A Serious Man (Joel et Ethan Coen, 2009)

Publié le par Systool

Quand Larry Gopnik constate que son voisin empiète sur sa pelouse, il est à des lieues de savoir que sa petite vie bien rangée va rapidement virer au cauchemar. Ce professeur de physique juif enseignant dans une Uni du Midwest, en 1967, va se tourner vers Dieu lorsqu'il verra les différents pans de son existence se désagréger irrémédiablement : son épouse veut se faire la malle, sa fille ne pense qu'à se laver les cheveux, son fils écoute du JEFFERSON AIRPLANES et un étudiant coréen se fait menaçant en raison d'une note insuffisante que Gopnik lui a attribué aux partiels.

 

a-serious-man-affiche

On a décrit A SERIOUS MAN comme le film le plus personnel des frères Coen, entité bicéphale qui s'est distinguée par son audace, sa verve et sa prolixité et à qui on doit rien de moins que FARGO, THE BIG LEBOWSKI, NO COUNTRY FOR OLD MAN ou plus récemment BURN AFTER READING. En l'occurrence, pas de stars à l'horizon, tout au plus des acteurs doués qu'on a croisés ici ou là mais dont on ne se souvient jamais du nom. Il est clair que l'existence de Joel et Ethan Coen, dans le Minneapolis de la fin des années 60, pouvait ressembler à cela : des ados bercés par le psychédélisme (d'ailleurs Abraxas de Santana n'était pas sorti en 1967...), trop à l'étroit dans une famille de la classe moyenne et une communauté juive tiraillée entre tradition et modernité. Ainsi, Larry Gopnik accumule les tuiles avec son air ahuri et n'aura d'autre solution que de rendre visite à différents rabbins pour trouver une clé à ses déboires. Mais on sait bien que les voies du Seigneur sont impénétrables et que finalement, il faut se résoudre à accepter ce qui nous tombe sur le travers du crâne, comme le résume l'épigraphe d'A SERIOUS MAN. Pire, la réponse à chaque question que se pose Larry n'est rien d'autre qu'une nouvelle question, plus insoluble encore...

 

A Serious man 62747 G

Abordant avec un malin plaisir des thématiques aussi graves que communes, les frères Coen nous livrent ainsi une vision intimiste, amère et désabusée de la vie, même si leur humour pince-sans-rire pointe le bout de son nez dans chaque réplique. Les procédés de répétition, les décors, la musique entêtante du fidèle Carter Burwell, tout contribue à créer un climat aliénant, qui dérange et amuse dans le même temps le spectateur, comme ceci est souvent le cas avec la filmographie des frangins. A SERIOUS MAN se place comme un faux film mineur car il aborde subtilement la plupart des thèmes fétiches des frères Coen avec leur proverbiale ironie : pour contrer ses problèmes de communication (que ce soit avec ses proches, ses collègues, son antenne de télévision et... Dieu!), Larry a essayé de se comporter en homme sérieux, apportant le pognon à la maison et oeuvrant pour sa communauté, afin de faire face à la condescendance, au vice et à la frivolité. Le hic, c'est que le destin s'acharne sur lui, comme la curieuse scène introductive semble l'annoncer. Peut-être qu'à l'image des frères Coen, il suffit de prendre la vie avec davantage de dérision...

 

3-5-stars-new.jpg

A SERIOUS MAN

USA – 2009

Réalisé par Joel et Ethan Coen

Avec Michael Stuhlbarg, Richard Kind et Adam Arkin

 

WWW...

 

La chronique de Rob Gordon, Cluny, Jumbo et la Quenelle Culturelle

 

 

Publié dans Movies

Commenter cet article

SysTooL 17/07/2010 09:03



J'attends ton article avec impatience, dans ce cas!!



D&D 17/07/2010 01:25



Ah tiens, je crois que je suis beaucoup plus enthousiaste que toi sur ce film. C'est même certainement celui qui m'intéresse le plus pour l'instant cette année (mais je n'ai pas encore vu tout ce
que je souhaitais).


Je vais sans doute tenter de bafouiller dessus, d'ailleurs...


Bon week-end doc ;-)



SysTooL 05/03/2010 18:08


Un film plus philosophique et important qu'il n'y parait...


UnkleZ 05/03/2010 16:04


Inconditionnel des frangins, ce film m'a vraiment plu. Aidé par la lecture préalable de ta chronique je me suis bien promené dans cette peinture d(une émancipation "culturelle".

La scène finale est bien amenée, c'est un régal. Un film intelligent et sensible, où chacun prendra le reflet de sa propre histoire.


SysTooL 02/03/2010 20:29


Quelques semaines après l'avoir visionné, mon ressenti s'est consolidé : du bon Coen... et je pense que je le reverrais volontiers dans quelques années, finalement... à la différence de UP
IN THE AIR, dont mon opinion chute chaque jour... oups, je fais de la mauvaise pub pour mes articles ;-)