Frank Zappa : Viva Zappa taratata!!! (biographie)

Publié le par Systool

Juillet 1966. Ces derniers mois, plusieurs grands albums de rock sont sortis : Revolver des BEATLES, Aftermath des ROLLING STONES, The Who sings my Generation…C’est alors que paraît Freak Out !, le premier (double) LP d’un véritable extra-terrestre de la musique, j’ai nommé Frank Zappa.



Né à Baltimore en 1940, le jeune Frank, fils d'émigrés italo-français, déménage en Californie à l’âge de 10 ans et découvre quatre ans plus tard les compositions de l’avant-gardiste Edgar Varèse, ce qui va le pousser à s'intéresser à la musique. Le dernier titre de Freak out !, Return of the Son of the Monster Magnet, est d’ailleurs un hommage à Varèse.
On retrouve dans ce premier témoignage musical toute la créativité et l’anticonformisme de Zappa, dont l’expérimentation et l’absurde jalonnent toute la carrière. Au niveau des textes, il a privilégié une approche satirique et critique envers l’American Way of Life comme en témoignent des titres tels que Who are the Brain Police ? ou Trouble every Day.



Mais Zappa n’était pas seul. Entouré de musiciens talentueux tout au long de sa carrière, il a débuté avec les Mothers (of Invention), dont la première mouture le suit jusqu’en 1970. Freak Out!, inspiré par des compositeurs classiques tels que Stravinski ou Stockhausen, est un curieux mélange entre un pop/rock acide et une orientation totalement novatrice, principalement dans la deuxième partie de l’album, où Zappa laisse libre cours à des expérimentations soniques dissonantes et des rythmes peu usuels. On peut déjà apercevoir les premiers balbutiements du punk rock et de l’art rock, qui exploseront pourtant bien des années après. Cet album expose le projet qui mouvra Zappa durant toute sa vie : composer une musique à la fois populaire et « artistique » et des titres tels que Hungry Freaks Daddy, You didn't try to call me, Wowie Zowie ou Any Way the Wind blows sont là pour nous le rappeler. En écoutant cet album, on voit qu'il a dû beaucoup influencé Syd Barrett, Mike Patton ou les Rita Mitsouko...



Les albums se succèdent à une vitesse vertigineuse : tout d’abord Absolutely Free, où Zappa nous montre ses talents multiformes en changeant de style musical d’un titre à l’autre, et parfois même au sein d’un même morceau. Plus difficile à suivre que Freak Out ! car ne possédant pas de fil conducteur, Absolutely Free représente néanmoins une œuvre majeure dans la discographie de Zappa.
Suivront Lumpy Gravy, LP solo enregistré avec un orchestre de 50 musiciens, ainsi que We’re only in it for the Money, le troisième album de Zappa avec les Mothers of Invention. Composé lui aussi de deux parties, la première critiquant le mouvement hippie (dont le Sgt. Pepper’s des BEATLES) et la deuxième proposant une alternative, We’re only in it for the Money représente Zappa à l’apogée de sa maîtrise vocale et musicale : lucide dans sa démarche analytique, Zappa impose par ailleurs une production inventive et truffée de correspondances entre les titres. Voici certains des morceaux les plus réussis : Who needs the Peace Corps?, Mom & Dad, What's the ugliest Part of your Body ou Let's make the Water black.



Quelques mois plus tard, Zappa dissout le groupe en invoquant l’incompétance des Mothers of Invention, piètres compositeurs selon lui, et décide de recruter de nouveaux musiciens en se lançant dans une autre direction.
Uncle Meat, palimpseste de la polyvalence de Zappa, regroupe des morceaux studio et live, aux influences et directions foisonnantes. Hot Rats, sorti en octobre 69, est un ingénieux amalgame entre la sophistication du jazz et le groove prétendument terre-à-terre du rock. Zappa fait montre de ses talents de compositeur, d’arrangeur et de chanteur, mais surtout de sa maîtrise impressionnante à la guitare. Peaches en Regalia ou Willie the Pimp (avec son ami d'enfance Don Van Vliet, alias Captain Beefheart) sont les titres qui se démarquent principalement.



Burnt Weeny Sandwich et Weasels ripped my Flesh sont deux albums que Zappa sort en 1970 : dans la même veine débridée de Uncle Meat, ils proposent des classiques comme Holiday in Berlin, Little House I used to live in ou My Guitar wants to kill your Mama et sont en fait de vieux morceaux que Zappa a enregistré avec la première "version" des MOTHERS.

En 1971, un événement singulier survient durant un concert de Zappa au Rainbow Theatre, à Londres. Happé par un « fan » déchainé, Zappa sera grièvement blessé et passera de nombreux mois en convalescence à écrire de nouvelles compositions : The Grand Wazoo, autre monolithe du jazz rock, et Over-nite Sensation, l'un de ses albums les plus connus. Il comprend Camarillo Brillo, Montana et Dirty Love, au contenu verbal plutôt « limite ».
On reprochera longtemps à Frank Zappa ses propos misogynes et l’artiste se défendra en invoquant le ton ironique qu’il utilise. Certes… pourtant le doute persiste et on voit comment l’humour décapant et légendaire de Zappa représente un couteau à double tranchant…
Néanmoins, Over-nite Sensation est un nouveau sommet dans la carrière de l’Américain et recèle une curiosité intéressante : la présence aux chœurs de Tina Turner sur Montana.

Zappa nous offrira d’autres excellents albums durant les années 70 : Apostrophe, One Size fits all, Zoot Allures… tandis qu’en 1981 paraît Shut up ‘n play yer Guitar, une collection d’enregistrements live où la maestria technique de Zappa à la guitare est mise en avant.
Enfin, parmi les sorties les plus récentes, il faut noter You can’t do that on Stage anymore, un recueil de 6 volumes également enregistrés en concert.

En 1991, on confirme un cancer de la prostate chez Frank Zappa, dont il décèdera deux ans plus tard.

Artiste prolifique, talentueux et iconoclaste, Frank Zappa laisse un grand vide dans le milieu rock, mais sa quête sans trêve d’une musique hybride et anti-conformiste n’aura pas été vaine. Des nombreux musiciens lui doivent énormément : Père Ubu, George Clinton, dEUS, Mike Patton, System of a Down parmi tant d’autres…


DISCOGRAPHIE TRES SELECTIVE :


- Freak out! (66)

- We're only in it for the Money (68)

- Hot Rats (69)

- Apostrophe (74)

BEST OF :

- Strictly Commercial (95)
(1 CD, 19 titres)

- The Best of Frank Zappa (2004)
(1 CD, 15 titres)

Ces deux best of ne font pas vraiment honneur à la carrière de Frank Zappa dans la mesure où ils contiennent surtout des titres connus ou plus commerciaux et qu'ils occultent largement les compositions de Freak Out et de We're only in it for the Money par exemple.




Bibliographie :

De nombreux livres retraçant la vie et la carrière de Frank Zappa sont sortis ces dernières années. Si vous désirez un aperçu assez conséquent du maître, je vous conseille Zappa : Electric Don Quixote (de Neil Slaven) ou Zappa de Z à A par Guy Darol et Dominique Jeunot.
Par contre, Frank Zappa et les Mères de l'Invention, de Christophe Delbrouck satisfera le fan puisque cette biographie exhaustive contient pas moins de 400 pages remplies d'anecdotes intéressantes. A noter qu'il s'agit cependant du tome I (1940-1972). Pour la suite, voir Frank Zappa et la Dinette de Chrome (1972-1978) et Frank Zappa et l'Amérique parfaite (1978-1993).



Enfin, si vous n'en avez pas assez, voici le lien vers un excellent site où vous trouverez une chronique de chacun des albums de Zappa, ainsi que de nombreuses photos et infos...

Lien vers mes critiques d'albums : 





Publié dans Rock Legends

Commenter cet article

Mathieu 06/12/2006 09:56

HelloUn grand bravo pour cette biographie musicale de Zappa, moi-même grand amateur et possesseur de la quasi-totalité de sa discographie ainsi que d'un bon nombre de bouquins (en Français et en Anglais) le concernant, j'ai pris un réel plaisir à parcourir cette rubrique.Juste en passant, Over-nite Senation est sorti en 73, mais bon, ne chipotons pas!Par contre, je me retiendrai de faire quelques remarques acerbes aux soit-disant fans incapables d'écrire correctement 2 mots d'anglais: comment oser prétendre pouvoir comprendre ne serait-ce que le dixième de son oeuvre quand on ne maîtrise pas les bases de la langue de l'artiste?!

Systool 06/12/2006 10:37

Bonjour Matthieu! Remarque intéressante concernant la compréhension des paroles de Zappa dans le contexte musical... mais bon :-)J'apprécie le fait que tu salues cette bio en tant que grand fan de Zappa et oui, bien sûr, OVERNITE est de 1973, comme je l'ai noté dans l'article des chroniques discographiques entre 1970-1975! Merci!

babayaga 20/04/2006 03:04

Le poster est dans mes chiottes (en double exemplaire si si si)

Systool 20/04/2006 09:52

Yes c'est ainsi qu'on reconnait les grands!

Del 29/10/2005 21:23

Tchào Systool,
Je n'aime pas trop être une fan & pourtant pour Franck Zappa je le suis. The Flower Punck était son surnom, si je ne me trompe pas !?! Et de voir ton article que je trouve trés bien fait & pas fini de visiter, ça me rappelle lorsque Virgin a ouvert à Marseille & que j'ai découvert le nombre de CD de lui. Des disques Vinil que j'avais mis des années à trouver chez les bouquinistes étaient là devant moi, servis sur un plateau d'argent :-1
Décidément tout ce perd LoL.
Merci & @+

Arturo Bandini 23/06/2005 20:30

Bravo,
pour ce super article sur le Maitre Fanck Zappa - en bonne place dans mon pantheon perso ;)

so long...Arturo

manon 19/06/2005 01:43

bel article!!!
beau blog!t'ai mis +5 sur booster!!http://manonworld.blogtrafic.com/ mets des coms et une note stp!!merci a+