DREDG : El Cielo (2002, chronique)

Publié le par Systool

Malgré leurs origines californiennes, DREDG n’est pas vraiment le genre de formation à évoluer dans un neo-metal monosynaptique et tendance. Le groupe de Gavin Hayes préfère les ambiances oniriques teintées de lueurs mystiques, entre un LED ZEPPELIN ayant campé au Tibet durant trois ans et un A PERFECT CIRCLE plus organique. Après un premier album fascinant mais inégal, le tortueux Leitmotif, le groupe revient en 2002 - fraichement signé par le label Interscope – avec El Cielo. Long voyage dans les entrailles de notre esprit, cet album se base sur un concept original mais pour le moins fumeux : la paralysie du sommeil. Késako ? Il s’agit d’une entité médicale que l’on peut trouver dans les manuels de psychiatrie et qui décrit cette sensation d’engourdissement survenant au coucher et le plus souvent au réveil. On pense qu’environ 25 à 50% de la population a déjà vécu de telles manifestations. Bref, pas de quoi en faire un fromage. Peut-être que Gavin Hayes, ayant abusé de certaines herbes médicinales, pensait nous ouvrir les portes de la perception, mais il s’agit vraisemblablement d’un coup dans l’eau. Il semblerait que parmi les thèmes des prochains albums, le groupe a déjà planché sur le baillement et l’éternuement, mais cela reste à confirmer. Cessons immédiatement avec ce ton sarcastique, d’autant qu’une autre thématique, en quelque sorte liée à la paralysie du sommeil, entoure El Cielo : le fameux tableau de Salvador Dali intitulé « Dream caused by the Flight of a Bee around a Pomegranate one Second before Awakening  » que voici :


 


La première piste de l’album, un intermède baptisé Brushstroke : dcbtfoabaaposba, est là pour nous le montrer. Les plus perspicaces d’entre vous noteront que la deuxième partie du titre est en réalité un acronyme du nom de l’œuvre de Dali. De plus, on remarquera que de nombreux éléments du tableau (le canyon, le triangle…) ont inspiré des titres d’El Cielo. Sur ce, nous pouvons débuter une description plus terre-à-terre des chansons de cet album mystérieux de DREDG. Le premier intermède, où l’on entend un bonhomme grattant la terre avec un bâton et des petits bruits qui chatouillent nos oreilles, est suivi de Same Ol’ Road qui met en évidence la voix spectrale de Hayes et les harmonies du guitariste Mark Engles. Une excellente entrée en matière mettant en exergue ce côté spirituel que cultive le groupe. Le morceau suivant, Sanzen, bénéficie d’un refrain aérien imparable et d’un pont aux arrangements délicats. Brushstroke : new Heart Shadow, est l’un des cinq intermèdes qui jalonnent l’album, de courtes pièces instrumentales et atmosphériques. DREDG prend son temps avec l’introduction de Triangle, aux teintes psychédéliques contrastant avec ce refrain massif et néanmoins non dénué de subtilités ; Gavin Hayes reprendra même tel un mantra la phrase « we live like Penguins in the Desert, why can’t we live like Tribes ? », qu’on pouvait entendre sur l’album précédent.

 


Sorry but it’s over explicite cette alternance de couplets acoustiques et de refrains aux guitares distordues, même si le chant de Hayes reste toujours dans un registre aérien, à l’image des chœurs bouddhistes en fin de piste. On appréciera la puissance de Convalescent ainsi que la ballade au piano et les violons de Brushstroke : Walk in the Park, tandis que Eighteen People living in Harmony a davantage de peine à sortir du lot. Elle contient ces réflexes caractéristiques que DREDG sait mettre en évidence, mais dispose d’une construction quelque peu bancale. La légère et hypnotique Scissor Lock traite de cette fameuse paralysie du sommeil, alors que Brushstroke : Reprise, comme son nom l’indique, est une brève refonte de Same Ol’ Road agrémentée d’une conclusion acoustique très floydienne. Of the Room et It only took a Day s’avèrent deux des meilleurs titres de cet album à la densité du mercure. On y retrouve ce chant lyrique et inspiré, les guitares bipolaires et la solide section rythmique composée de Drew Roulette (un X-Man ?) et David Campanella. On termine avec l’étonnant Whoa is me, aux inspirations free jazz ainsi que The Canyon behind her qui recèle un court segment parlé en japonais faisant office de « mode d’emploi » d’El Cielo, avant que la guitare tourbillonnante d’Engles ne vienne emporter ces futiles considérations.

 

La musique de DREDG peut rebuter par son côté emphatique et des lyrics parfois passablement bâteau, mais le groupe est parvenu à maintenir un certain équilibre avec El Cielo, c’est pourquoi il mérite à mon sens que vous y jetiez une oreille attentive. On remarquera cependant qu’à force de trop jouer sur ce tableau, DREDG a proposé trois ans plus tard un Catch without Arms qu’on ne qualifiera pas de lamentable, mais manquant cruellement de « feu intérieur » et nous faisant subir une succession de chansons caricaturales et insipides.


 

DREDG – El Cielo (Interscope Records, 2002)

 

A LIRE EGALEMENT...

- une chronique de Catch without Arms

 

 

Publié dans Rock

Commenter cet article

Silicate 30/01/2007 17:20

Et allez, on rigole on s'amuse !Y en a qui n'ont vraiment rien d'autres à foutre que de faire chier le monde...A la tienne Syst' ;-)

Systool 30/01/2007 18:20

Ciao Sili! Oui, on dirait bien... c'est bien dommage, d'ailleurs... ça en fout partout sur la moquette et ça s'excuse même pas!A+ l'ami

seqsy bandant !!! 29/01/2007 01:11

 
Kasabian, fait de la musique efficace, ils ne se prennent pas pour des "progressistes", ah la bonne blague, un groupe de poseurs finalement ces Dredg, comme Kasabian l'efficacité en moins...
Quant à Weezer leur premier album reste un standard mais ca doit t'échapper ou bien la pop-rock mélodique n'est pas un genre où l'intelligence est suffisament explicite ou démontrative pour qu'un paltoquet dans ton genre ne puisse en saisir les subtilités... Mais je ne m'en fais pas tu verras bien, un jour, un article qui influencera ton jugement comme pour les autres groupes que tu ne comprends pas...
Mais bon, si ça te rassure d'essayer de m'enfoncer en sortant deux groupes d'un liste 50 fois plus grande, je te plains, mais ça ne m'étonne pas...
Dredg est mauvais, leurs mélodies (??) sont quelconques, ils n'inventent rien, ils ne font que décliner des déclinaisons de choses qui on déjà été déclinées cent fois... On dirai un vulgaire groupe de new-metal qui ne se serait jamais remis d'un concert de Tool, c'est dire le niveau.......
Et mon niveau à la guitare était  tout à fait honorable pour un débutant, mais ta jalousie ou ton orgueil doivent t'aveugler... Ce même orgueil qui te fait dire n'importe quoi depuis quelques messages où tu te débats comme un poisson sorti de son minuscule bocal par un requin qui lui sait de quoi il parle...  
Et toi es-tu musicien ?

Systool 29/01/2007 08:23

Oui, je suis musicien, et mon niveau de guitare était bien meilleur après deux ans de pratique ;-) (ce qui n'est pas difficile)Ta liste de 50 musiciens, tu la retrouves ici, comme quoi d'autres personnes écoutent les mêmes trucs que toi... Tu apprécies Kasabian et Weezer, tant mieux pour toi... ce que je voulais te faire comprendre, c'est qu'il ne s'agissait que de mon avis... je ne dis pas que j'ai raison quand j'affirme que je n'apprécie que moyennement Weezer (dont j'ai les trois premiers albums), je dis simplement que ce groupe ne me plait pas, de même que tu n'apprécies pas Tool ou Dredg... la différence étant que je respecte tes choix... si tu allais un peu plus loin dans la réflexion, tu aurais remarqué que j'ai descendu le dernier Dredg sur ce même blog, en 2005... mais encore eut-il fallu que tu lises mes chroniques... mais j'oubliais, sais-tu même lire?"m'enfoncer en sortant deux groupes d'un liste 50 fois plus grande, je te plains, mais ça ne m'étonne pas" --> t'es quand même un sacré champion puisque tu as fait exactement la même chose avec Dredg, Tool et Isis alors que le reste semble te plaire vu qu'il y est aussi sur ta liste... c'est l'hôpital qui se fout de la charité, comme on dit! La nuance étant que j'ai dit que je n'appréciais pas ces groupes et pas que c'était des manches...Allez, fiche le camp, ça commence à me fatiguer sérieusement de te répondre!Tu mérites quand même largement la Palme du Visiteur le plus borné que j'ai jamais rencontré! Félicitations! Dommage pour quelqu'un qui avait des goûts musicaux somme toute assez semblables aux miens... certains ne comprendront jamais que la musique est une question de partage, et non pas de compétition! Bonne suite à toi... et à jamais!

seqsy bandant !!! 28/01/2007 19:13

 
Merci, grâce à ton site, Dredg est devenu une blague entre amis !
Nous avons écouté attentivement leur myspace, et nous en rions encore... C'est encore pire que je l'imaginais...
Tu es sur d'autres sites, j'aimerais suivre tes péripéties avec plus d'assiduité, c'est très divertissant !
 
 
 

Systool 28/01/2007 19:27

Content de t'avoir fait marrer... cool, comme ça il y aura deux myspace où des gens rigoleront en écoutant de la musique : celui de Dredg et le tien! En plus, tu augmentes mes visites en passant si souvent ;-) Merci!Et entre nous, tu dis que tu n'aimes pas Dredg comme si ça pouvait me blesser personnellement... mais qu'est-ce que j'en ai à foutre... je rigole bien aussi en voyant Weezer ou Kasabian dans ta liste, mais je n'en fais pas tout un fromage!Allez! Va rigoler ailleurs avec ta bande de bras cassés... deux ans de pratique de guitare... j'aurais honte de le dire à ta place, vu le niveau... contente-toi d'écouter de la musique plutôt que d'en jouer... c'est déjà beaucoup! Sexy Bandant? Couille molle, ouais...

seqsy bandant !!! 26/01/2007 13:18

Un fan de Dali qui fait un album de prog à la sauce métal branlette de cerveau pour puceaux......consternant..............................
 

Systool 26/01/2007 20:24

Merci pour ta remarque colorée, Seqsy ;-)Je suis passé sur ton myspace et j'ai été content de voir que tu citais Frank Zappam, entre autres, dans tes influences

clarinette 22/01/2007 11:46

Je ne connais pas le groupe, mais j'adore le tableau !

Systool 22/01/2007 20:45

Un très beau tableau, en effet...