PEARL JAM : Pearl Jam (chronique, 2006)

Publié le par Systool

Cela faisait quatre ans qu’on n’entendait quasiment plus parler de PEARL JAM. Le mythique groupe de Seattle nous avait habitué à sortir un album tous les deux ans et ce hiatus prolongé pouvait être synonyme de difficultés, mais cela n’est que spéculations. En réalité, Eddie Vedder et ses amis ont lâché Epic en leur octroyant un dernier album comme indiqué dans leur contrat (le best of Rearviewmirror) et ont fondé leur propre label Monkey Wrench, distribué malgré tout par Sony/BMG. Et les voici de retour avec leur 8ème album en quinze ans d’existence, l’éponyme Pearl Jam. Une pochette un peu passe-partout – fond bleu et demi-avocat – et un sens aigu du design, puisqu’il faut mentionner le soin tout particulier que le groupe prend à nous concocter ses livrets. Dans le cas présent, on notera avec effarement l’allure de la seule photo de groupe : Vedder et compagnie grimés en pseudo-zombies! Il y a de quoi rester pantois.

 

 

 

 

 

Mais trève de considérations esthétiques, nous sommes ici pour discuter du contenu, alors plongeons-nous dans le noyau de ce fruit que PEARL JAM nous offre sans détour. Ça démarre comme souvent sur les chapeaux de roue avec un Life Wasted contrasté et nerveux. On sent la patte de ce groupe inimitable dans chaque riff de Stone Gossard, chaque coup de baguette de Matt Cameron, chaque cri de Vedder. World Wide Suicide et Comatose poursuivent sur la même voie plaintive et énergique qui caractérise PEARL JAM, ce dernier titre possèdant d’ailleurs un riff proche de Spin the Black Circle (sur Vitalogy, 1994). Les années passent et on pensait que le groupe avait troqué sa rage au détriment d’une certaine sérénité. Que nenni, cet album nous montre que Vedder n’a rien perdu de sa virulence… saluons ainsi le riff déjanté de Severed Hand et le solo à la wah-wah de Marker in the Sand. Il faudra attendre la sixième piste, Parachutes, pour que les esprits s’apaisent un tant soit peu ; on a droit ici à des arpèges mélancoliques dont Gossard a le secret et la requête détachée de Vedder, qui souhaite que « the World goes again with Love » sur un ton qui n'est pas sans rappeler les compositions des BEATLES.

 

On poursuit avec un Unemployable signé Cameron et McCready, dont les chœurs étonnants du refrain constituent une surprise agréable, puis la composition du bassiste Jeff Ament, Big Wave, toujours menée tambour battant par un riff casse-cou. Une petite ballade (Gone) pour souffler un instant et se délecter du chant déchirant d’Eddie Vedder, toujours empli d’émotion, à la fois de tristesse et d’espoir. Après un bref intermède – la reprise des paroles de Life Wasted sur fond d’orgue – on entame la dernière partie de l’album avec Army Reserve qui traite l’un des sujets de prédilection du groupe (la guerre et la séparation) puis la délicate Come back avec ses relents de blues nous faisant penser à Van Morrison. Inside Job, le titre conclusif, nous permet d’admirer l’espace des deux minutes introductives les ambiances que les musiciens savent si bien créer, ce qui est plutôt rare dans cet album majoritairement guidé par la voix de Vedder.

 

de gauche à droite : Stone Gossard, Mike McCready, Jeff Ament, Eddie Vedder et Matt Cameron

 

A la différence de Riot Act, leur précédent effort, ce nouvel album présente l’avantage d’être plus équilibré ; des titres comme Wasted Life, Parachutes et Unemployable sont en mesure de se placer comme des hits du désormais large catalogue de PEARL JAM. Cependant, l’absence de la touche world music qui amenait un peu de fraicheur sur Yield ou No Code semble avoir totalement disparu, le groupe nous assenant des chansons axées sur une construction classique et rigide avec guitare, basse et batterie. Un huitième album qui constitue ainsi une synthèse de la hargne brute des VS et autres Vitalogy avec une approche plus mature que seules les années ont pu apporter. PEARL JAM n’a plus rien à prouver, et ils nous le montrent aujourd’hui de la meilleure façon qui soit.

 

PEARL JAM - Pearl Jam (Monkey Wrench Records, 2006)

A LIRE EGALEMENT...

- la biographie de PEARL JAM (ici)





Regardez le clip vidéo de  Worldwide Suicide, le nouveau single de PEARL JAM

 

 

 

Publié dans Rock

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Syco 09/09/2007 22:32

Excellent ce morceau que tu nous as mis (sympathiquement) en ligne :) J'adore Pearl Jam et leur morceau "Nothingham", sur Vitalogy, pour ceux qui connaissent :)

Systool 10/09/2007 12:51

Hello Syco!Oui, il s'agit en fait d'un vieil article de 2006 que j'ai remonté afin qu'il figure dans Criticoblog, mais merci...Tu veux parler de "Nothing Man", je pense... un très beau titre, tu as raison...

Lauriane 08/05/2006 21:32

Merci du compliment pour l'article sur les Clash...
Tres bel article, en lisant tes mots les sons et images défilaient dans ma tete (au fait pour moi c'est Avocat) , un style tres personnel plaisant à découvrir. Et mes impressions quand aux nouveau morceaux sont confirmées en voyant la vidéo, la preuve que j'ai eu affaire à un réel talent de description.
A bientôt ;) Lauriane

Systool 08/05/2006 21:51

Ciao Lauriane! Content de te voir par ici... et que cet article soit évocateur!A+

nwman 06/05/2006 23:01

Slt
Franchement, je préfère celle qu'on entends partout ... MAis en même temps je reconnais que j'accroche pas trop sur la musique. Par contre j'accroche grave sur le style des articles ! Voilà, c'est dit ...  ;-)
Pearl Jam vs Led Zep :  moi c'est le n°2, et toi?

Systool 06/05/2006 23:04

;-)Led Zep vs. Pearl Jam? Difficile à comparer en même temps... Pearl Jam a une valeur "personnelle" importante pour moi, mais il est clair que Led Zep a davantage marqué le rock de son empreinte!

gaëtane 06/05/2006 11:54


Sympa, très bonne critique! J'aime assez Pearl Jam, mais je n'avais plus écouté depuis des lustres!
Je n'ai pas compris ton hésitation pour la couverture...c'est visiblement un avocat, sans aucun doute...! lol
A pluche! ;)

Systool 06/05/2006 12:03

Je crois que j'arrêterai d'écouter les autres, dorénavant! Je pensais également que c'était un avocat. Il en a l'aspect, le noyau et la "croûte" :-DA+ Gaë

Dominique 05/05/2006 03:00

Pearl * Jam
 
( la honte... )