DELTRON 3030: s/t (chronique, 2000)

Publié le par Systool

Dans The Grand Wazoo, fleuron du jazz-rock paru en 1972 (ou album d'ambiance pour Guic), Frank Zappa faisait évoluer Cletus l'empereur du funk et Mediocratus dans une joute musicale à l'époque romaine. Chaque lundi, l'appel du verdict (le résultat des charts) se faisait par l'entremise d'un mégaphone de fortune appelé le grand Wazoo. Près de trente ans plus tard, Del Tha Funkee Homosapien crée un supergroupe de hip hop dont le premier méfait narre les aventures de Deltron Zero, individu féru de battles intergalactiques en l'an 3030. De son vrai nom Teren Delvon Jones, Del s'était déjà distingué comme l'un des espoirs du rap alternatif, notamment lors de la sortie de No Need for Alarm en 1993, mais c'est sa collaboration au sein de DELTRON 3030 avec Dan The Automator et Kid Koala qui lui vaudra une reconnaissance majeure. Adepte de tournures tarabiscotées et de thématiques excentriques, Del propose un album conceptuel qui représente à la fois un avertissement face aux dangers de l'informatique et un trip délirant puisque son alter ego, Deltron Z, sillonne l'espace afin de décrocher le titre de champion galactique de la rime. On remarquera d'ailleurs que ce dernier a sans doute dû influencer la création de Hour Hero Yes, personnage central des tribulations de SUBTLE, formation partageant l'état d'esprit et la versatilité musicale de DELTRON 3030. S'entourant de Dan (The Automator) Nakamura, producteur de génie ayant déjà collaboré avec Kool Keith (Dr OCTAGON), de même que le DJ Kid Koala, Del se dote d'une section musicale fulgurante qui sculpte des instrumentations variées, tour à tour mélodieuses et entraînantes. S'il fallait un argument, je vous proposerais sans détour le titre introductif, 3030, soit 7 minutes phénoménales qui cloueraient le bec de toute personne pensant que le hip hop n'est qu'une machine à bruit dépourvue de subtilité. Ambiances éthérées et chants grégoriens, orchestrations sublimes piquées à... William Scheller (sic) et le flow obstiné du macaque funky. Je ne pensais jamais pouvoir dire qu'un titre de hip hop était simplement beau. Et bien voilà.

 



La machine est bien rôdée et on poursuit sur un rythme soutenu durant une heure : les voix pitchées et la mélodie cabotine de Things you can do, le beat spatial de Positive Contact, le message paranoïaque de Virus où Del joue les terroristes informatiques répandant une menace numérique au niveau planétaire. L'essentiel est de ne pas se reposer sur ses acquis, c'est pourquoi l'Homosapien nous invite à élever le niveau sur Upgrade, le titre suivant


Upgrade your gray matter 'cause one day it may matter


La piste centrale de l'album, Mastermind, exhibe une mélodie crépusculaire et des scratches syncopés, tandis que sur Madness, Del distille un message d'humanité globale et son amour inconditionnel de la musique, créneau dans lequel tout le monde souhaiterait évoluer en l'an 3030... Time keeps on slipping voit la présence de Damon Albarn (BLUR) et représente en quelque sorte la version embryonnaire de GORILLAZ, un projet du chanteur londonien qui comptera justement Dan Nakamura (producteur du premier album de 2002) et Del Tha Funkee Homosapien en guest sur plusieurs titres. En fait, ce titre semble la fusion entre Tomorrow comes Today et New Genious (Brother). Notons que DELTRON 3030 sont tellement bons qu'ils se paient même le luxe de laisser certaines idées géniales à l'état d'ébauches, comme c'est le cas sur les excellents skits que sont New Coke ou The News. The Automator nous gratifie d'ambiances cinématographiques inquiétantes sur Turbulence, un morceau qui n'aurait pas dépareillé sur LOVAGE, sa collaboration avec Mike Patton datant de 2001.

 


L'album se conclut sur des titres plus expérimentaux qui déclinent des percées ragga (Battlesong), un chant lascif (Love Story) et un clavecin digne des BEATLES (Memory Loss). Comme par hasard, on retrouve le fiston Lennon qui pousse la chansonnette sur ce titre contenant des cuivres dignes de A TRIBE CALLED QUEST. L'agilité verbale protonique de Del et les neutrons musicaux des deux autres gaillards forment une mixture atomique explosive qui s'est fait rapidement une place dans le tableau périodique des élémentaires albums de hip hop. En attendant la suite, prévue depuis belle lurette et peut-être enfin disponible en 2009, les chimistes en herbe sauront faire leur choix...

 


DELTRON 3030 – Deltron 3030 (2000, Hieroglyphics Records)

 


Publié dans Hip Hop

Commenter cet article

SysTooL 11/01/2010 13:11


Vraiment un superbe album de hip hop, pour ma part... mais une sorte de one hit wonder, puisque Del et Nakamura n'ont plus collaboré ensemble par la suite, même si un second album est
annoncé depuis belle lurette...


Arno 11/01/2010 11:41


Tout bon de chroniquer cet album... Le flow est excellent mais les ambiances et les lignes de basses de l'album sont ce qui me fascinne le plus... Impossible de se lasser... Et il est vrai qu'à
l'écoute, on sent Gorillaz pointer tout doucement le bout de son nez (pour notre plus grand plaisir)


SysTooL 24/07/2009 08:07

Si tout le monde y trouve son compte, c'est magnifique!!See Ya, D!!! Et bon week-end, c'est clair (pour ma part, working week-end, mais bon, il en faut bien, de temps en temps)

D&D 24/07/2009 02:57

L'a l'air content le doc :-)Et la première écoute ne me déplaît pas non plus, loin de là...Et en plus, je peux avouer que j'aime beaucoup William Sheller ;-)Bon week-end doc !

SysTooL 26/06/2009 14:38

Ah oui, aussi... ;-)