QUEENS OF THE STONE AGE : l'Homme de la Situation (biographie)

Publié le par Systool


Josh Homme est quand même un drôle de type ; ainsi, on pouvait lire dans une interview accordée récemment par le leader des QOTSA : "Je n'ai jamais fait partie d'un groupe de stoner"...Si s'administrer des substances illicites en jouant du rock'n'roll ne signifie pas être "stoner", il a raison. C'est cependant l'acception que le commun des rockers a à l'esprit... Disons que le bon Homme n'aime pas les étiquettes et que le terme "stoner" est aussi vague que réducteur.



Né des cendres des légendaires KYUSS (prononcez « Caillousse »), les QUEENS OF THE STONE AGE officient depuis 1997 : à la barre, donc, Joshua Homme, vocaliste et guitariste de talent et son ami Nick Oliveri, bassiste de son état, resté sur le même bateau depuis l'époque Kyuss. Ensuite, ça se gâte un peu niveau line-up, les deuxièmes guitaristes et batteurs se succédant d'album et album, sans compter les invités plus ou moins fixes (Dave Grohl, Mark Lanegan...) si bien que seul le fan averti saura vous décliner la composition du groupe en temps réel... Récemment, Homme a recruté Troy Van Leeuwen (A PERFECT CIRCLE) et Joey Castillo (DANZIG). Après un premier album éponyme sur le label indépendant Loosegroove, dont on retiendra les perles If Only et You would know, le band casse la baraque en 2000 avec son RATED R (ou RESTRICTED, en référence à la notice cinéma qui reviendrait à dire "destiné à un public averti") ! Décidément, la musique des QOTSA n'est pas accessible à toutes les paires d'oreilles! Mais si l'auditeur peut passer outre (ou cautionner) les trips psychédéliques des lascars, il pourra en apprécier le rock ravageur et les mélodies "catchy" ; preuves en sont In the Fade, The lost Art of keeping a Secret ou encore Feel good Hit of the Summer, véritable hymne à la débauche où l'on peut entendre Josh Homme répéter "Nicotine, Valium, Vicudin, Marijuana, Ecstacy and Alcohol...Cocaine!". Un cocktail pour le moins détonnant à ne pas prendre à chaque petit-déjeuner avec les Frosties de Kellogg's!



Deux ans plus tard, c'est la consécration pour ainsi dire planétaire: SONGS FOR THE DEAF pulvérise les ventes, les clips de No One knows et Go with the Flow passent partout, nombreux sont ceux qui le considèrent comme le meilleur album rock depuis...RATED R! Et certains osent même pousser le bouchon jusqu'à affirmer que rien de mieux ne s'est fait depuis NEVERMIND de Nirvana! Rappelons d’ailleurs que Dave Grohl, légendaire batteur du groupe de Kurt Cobain et actuellement leader des FOO FIGHTERS, clamant maintes fois son admiration pour les QOTSA s’est vu naturellement inviter derrière le drumkit pour enregistrer SONGS FOR THE DEAF! Et autant dire que le bon vieux Dave a toujours la patate : il transcende littéralement certains morceaux comme A Song for the Dead ou l’hypnotique The Sky is falling. On sent d’une manière générale une maîtrise impressionnante de la part du groupe qui passe allègrement d’un brulot punk comme Six Shooter à une ballade avec un orchestre dément sur Mosquito Song. Au-delà des riffs prenants et diablement efficaces, de cette voix planante et de cette ambiance druggy, c'est toute la philosophie (Sex), Drugs and Rock’n roll qui transparait ; on connaissait "Critique de la raison pure" d’Emmanuel Kant, là c'est plutôt "Ode à la cocaine pure" par le Professeur Homme... Leur goût immodéré pour certaines substances chimiques et les comportements bizarres associés (les fameuses Generator Parties lors desquelles ils se retrouvent avec leurs comparses dans le désert pour jammer toute la nuit) peuvent nous laisser une impression mitigée quant à leur sérieux, et pourtant ces musiciens savent s’engager quand il le faut : Josh Homme a récemment participé à un concert de charité pour les victimes du Tsunami en Asie, en compagnie d’Eddie Vedder (PEARL JAM) et Beck...



Enfin, il convient de dire deux mots sur les nombreux apartés musicaux de Nick Oliveri et Josh Homme. Tout d’abord les DESERT SESSIONS, dont le principe est simple : on appelle quelques potes, on se biture et on enregistre n’importe quoi... Sur dix volumes parus jusqu’à présent, un tri méticuleux nous permet de garder une trentaine de tracks correctes. Citons encore les EAGLES OF DEATH METAL, très rock’n roll malgré leur patronyme, avec Josh à la batterie et Jesse Hugues, un pote du lycée, s’occupant du reste ; le résultat est pour le moins surprenant : c‘est les Rolling Stones enregistrant dans un garage aussi miteux que la pochette du disque. Finalement, Homme s’est chargé de la BO de The dangerous Lives of Altar Boys (2002), une sorte de Virgin Suicides au masculin sur fond de comic books, réalisé par le prometteur Peter Care, avec Emile Hirsch et Kieran Culkin (oui, le frère de l’autre).

En 2003, on a droit à un EP de reprises de vieux standards rock, auxquels s'ajoutent un remix de No one knows et deux b-sides plutôt efficaces (Born to Hula et The Bronze) : STONE AGE COMPLICATIONS.



Enfin, en 2005 sort la suite tant attendue des QUEENS OF THE STONE AGE. Lullabies to paralyze convainc son monde malgré l'absence de Nick Oliveri et certains titres comme Everybody knows that you're insane ou Tangled up in Plaid font mouche sans réellement innover. Someone's in the Wolf et The Blood is Love sont dans la lignée de Better living through Chemistry et Josh Homme, au demeurant accompagné de très bons musiciens (Troy Van Leeuwen, Joey Castillo et Alain Johannes) se laisse aller à de nouvelles orientations : bluesy sur Like a Drug ou rock 'n roll avec Broken Box. On peut cependant critiquer l'aspect un peu misogyne qui est distillé dans certains textes...

 

A LIRE EGALEMENT...

 

- Sommaire QUEENS OF THE STONE AGE

Publié dans Rock Classics

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
R
pas mal ce groupe
Répondre
S
N'est-ce pas? ;-)
R
Excellent post...Pour ma part mon coeur va pour: Song for the dead, Do it again, The blood is love, Skin to skin (parce que cette chanson, je la vois très bien dans un film de Tarantino...)
Répondre
S
Hello RX... ah ben oui, je ressors de vieilles archives peu visitées, comme c'est l'été...Les titres que tu as cité sont également parmi mes favoris, à part Skin on Skin avec laquelle j'ai un peu de peine... mais je vois ce que tu veux dire pour Tarantino ;-)A+ et merci!!!