Gorillaz : Demon Days (chronique)

Publié le par Systool

Quatre ans après leur premier album éponyme, les GORILLAZ reviennent avec Demon Days. Mais qui sont-ils en réalité ? 2D, le toxico-playboy au chant, Noodles, la petite chinoise spécialiste d'arts martiaux à la guitare, Murdoc, le psychopathe sataniste à la basse et Russel, le gros batteur black. Ces quatre personnages de cartoon créés par Jamie Hewlett (Tank Girl, c’est lui) forment donc le premier groupe de musique virtuel. Derrière eux se cachent, du moins en 2001, Damon Albarn, qu’on ne présente plus (mais chanteur de BLUR tout de même) et Dan Nakamura, mieux connu sous le nom de Dan the Automator, DJ japonais à l’origine de Deltron 3030 ayant également travaillé avec Mike Patton (LOVAGE).


Après le succès du premier album (4 millions d’albums vendus) et les hits mémorables qu’ont été Clint Eastwood, 19-2000 ou Tomorrow comes Today, nous étions en droit d’attendre un successeur de la part de Gorillaz, fusion débridée de hip-hop, rock et electro-pop; et Damon Albarn est de retour, cette fois accompagné de Danger Mouse.

Autant dire tout de suite qu’ils s’en donnent à cœur-joie pour ce qui est d’expérimenter tout et n’importe quoi : du funk-blaxploitation sur Dirty Harry (un autre clin d’œil à Clint Eastwood, décidément), de l’electro sur fond de eighties avec Dare, le bien-nommé, sans oublier les parties hip-hop bien old-school de Feel Good Inc. (le premier single) ou All Alone. Ce qui est bien avec Gorillaz, c’est que chacun peut y trouver son compte. En filigrane, les mélodies brit-pop ou trip-hop de Albarn font toujours mouche et Danger Mouse s’est sort bien en ce qui concerne l’adaptation musicale, tour à tour groovy et sombre. Quand aux nombreux invités, on citera Dennis Hopper (sic) sur Fire coming out of a Monkey’s Head, Shaun Ryder sur Dare ou encore MF Doom sur November has come.


 


En conclusion, Demon Days se révèle un autre excellent album de Gorillaz qui risque bien de hanter votre été torride… A noter l’excellent site officiel du groupe, construit comme un jeu vidéo, où vous pourrez, en vous promenant de pièce en pièce, jouer aux fléchettes depuis les toilettes du van de Murdoc ou encore mater ce qui se cache dans l’ordi de 2D…pas si virtuels que ça, les Gorillaz…

 




 
 



Regardez le vidéo clip de "Dirty Harry"!!!

Publié dans Rock

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

G. B. Passions 24/10/2006 14:06

Vous en avez d'autres des vidéos de clips de GORILLAZ

Systool 24/10/2006 14:16

Euh, il faut regarder sous www.youtube.com! Je pense que tu trouveras la plupart des autres clips!

G. B. Passions 23/10/2006 21:56

Super le clip
On voit l'un des chanteurs ce qui est rare

Systool 24/10/2006 08:37

Il s'agit d'un invité... par contre, c'est vrai que, sans que ce soit un secret, on voit rarement Damon Albarn, le chanteur "officiel", et DJ Dangermouse, qui s'occupe de la musique sur Demon Days

A+

G. B. Passions 23/10/2006 21:50

GORILLAZ
J'adore leurs musiques et aussi leurs clips

Systool 24/10/2006 08:36

Excellent, GB! Je savais que tu avais bon goût ;-)

Alex la baronne 11/07/2006 09:36

En dépit de l'évidente orginalité du groupe, j'avoue ne pas adorer cet album que je trouve assez lassant... 
(allez, un peu de pub personnelle : j'ai écrit une chronique à ce propos sur mon blog !)

Systool 11/07/2006 10:38

Ciao Alex! Chacun sess goûts comme d'habitude. Le grand mérite de Gorillaz est de créer ces personnages de BD qui donnent paradoxalement une dimension supplémentaire au groupe. Je pense que Damon Albarn est quelqu'un de doué et qu'il s'entourer de bons DJJe passerai lire ta chronique sans faute... N'hésite pas à me signaler te chroniques (ou à les trackbacker) si tu les retrouves ici

Fredogino 10/03/2006 14:33

je découvre petit à petit Gorillaz, et plus ça va plus j'apprécie...

Systool 10/03/2006 17:17

C'est un groupe sympa... j'aime bien leur "philosophie"... A+ Fredo