Piero Chiara : Le Préteur de Cuvio (Ed. du Rocher)

Publié le par Systool

Augusto Vanghetta est un individu médiocre, un gros bonhomme au visage porcin et ayant terminé avec peine des études de droit. Ses emplois comme stagiaire et employé mineur dans différentes cités lombardes et piémontaises lui valent une promotion inespérée grâce à la loi Mortara. Celle-ci avait été instaurée par le gouvernement fasciste de Mussolini et était destinée à mettre en valeur les professions de la justice. Une aubaine pour Vanghetta qui se retrouve « préteur », traduction littérale du pretore italien issu directement du praetor latin. En somme, il s’agit d’un magistrat ayant un certain pouvoir au niveau local. Ainsi, l’homme de loi prend ses quartiers dans cette commune de Varese, avec son épouse Evelina. Il faut savoir que Vanghetta est un drôle de larron. Malgré son embonpoint et son aspect franchement repoussant (Chiara le décrivant tour à tour comme un blaireau, ou encore un bélier), il fait un usage soutenu de son organe génital et ce depuis ses plus jeunes années. Ceci débuta avec la sœur du curé l’ayant recueilli étant enfant. Loin d’être une beauté et âgée de plus de 40 ans, celle-ci semblait devoir terminer ses jours à louer le seigneur et conserver sa virginité. C’était sans compter sur l’appétit vorace de Vanghetta. Son mariage avec Evelina n’a pas changé la donne. Au contraire, Augusto a fréquenté les bordels avec davantage d’assiduité après avoir accepté sans broncher les chaînes matrimoniales. Par ailleurs, sa fonction d’homme de loi lui a permis d’élargir son spectre d’action, puisqu’il a pu soulager ses pulsions avec ses clientes et cela sans distinction d’apparence, d’âge ou d’origine. Parallèlement à cela, Evelina a émis des doutes sur la fidélité de son époux, mais davantage par une intuition toute féminine qu’au moyen d’une preuve concrète. D’ailleurs, celui-ci a rapidement mis de côté son devoir conjugal, ce qui a provoqué chez son épouse un amaigrissement conséquent.

 



Piero Chiara est l’un des auteurs italiens les plus lus du XXème siècle et pourtant, seule une infime partie de ses écrits sont parvenus dans nos contrées. Par chance pour les non-italophones, les Editions du Rocher ont fait paraître récemment Le Préteur de Cuvio en VF. Etudiant peu assidu et autodidacte, Chiara a fui le régime fasciste dans les années 30. Ses voyages l’ont amené notamment en France et en Suisse (à Tramelan, dans le Jura Bernois, pour être plus précis). Par la suite, il enseigne l’italien en Suisse alémanique et se met à l’écriture dans les années 50. Comparé à Italo Calvino pour ses thèmes extravagants, Chiara illustre également la monotonie de la vie et les vicissitudes du mariage par ses personnages grotesques dignes de Boccacce. Ainsi, La Chambre de l’Evêque, porté à l’écran par Dino Risi en 1977. Dans Le Préteur de Cuvio, qui contient une épigraphe du fameux Decameron, Chiara nous expose tout son talent de conteur, au moyen d’un style à la fois fin et caricatural. La monstruosité de Vanghetta suscite en nous des sensations contradictoires de dégoût et d’amusement et bien entendu, le mitan du roman coïncide avec un retournement de situation, puisque le préteur devient arroseur arrosé, ou du moins suspecte que son épouse, diaphane et déprimée, le trompe avec son assistant, l’inoffensif Landriani. Le Préteur de Cuvio s’avère à la fois léger et tumultueux – l’épisode de l’orage durant la représentation de théâtre exhibe pleinement le caractère tragicomique des écrits de Chiara. Histoire de cocus, histoire de mœurs, c’est avant tout une farce drolatique sur l’inconsistance de la vie et de l’amour.


Piero Chiara – Le Préteur de Cuvio

Editions du Rocher

Publié dans Books

Commenter cet article

SysTooL 04/10/2009 15:01


Syco : Grotesque, Vanghetta l'est certainement, tout comme certaines situations de ce roman très agréable à lire!


Sycophante 04/10/2009 14:19



Encore un auteur que je ne connaissais pas... J'aime bien l'aspect "grotesque" du personnage principal en tout cas.



SysTooL 30/09/2009 15:25


Oh non, vous voulez pas me faire chroniquer un Bowie, quand même... je vais faire de la résistance... :-)


dr frankNfurter 30/09/2009 15:08


un petit comm' pour te souhaiter bon retour... et on t'attends pour le David Bowie blog tour 2009 ;-)