STEVIE RAY VAUGHAN : Double Trouble every Day (bio)

Publié le par Systool

Sept ans auront suffi à Stevie Ray Vaughan pour s’imposer comme l’un des plus fabuleux guitar-heroes, non sans remettre au goût du jour un style qu’on pensait oublié à jamais : le blues. S’inspirant clairement des Muddy Waters et autres Albert King, mais aussi de Jimi Hendrix, Vaughan écluse les bars du Texas avec les COBRAS puis les TRIPLE THREAT, avant le départ de la chanteuse Lou Ann Barton en 1978. Le groupe, formé de Jackie Newhouse et Chris Layton en plus de Stevie à la guitare et au chant, se rebaptisera STEVIE RAY VAUGHAN & DOUBLE TROUBLE.

 


 

Après plusieurs années de concerts qui leur apportent une certaine notoriété au niveau local, Stevie et ses potes se feront remarquer par David Bowie au Montreux Jazz Festival, temple de la musique au pied du Lac Léman (Suisse) où les plus grands viennent jouer chaque année. A l’issue du concert de Vaughan, Bowie viendra lui proposer de jouer sur son prochain album, Let’s dance, ce que le guitariste de Dallas s’empresse d’accepter. Le même soir, les Double Trouble se voient octroyer la possibilité d’enregistrer un LP avec Jackson Browne, le tout à l’œil ! Là encore, ils ne se font pas prier et quelques mois plus tard, le fruit de cette collaboration voit le jour : il s’agit de Texas Flood, le fantastique début des bluesmen qui contient certains titres qui resteront à la postérité : les incandescents Love Struck Baby et Pride & Joy, l’instrumentale hendrixienne Testify, ou encore Mary had a little Lamb. Les critiques ne s’y trompent pas : qu’ils soient du versant blues ou rock, ils saluent en cœur la prestation de Vaughan qui annonce le renouveau du blues, du moins au niveau commercial. Texas Flood squattera en effet le Top 40 durant plus de six mois.

 


 

Les Double Trouble ne s’arrêtent pas en si bon chemin et Couldn’t stand the Weather (1984) ainsi que Soul to Soul (1985), pour lequel s’ajoute le claviériste Reese Wynans, connaîtront le même sort. Malgré la présence de belles reprises (Voodoo Chile de Hendrix, Look at little Sister) et de compositions originales comme Say What! et Life without you, ces deux albums n’ont pas la flamboyance de Texas Flood. Qu’à cela ne tienne ! Vaughan nous sert une album live de très bonne facture en ’86, Live Alive, qui se place comme un véritable « best of » de sa carrière. Malheureusement, le spectre de l’alcool et de la drogue va se faire toujours plus menaçant pour le virtuose du blues moderne qui s’en ira se soigner dans une clinique de désintoxication.

 


 

De retour en 1989 avec In Step, Vaughan bénéficie des meilleures critiques depuis Texas Flood ; on appréciera particulièrement sa capacité à composer des classiques, plutôt que de se baser sur des reprises comme il était souvent le cas auparavant. Accompagné de Doyle Bramhall à l’écriture, Stevie Ray Vaughan nous impressionne surtout sur Wall of Denial et Tightrope, désarmantes de sincérité, mais Scratch ‘n sniff et The House is rockin’ ne sont pas mal non plus! Une fois n’est pas coutume, In Step connaitra un franc succès au niveau des ventes et Vaughan, galvanisé par la situation, s’attelle à la composition de son prochain album, prévu pour l’automne 1990. En août de cette même année, il donne un concert mémorable en compagnie d’autres virtuoses comme Eric Clapton, son frère Jimmie Vaughan et Buddy Guy. Mais Stevie Ray ne parviendra jamais à Chicago après ce funeste gig : l’hélicoptère qui devait le transporter dans l’Illinois s’écrase quelques minutes après son départ, tuant le guitariste et quatre autres passagers. Une triste conclusion pour un garçon qui était parvenu à ressourcer le blues et lui offrir une plate-forme de rêve.

 


 
Plusieurs LP sortent à titre posthume pour rappeler le talent de Stevie Ray Vaughan : Family Style (en compagnie de son frère) ou encore The Sky is crying (b-sides), sans oublier des versions remastérisées de ses premiers albums, agrémentés de titres live et inédits.

Publié dans Rock Legends

Commenter cet article

cactus aime le mot dit 15/12/2006 20:17

un de mes plus beaux souvenirs de concert en 1973 !
merci à toi !
let's poulette again , on the road , canned heat or not !

Systool 16/12/2006 12:30

Ciao Le Cactus!ça fait plaisir de trouver des fans qui ont vu ces musiciens légendaires... mais une question... en 73' SRV tournait déjà???

Lynette::0007: 08/12/2006 13:17

bonne journée...,en musique!

Systool 08/12/2006 14:54

Ciao!

nwman 07/12/2006 20:15

Ahhh, un super bon souvenir d'un morceau lancinant  d'un blues étincelant. Faudrai que je retrouve ça.
Un petit mot aussi pour te dire que depuis quelques temps que je passe ici, j'ai de plus en plus d'envies, à nouveau, d'écouter tous les grands guitare heroes !
Merci.

Systool 08/12/2006 10:53

Yes NW, ça me fait très plaisir!

carole 06/12/2006 23:24

Salut Sys, encore un dont je n'ai aucun album! j'ai été voir Jean Louis Aubert hier soir, je ne sais pas si tu aimes et si tu as été fan de Téléphone mais c'était géant... bises

Systool 07/12/2006 10:04

Ciao Carole! Non, je ne suis pas un grand fan de TELEPHONE, mais il est clair que JL Aubert est en train de faire une carrière solo remarquable...A bientôt

Chtif 06/12/2006 22:16

ola Sys,j'aurais bien repris une petite vidéo pour la route... !

Systool 06/12/2006 22:44

Ah j'avoue que je n'ai pas trop cherché... bon je vais voir si j'ai un peu de temps ce week-end, histoire de vous proposer quelque chose de SRV ;-)A+ Chtif