Chron'espresso 4 : Amadou & Mariam, Black Milk, These Arms are Snakes

Publié le par Systool









AMADOU ET MARIAM : Welcome to Mali

(Because Records, 2008)


L’histoire d’Amadou Bagayoko et Mariam Doumbia est plutôt touchante. Ces artistes Maliens se sont rencontrés à l’institut des aveugles de Bamako, étant tous deux touchés par cette déficience sensorielle. Dans les années 80, ils se marient, décident de former un duo musical et tourner dans la région. Ils déménagent par la suite en Côte-d’Ivoire et depuis dix ans, leurs albums paraissent internationalement. Dimanche à Bamako a d’ailleurs bénéficié d’un succès plus que mérité, raflant une Victoire de la Musique en 2005. La présence de Manu Chao, qui se dit fan de la première heure, y est sans doute pour quelque chose en termes d’exposition médiatique. Les voilà donc de retour avec Welcome to Mali, qui débute avec Sabali, un titre qui mêle curieusement mais savamment le son chaud de l’Afrique et des claviers synthétiques arrangés par Damon Albarn qui est décidément partout (et même bientôt avec BLUR). On aura droit à d’autres surprises, telles que le groove de Djuru ou la rythmique endiablée de Africa.

Même si les textes font parfois sourire par leur simplicité (Ce n’est pas bon, Je te kiffe), le son est si rafraichissant qu’on ne peut s’empêcher d’avoir le moral en ces temps sombres, et ça, c’est grâce au chant enjôleur de Mariam et la guitare dansante d’Amadou. 3,5/5













BLACK MILK : Tronic

(FatBeats records, 2008)


Insatiable Curtis Cross, qui à peine une année après son baptême discographique (Popular Demand, chroniqué ici) fait paraître tout d’abord l’efficace Cal-troit et quelques mois plus tard Tronic. Comme son nom l’indique, ce dernier recèle des sonorités plus électroniques que par le passé. Jadis volontiers tourné vers des samples old school qui empruntaient à la soul et au funk, BLACK MILK semble évoluer désormais dans des territoires synthétiques, à l’image de l’introductive Long Story Short ou de Hell Yeah. Alors que son flow moins assuré que sa prod s’avérait un peu le point faible du jeune homme (25 ans mais déjà une pile de titres à son actif), on a l’impression que la donne a changé, tant les lyrics ont gagné en puissance de frappe. L’influence de J Dilla et Slum Village est évidente, d’autant plus quand on sait que BLACK MILK est également originaire de l’industrielle Detroit. L’année 2008 était sur le point de se terminer sans que l’on puisse véritablement admettre qu’un excellent album de hip hop était paru. C’est chose faite. Et non, je ne parle pas des pleurnicheries de Kanye West mais bien de la dernière bombe à retardement de BLACK MILK. 4/5








 

 




THESE ARMS ARE SNAKES : Tail Swallower & Dove

(Suicide Squeeze Records, 2008)


Nés des cendres de KILL SADIE et BOTCH – la plus grande promesse non tenue du hardcore de ce début de décennie – TAAS évoluent dans un rock noisy et brutal qui n'est pas dénué de fioritures. Le problème avec Easter, le précédent opus, est qu'il avait parfois tendance à gonfler en raison d'influences trop disparates et d'effets électroniques superflus. Avec Tail Swallower & Dove, la formation de Seattle revient à un son plus brut de décoffrage. Dès les premières secondes de Woolen Hearts, on est happé par les accords déglingués et la voix criarde de Steve Snere. En deuxième partie de titre, on nous offre une section space-rock et les contre-temps du batteur Chris Common (également à la prod). La formation nous propose un post-hardcore qui n'est pas sans rappeler AT THE DRIVE-IN en plus bourrin (Red Line Season) ou encore DEFTONES (les arpèges de Ethric Double), même si elle intègre volontiers des sonorités plus bizarres (les effets techno-glam de Lucifer). Il est cependant regrettable que la seconde moitié de cet Avaleur de Queue et Tourterelle – ne riez pas - soit nettement moins mémorable. 3,5/5

Commenter cet article

SysTooL 01/01/2009 17:15

D : C'est super sympa, ce petit mot! Ca me touche vraiment... pour la santé, tu sais bien que les cordonniers sont toujours les plus mal chaussés ;-)Heureuse année à toi aussi, D, que cette année 2009 que tout le monde craint t'apporte toutes les satisfactions que tu attends!

D&D 01/01/2009 16:31

Coucou doc J'en suis encore aux petites révisions proposées ici, mais j'ai grand hâte de bientôt découvrir le bilan 2008 que tu as concocté.Je ne peux attendre davantage, en revanche, pour te souhaiter une excellente année 2009 ! Du bonheur, de l'amour, des joies et de beaux voyages, sur le globe ou parmi les oeuvre... Pour la santé, tu te débrouilles très bien tout seul, il me semble.And of course, longue vie à tes blogs !A bientôt

SysTooL 18/12/2008 13:04

Khi : Oui, BLACK MILK, je trouve qu'il est très prometteur et pas trop pourri par le milieu, pour l'instant... Popular Demand était déjà sympa, mais avec TRONIC, il est intéressant de constater comment il a élargi ses horizons. Sinon, pour TAAS, ça déchire pas mal, c'est sûr!

Khiyew 17/12/2008 23:10

J'avoue ne pas accrocher à la musique d'Amadou et Mariam (en fait c'est plus leurs textes qui passent pas...). Zao rules ;)Black Milk se laisse écouter pour du Hip-hop (j'ai pas pu trouver Tronic alors je commente à l'écoute de Popular Demand) mais ça passera pas en permanence chez moi.Par contre les petits gars de TAAS ils envoient du pâté, je connaissais pas est c'est désormais inclus à ma playlist actuelle

SysTooL 17/12/2008 18:25

Klak : C'est pas faux, comme dirait Perceval dans Kaamelott! Sur Sabali, spécialement, on sent la patte Albarn, tandis que sur un titre comme "Je te kiffe", je croyais que c'était en compagnie de Manu Chao, mais en fait c'est un certain Juan Rozoff... Bref