ATREYU : La malédiction est rompue (The Curse, 2004)

Publié le par systool


Dans le décor idyllique de Orange County, il y a 5 types qui font plutôt tache : ce sont les membres d’ATREYU, un groupe de metalcore (ou sludge metal selon les journalistes) qui sévit depuis maintenant trois ans. Après un EP déjà prometteur, Fractures in the Facade of your Porcelain Beauty, le band sort dans la foulée son premier véritable album, Suicides Notes and Butterfly Kisses, qui ravit les fans du genre. Il faut dire que ces lascars ne font rien comme tout le monde : non contents d’asséner des riffs furieux et des hurlements de bête, il faut qu’ils agrémentent le tout d’envolées lyriques (c’est le batteur qui s’y colle) et de textes plus profonds que ceux du commun des métalleux...Est-ce possible? Il faut bien dire que si on appelle son groupe ATREYU (en référence au personnage de L’Histoire sans Fin de Wolfgang Petersen), oui, tout est possible...Alors, qu’en est-il de ce deuxième album? The Curse, c’est-à-dire la malédiction.


S’ils pensaient au fait de ne jamais pouvoir être au sommet des entrées du BILLBOARD, c’est clair que ça risque pas d’arriver. Maintenant, si le titre a une portée plus philosophique...Passée Blood Children, une brève intro assez angoissante, ça démarre en trombe avec Bleeding Mascara, un brûlot hardcore comme on les aime et qui présente les caractéristiques du groupe : voix gutturale d’Alex Varkatzas, riffs monstrueux des gratouilleurs T.Miguel et D.Jacobs, section rythmique modèle poids lourd avec un refrain bien enlevé, où la voix forte et mélodieuse du batteur Brandon Saller s’entrelace avec les beuglements vindicatifs de Varkatzas. Suivent d’autres tubes en puissance qui risquent, dans un monde parfait, de ravir la première place des charts à Britney, Beyonce et autres Kyo : Right Side of the Bed, You eclipsed by me, The Crimson ou encore Demonology and Heartache.Le groupe s’essaye également à des parties instrumentales plus nuancées (An Interlude, Nevada’s Grace) ce qui apporte un peu de fraicheur et de diversité dans cet album dont le point faible majeur est l’aspect somme toute monocorde des compositions.Néanmoins, le groupe est promis à un bel avenir et semble lancé vers un succès éclatant auprès des fans de metal, et ce n’est pas sa participation à l’OZZFEST 2004 qui nous démentira...

 

Publié dans Metal - Hardcore

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
Au moins, ils sont venus te chercher... moi, ils m'ont laissé sur la route comme un con! :-)
Répondre
R
Même passion pour la musique , j'ai un blog également, voila le lien: rockencritique.unblog.frJ'ai malheureusement pas vraiment apprécié cet opus de Atreyu, ils sont venus me chercher surtout avec Lead Sails And Paper Anchor!
Répondre
C
ton blog est pa mal fai merci pour les infos sur poe
Répondre