KING CRIMSON : Construction will be my Epitaph (biographie)

Publié le par Systool

King Crimson est un des groupes qui ont véritablement défini le rock progressif.

 

Mais déjà, de quoi s'agit-il? Difficile d'en faire une description, mais il est utile de garder à l'esprit le côté "construction musicale" d'une composition, le fait d'ajouter petit à petit un instrument, une note, une voix.

 

Robert Fripp, virtuose de la guitare (+mellotron), Ian Mc Donald (chant), Greg Lake (basse) et Michael Giles (batterie) sont les membres originels de King Crimson. N'oublions pas Peter Sinfield qui officiait en tant que parolier. Cette formation s'est stabilisée en novembre 1968. A ce moment les Beatles et les Rolling Stones font rage et d'autres groupes tels que Led Zeppelin et les Doors commencent à émerger.

 

 

Les King Crimson bénéficient d'une plate-forme de rêve puisqu'ils jouent l'un de leur premier concert à Hyde Park, en juillet 1969, en première partie des Rolling Stones qui ont organisé ce spectacle gratuit. 650'000 personnes se sont mobilisées pour assister à cet événement exceptionnel. Autant dire que King Crimson a pu faire montre de son talent! Quelques semaines après, le groupe entre en studio pour enregistrer son premier album, destiné à entrer dans le livre d'or du rock. In the Court of the Crimson King contient 5 morceaux, qu'il faut considérer comme de véritables opera. Ces cinq titres sont longs, enchevêtrés, empruntant des processus de composition tant au jazz qu'à la musique classique. Grandiloquant, délicat, atmosphérique, complexe sont des adjectifs qui nous viennent à l'exprit lorsqu'on écoute 21st Century Schizoid Man, I talk to the Wind ou Epitaph.

 

 

Malheureusement, la cohésion du groupe s'altère en raisons de sombres histoires de divergences musicales et Robert Fripp se retrouve rapidement tout seul. Il serait compliqué et fastidieux d'expliquer les changements de line-up opérés les années suivant la sortie du premier album, puisqu'après quasiment chaque album, on assiste à un remaniement complet du groupe, si ce n'est la présence constante de Fripp.

 

Le successeur de In the Court of the Crimson King sort en 1970 et récolte également passablement de succès. In the Wake of Poseidon s'inscrit dans la même veine que le premier opus, à la différence près que le mellotron prend une place beaucoup plus importante, quitte à reléguer la guitare au second plan. Des titres tels que Cadence and Cascade ou The Devil's Triangle se démarquent du reste du tracklisting de l'album. A noter qu'à cette période, King Crimson fait auditionner Bryan Ferry, futur Roxy Music, comme chanteur éventuel...

Après un léger passage à vide avec Lizard et Islands (tout le monde n'est pas d'accord, je sais...), le groupe nous propose en 1973 un cinquième album fabuleux : Lark's Tongue in Aspic. On remarquera la démarche très expérimentale du groupe ainsi que l'introduction d'un violon, joué par un certain David Cross. Le morceau-titre et Talking Drum sont à mettre dans la liste des plus belles compositions du groupe.

 

 

 

Avant de parler de l'album suivant, on peut oser une petite analyse de l'impact du groupe, mais surtout des raisons qui ont fait que les King Crimson, malgré leur talent évident, sont quasiment toujours restés en marge du milieu rock. Le groupe a souvent privilégié un côté très expérimental ainsi qu'une filiation avec des genres musicaux très vastes : jazz, classique, rock psychédélique...De plus, les thèmes abordés et l'utilisation de termes abscons voire pompeux pour nommer les albums n'ont pas vraiment favorisé un élan massif de la part de la frange rock du peuple musical. Le rock est avant tout une question de feeling, d'impulsions et de sensations brutes, tandis que certains groupes à l'instar de King Crimson ont tenté une approche beaucoup plus rationalisante, mécanique, et même scientifique.

 

 

 

Un autre classique du groupe est édité début 1974, Starless and Bible Black. Cet opus contient également plusieurs titres dignes d’intérêt : The Great Deceiver, The Night Watch ainsi que le titre éponyme. Suivra quelques mois plus tard Red, qui complète le tryptique formé avec Lark's Tongue et Starless. Malheureusement, le groupe se scinde à nouveau en mille morceau et on pense que les carottes sont définitivement cuites pour King Crimson.

 


 

Robert Fripp se consacre à des projets solos avant de ressortir un album en 1981 avec un nouveau collectif appelé Discipline. Finalement, le groupe reprend le nom de King Crimson et conserve le terme Discipline pour le nom de l’album. Ce même groupe d’individus se réunira à nouveau pour Vrooom, un EP datant de 1994, qui ouvrira la voie pour un nouvel album l’année suivante (Thrak).

 

 

 

Ces dernières années, King Crimson a ressorti ses anciens disques en version remastérisée ainsi que de nombreux albums live ; sans oublier The Power to believe, leur dernier CD studio en date.

 

 

Influence indéniable de groupes comme Rush ou Gong, King (Gong) Crimson a souffert des changements incessants de formation et de sa démarche musicale peu conventionnelle. Il n’en demeure pas moins un protagoniste important du rock des années 70.



Le coffret "21th Century Guide to King Crimson",
dont le Volume 1 regroupe les albums sortis
entre 1969 et 1974

Publié dans Rock Legends

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

daniel delval 05/07/2007 14:59

Très bien fait, et très documenté, bravo ... Seulement, je ne suis pas tout à fait d'accord : Pour moi, le deux meilleurs albums de King Crimson sont Lizard et Islands, ceux que vous placez dans leur période la plus faible. 

Systool 05/07/2007 15:09

Bonjour Daniel! Je vous remercie de votre passage... pour ce qui est de "Lizard" et "Islands", je ne répondrai rien, puisque vous etes au moins la cinquième personne qui me fait la remarque dans les commentaires... je ne vais pas dire que vous avez raison, puisque chacun a son avis, mais presque ;-)

nyko 21/04/2007 14:14

je ne suis pas d accord non plus. pour moi "island" est magnifique avec des superbes envolées psychées. je le mets au même niveau que "in court of..." et que "lark's tongue..."

Systool 21/04/2007 15:44

Tu imagines si on était toujours d'accord? Mon blog ne servirait qu'à vous caresser dans le sens du poil! A+ Nyko et merci de passer

The Moonlit Knight 20/04/2007 14:51

"un passage à vide avec Lizard et Islands" ???????? le vide m'a surement échappé ! Lizard prend une tournure beaucoup plus sombre et jazz et n'hésite pas à explorer d'autres univers, Islands  est tout simplement magnifique ! le King Crimson le plus équilibré !
Un groupe superbe ! Prog, jazz, classique, funk, métal, contemporain, musique du monde ! des fragments de beauté ! ( et encore je préfère Genesis !)
mon blog sur le prog : http://themusicalbox.over-blog.com

Systool 20/04/2007 14:59

Bah, c'est une question de goût personnelle... :-) mais il n'en demeure pas moins que le Crimson est un groupe fabuleux, effectivement! et merci pour le lien vers ton blog!

le canard vexé 28/03/2007 16:07

Groupe au talent inépuisable !
 
Le canard vexé dédie une chronique amoureuse de Thrak =>
 
http://www.canardvexe.com/articles/304_king_crimson_th_1.php

Systool 28/03/2007 19:12

Ah ben je vais voir ça... Merci "vexed" Duck!

VERONIQUE 17/12/2006 12:56

OK BIOGRAPHIE EFFACEE............................................MERCI DU COMM.

Systool 17/12/2006 14:57

Tu peux laisser ma biographie sur ton blog... c'est juste qu'il est quand même plus correct de noter que ce n'est pas toi qui l'a écrit. Note mon nom et un lien et c'est OK