce soit en solo ou en équipe : il produit des titres de l'apocalyptique DUDLEY PERKINS, et livre également quelques boucles pour DE LA SOUL ou SLUM VILLAGE. C'est ainsi qu'il fait la connaissance de J DILLA, l'autre grand producteur de la dernière décennie, décédé en 2006 des complications d'une maladie sanguine (le purpura thrombotique thrombocytopénique, pour ceux que ça intéresse). Les deux gaillards graveront ensemble un curieux LP : Champion Sound, sous le patronyme contracté JAYLIB. Durant la même période, MADLIB potasse ses vinyles de jazz et crée le YESTERDAY'S NEW QUINTET, faisant montre de ses talents de musicien et de grand mystificateur. En effet, les membres censés former ce quintette ne sont autres que des personnages inventés par Jackson, encore une fois... En 2003, Shades of Blue permet au touche-à-tout de défricher les classiques de Blue Note en les reproposant sous forme de samples.

 

madlib3

 

Ce lustre particulièrement riche se conclut avec MADVILLAIN, ou l'amalgame de MADLIB et de MF DOOM, vengeur masqué du hip hop, pour un album qui a la saveur des grands classiques alternatifs, mêlant des instrus barrées avec une thématique de comics. Depuis lors, le producteur a prêté ses talents à pléthode d'artistes : GHOSTFACE KILLAH, TALIB KWELI, ERYKAH BADU (quatre titres de l'énergique New Amerykah part I) ou encore MOS DEF sur The Ecstatic. C'est bien simple : on se l'arrache. Mais le garçon ne se monte pas la tête. Il travaille toujours sur de vieilles machines, négligeant les ordinateurs et se plaçant comme un drôle d'artisan musical. Il n'oublie pas ses amis de STRONG ARM STEADY et GUILTY SIMPSON, également dans l'écurie Stones Throw, pour lesquels il a récemment concocté sa mixture secrète. En parallèle, son succès lui permet de bénéficier d'un privilège unique : sortir ce que bon lui semble sous sa propre étiquette. On a déjà pu se délecter avec sa série Beat Konducta qui explore la musique de film, ses péripéties indiennes et un hommage à J DILLA. Encore plus fou, mais pas toujours très judicieux, son Medicine Show : une galette pour chaque mois de 2010, allant d'influences brésiliennes, jamaïcaines, à des délires psychédéliques ou jazz. Quand on vous disait qu'il faisait feu de tout bois. On pourrait encore vous parler (m)ad libitum de cet individu atypique du paysage musical actuel, mais à quoi bon, lorsqu'il y a des heures de très bonne musique à écouter? Alors, à vos casques!

 

 

Discographie sélective :

 

LOOTPACK – Soundpieces : Da Antidote! (1999)

http://www.youtube.com/watch?v=0gEPxgPQmRc

 

QUASIMOTO – The Unseen (2000)

http://www.youtube.com/watch?v=2_5edxArGT8

 

MADLIB – Shades of Blue (2003)

http://www.youtube.com/watch?v=apN0AXjJxQE

 

JAYLIB – Champion Sound (2003)

http://www.youtube.com/watch?v=VRzRSCRZweY

 

MADVILLAIN – Madvillainy (2004)

http://www.youtube.com/watch?v=rpaonSDPw7Y

 

QUASIMOTO – Further Adventures of Lord Quas (2005)

http://www.youtube.com/watch?v=glUG04b4KP0

 

BEAT KONDUCTA – Volumes 1-2 : Movie Scenes (2006)

http://www.youtube.com/watch?v=ii2Z_AJ5Zeo

 

MADLIB - WLIM AM : King of the Wigflip (2008)

http://www.youtube.com/watch?v=_YFEO0ZwZLc

 

 

WWW...

 

Le site de Stones Throw Records

Une bio sur AllMusic et Wikipedia (eng)

 

 

Publié dans Hip Hop

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

SysTooL 06/12/2010 07:44



C'est un super compliment, en tout cas!



D&D 05/12/2010 23:52



Le traitement de la voix, même le rapport à la rythmique, voire certains types d'arrangements, plutôt vers la période "Sign o the Times", hors singles. Des trucs genre "Housequake". Le rapport au
Jazz aussi.


Mais peut-être que je fais le rapprochement surtout parce que Prince est un des rares trucs que je connais, enfin que j'ai connu ;-)



SysTooL 05/12/2010 17:40



Alors Prince, j'ai pas trop le rapprochement, mais pourquoi pas?



D&D 05/12/2010 14:26



Je connaissais as, of course... Très chouette à découvrir... J'ai l'impression qu'il aime bien Prince aussi, mais bon, peut-être que je projette !


Bon dimanche, doc' ;-)



SysTooL 27/08/2010 17:40



Ouais, Otis Jackson, c'est tellement cool, il aurait pu être jazzman... ah ben merde, c'est un peu le cas, quand même!


 


Ces dernières années ont été moins intéressantes, qualitativement... beaucoup de featurings, moins de projets "monstres", mais néanmoins, on retrouve sa patte sur plein d'albums...
d'ailleurs il a aussi produit 2 titres du dernier Erykah Badu, la "Part 2" de sa New Amerykah...