Chron'espresso 12.5 : Reverse Engineering

Publié le par Systool

 

Reverse Engineering - Highly Complex Machinery

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

REVERSE ENGINEERING – Highly Complex Machinery (Jarring Effects, 2010)


Cela fait quelques semaines que la nouvelle galette du trio lausannois tourne de façon discontinue dans mes oreilles. C'est Ben de PLAYLIST SOCIETY qui m'a fait découvrir la musique d'Alain Decrevel, David Pieffet et DJ G-bart qui vivent à quelques kilomètres de chez moi. On attaque avec les borborygmes mécaniques du morceau-titre, la jolie prestation des différents invités, notamment M. Sayyid d'ANTIPOP CONSORTIUM (sur l'excellente Miracle that glows à la rythmique froide contrastant avec un refrain mélancolique) ou la hargne de World in Reverse. Tout cela est de bonne augure, d'autant qu'il faut encore mentionner la mélodie étourdissante de Instant Art et la boucle transfigurée de Socially acceptable. Le hic, c'est que la brillance quitte quelque peu ce Highly complex Machinery une fois que l'on atteint sa seconde partie : après le faiblard Fly en compagnie du MC d'ANTIPOP (encore!), on enchaîne avec des titres mal dégrossis comme Harmosaurus ou la conclusive Future Shock. On perçoit cependant que la formation tente de diversifier son propos, à l'image de l'inquiétante Six Clicks ou Defiance proche d'un DAN THE AUTOMATOR. Mais ne faisons pas la fine bouche, REVERSE ENGINEERING nous livre un album electro-hip hop plus que correct (qui aurait pu être un superbe EP) faisant écho à leur prestation récente à l'Electron Festival.


3,5 / 5


WWW...


Le Myspace de REVERSE ENGINEERING


La chronique de PLAYLIST SOCIETY

Commenter cet article

SysTooL 04/05/2010 18:34



Ouaip, et encore merci pour la découverte ;-)



Benjamin F 03/05/2010 11:33



Content qu'on soit en phase sur ce qui reste un des rares bons albums du genre en 2010 !