AND SO I WATCH YOU FROM AFAR : s/t (chronique, 2009)

Publié le par Systool

S'il est un genre musical houspillé, malmené autant que porté aux nues par ses admirateurs les plus fervents, c'est bien la catégorie informe et fourre-tout décrite sous l'appellation « post-rock ». Dans ma conception, il représente une formation musicale évoluant dans un registre souvent instrumental, s'exhibant dans des schémas sortant des sentiers battus, empruntant volontiers des structures jazz ou prog. On citera en vrac MOGWAI, TORTOISE ou ISIS, ce qui dénote du large panel qui le compose. Paradoxalement, on constate que dès qu'une formation possède quelques idées intéressantes, une douzaine de clones s'engouffrent dans la spirale, rendant pénible le travail de l'audiophile en mal de sensations fortes qui se doit d'effectuer un tri conséquent.


AND SO I WATCH YOU FROM AFAR, quartette irlandais aux dents longues, a récemment éveillé ma curiosité. Après quelques années de rodage et des EPs, ils se lancent enfin dans la réalisation d'un full length qui est paru en avril 2009. Rory Friers et ses collègues naviguent dans des sonorités communes aux groupes précités, avec une touche de BATTLES par ici (A little bit of Solidarity goes a long Way), une pointe de EXPLOSIONS IN THE SKY par là (I capture Castles). Pour parler plus clairement, il s'agit d'une alternance de mélodies bien senties et de gros riffs bien lourds, de périodes d'accalmies entrecoupées de passages plus véhéments, ou parfois les deux en même temps. Friers et Tony Wright, les deux gratteux, font preuve d'une belle complémentarité, notamment sur l'introductive Set Guitars to kill, où les licks triomphants se succèdent sans temps mort. Malgré le caractère purement instrumental de l'album (hormis quelques « Go » et « Hey » pour relancer la machine), le groupe réussit parfaitement à capter notre attention, grâce au phrasé acéré de ses deux guitaristes (Clench Fist, grit Teeth... Go!), même si la structure des morceaux devient un peu redondante à la longue, l'effet de surprise s'atténuant quelque peu sur la fin. Heureusement, les musiciens piochent sans relâche une bonne idée de leur escarcelle, telle la mélodie digne de Super Mario Bros de Tip of the Hat, Punch in the Face ou encore les notes aériennes de If it ain't broke, break it. Je suis toujours un peu perplexe à l'écoute de Don't waste time doing things you hate, qui comprend des mélodies à vous donner des frissons, mais aussi des choeurs semblant tout droit sortis d'un match du FC Glentoran, l'équipe de foot de Belfast d'où viennent nos quatre larrons. Et puis bon, les titres des chansons sont certes un peu débiles, mais quand on est de bonne humeur, on peut trouver ça marrant.

 

and so i watch you from afar

En comparaison des déflagrations riffiques incessantes de Wright et Friers, la prestation du bassiste Johnny Adger et du batteur Chris Wee paraît nettement plus discrète, même si ces derniers tirent leur épingle du jeu de temps à autre (These Riots are just the Beginning). Malgré des accointances pouvant en faire fuir plus d'un (le côté progressif et le caractère un peu grandiloquent de certains titres), le quatuor a l'intelligence de doser équitablement ces différentes facettes, rendant l'ensemble tout à fait digeste. Plus que ça, AND SO I WATCH YOU FROM AFAR parviennent à donner un nouveau souffle à ce genre musical qui a la fâcheuse tendance à tourner en rond. Bien joué, les gars! (C) Systool, 10/2009

 

4-stars-new.jpg


AND SO I WATCH YOU FROM AFAR – And so I watch you from afar (Smalltown Records, 2009)


WWW...


La chronique de Marsupilami

Publié dans Metal - Hardcore

Commenter cet article

D&D 14/07/2010 00:10



J'aime bien leur nom... et puis s'il y a une "touche de Battles" !



Systool 17/07/2010 09:05



... ça devrait te plaire!!



Thierry 20/01/2010 23:13


Docteur Nico : premier sur la dissert' ^^


dissertation 19/01/2010 12:36


I have been visiting various blogs for my dissertation research. I have found your blog to be quite useful. Keep updating your blog with valuable information... Regards
___________________

dissertation


SysTooL 18/01/2010 15:24


De toute façon, post-rock ça veut rien dire... c'est comme le grunge, un panachage musico-vestimento-géographique assez abscons... c'est comme le post-punk à une époque...

Pour moi, la définition du post-rock, c'est "égréner 3 notes pendant 8 minutes en prenant un air absorbé", c'est dire la variabilité des groupes qui sont censés le représenter!


pyrox 18/01/2010 15:20


c'est marrant que tu parles de post-rock, je me posais justement ces temps-ci qq questions sur ce genre... parce qu'en cherchant des infos wikipediennes sur deux groupes que j'écoute en ce moment
(explosions in the sky et Lab° que je conseille d'ailleurs), j'ai vu qu'ils étaient classés dans le post-rock. Or ils jouent deux styles assez different : Lab° c'est proche du dub,
alors que Explosions... ca tire plus vers le prog instrumental...