THE FLAMING LIPS : The Fight Test (One Song)

Publié le par Systool

Associé aux FLAMING LIPS, le terme « extraterrestre » ne semble pas galvaudé. La formation de Wayne Coyne évolue depuis plus de vingt ans dans un univers créé de toutes pièces, alliant une musique et des représentations scéniques époustouflantes, teintées de psychédélisme et d'expérimentations en tout genre. C'est comme si Syd Barrett avait copulé avec Neil Young en matant un concert des WHO. L'élément le plus marquant à l'écoute d'un titre des FLAMING LIPS est cette propension à proposer des mélodies acidulées et très pop, mêlées avec des sonorités bizarroïdes créant un curieux décalage. Ainsi, après plus d'une décennie à parcourir inlassablement l'Amérique avec leurs OVNI soniques sous le bras et récoltant au passage un succès d'estime au niveau commercial, Wayne Coyne, Michael Ivins et Steven Drozd font paraître The Soft Bulletin (1999). Il s'agit d'un collage pop-rock ahurissant qu'on a comparé au Pet Sounds des BEACH BOYS, largement considéré comme l'un des albums les plus réussis des années 90, même s'il a également trouvé son lot de détracteurs. Dans la foulée – enfin, trois ans après – le trio désormais accompagné de Kliph Scurlock nous livre Yoshimi battles the Pink Robots, album-fleuve représentant une réponse lasse aux années insouciantes et hippies.




En cela, le titre The Fight Test introduit brillamment cet opus : alors que les circonvolutions gargouillantes de la basse lancent les hostilités, on est happé par la voix de Coyne qui ne lâchera plus prise durant les 4 minutes qui composent cette chanson. Aérien, désabusé et mélodieux en diable, le psycho-barde nous fait part naïvement de ses préoccupations les plus intimes. L'avantage avec THE FLAMING LIPS, c'est que le propos, aussi sérieux soit-il, est toujours emballé dans un joli paquet fluo. Hormis la basse glapissante de Michael Ivins et les samples robotiques en début et fin de titre, l'accompagnement musical est en l'occurrence plutôt en retrait, laissant le champ libre à Coyne qui enchaîne les lignes vocales avec une aisance déconcertante, y plaçant de l'émotion sans forcer le trait. De même, la production décriée de Dave Fridmann (MERCURY REV) sur The Soft Bulletin se trouve ici plus légère, du moins sur ce titre. En attendant la comédie musicale basée sur cet album, vous pouvez toujours jeter un oeil à Christmas on Mars, le film déglingué de Wayne Coyne qui a ma foi un peu forcé sur les champignons...



THE FLAMING LIPS – The Fight Test

in Yoshimi battles the pink Robots






THE TEST BEGINS - NOW (spoken)
I thought I was smart - I thought I was right
I thought it better not to fight - I thought there was a
Virtue in always being cool - so when it came time to
Fight I thought I'll just step aside and that the time would
Prove you wrong and that you would be the fool -

I don't know where the sun beams end and the star
Lights begins it's all a mystery

Oh to fight is to defend if it's not
Now than tell me when would be the time that you would stand up
And be a man - for to lose I could accept but to surrender
I just wept and regretted this moment - oh that I - I
Was the fool

I don't know where the sun beams end and the star
Lights begins it's all a mystery
And I don't know how a man decides what right for his
Own life - it's all a mystery

Cause I'm a man not a boy and there are things
You can't avoid you have to face them when you're not prepared
To face them -
If I could I would but you're with him now it'd do no good
I should have fought him but instead I let him - I let
Him take it -

I don't know where the sun beams end and the star
Lights begins it's all a mystery
And I don't know how a man decides what right for his
Own life - it's all a mystery

THE TEST IS OVER - NOW (spoken)



Publié dans One Song

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

SysTooL 20/08/2009 13:04

Oui, on a cité ces deux albums dans les commentaires, en effet... et la comparaison avec MERCURY REV est d'autant plus judicieuse que c'est Friedmann qui a produit nombre d'albums des FLAMING LIPS...

Dahu Clipperton 20/08/2009 12:54

Fluo, fluo, c'est pas les Scissor Sisters non plus ! ^^ Marrant comme ils se font dézinguer depuis "The soft bulletin" (que j'aime beaucoup, hein), alors qu'ils ont sorti 8 ou 9 (?) albums avant cela, ce qu'on oublie souvent... J'invite ceux et celles qui ne connaissent pas leur discographie avant 1999 à se pencher, entre autres sur "Clouds taste metallic" et "Transmissions from the satellite heart" (et puis "In a priest driven ambulance", aussi), plus abrasifs, enfumés par des volutes de space rock et de noise. Un parcours assez semblable à celui de Mercury Rev (même s'ils sont formés depuis plus longtemps)

Guic' the old 20/08/2009 09:44

En même temps, même moi qui n'ai pas l'oreille la plus musicale du monde (techniquement parlant), j'ai fait le lien...M'est avis qu'il y a du y avoir un paquet de monde pour le faire avant moi!!

SysTooL 20/08/2009 08:03

J'aurais dû parler de "Father and Son" dans l'article, je crois, vu le nombre de personnes qui m'ont fait la remarque... et ce titre a été systématiquement comparé à celui de CAT STEVENS... Coyne s'en est défendu tout d'abord, puis s'est montré plus nuancé, par rapport à cette "influence"...

Guic the old 19/08/2009 21:22

P*tain... Syst, modifie ta mise en page que je sois forcé à lire les commentaires avant d'en poster, s'inte plait....(Parce que désolé, mais j'ai l'air de quoi, là? :-/) ;-)