The Darjeeling Limited (Wes Anderson, 2007)

Publié le par Systool

Dans l'une de leurs compositions les plus régressives, les BEATLES nous invitaient à bord de leur sous-marin jaune (je me souviens même que j'ai dû me le taper en cours de musique, il y a de cela, pfff... 15 ans). Dans son dernier film, Wes Anderson nous convie sur son Darjeeling Limited, train jaune et bleu sillonnant le territoire indien. Après La Famille Tenenbaum et La Vie Aquatique, le réalisateur originaire du Texas offre un billet en première classe à Owen Wilson, Adrien Brody et Jason Schwartzman, acteurs interprétant trois frères ayant coupé les ponts après le décès de leur père. Sur l'initiative du premier, Francis, ce voyage initiatique et – pourquoi pas – spirituel leur permettra de renouer contact et par la même occasion d'aller à la rencontre de leur mère Patricia (A. Huston), cloîtrée dans un couvent chrétien au fin fond de l'Himalaya. Mais bien vite, ce qui devait s'avérer un tremplin à leur amitié reconstituée va prendre de furieux airs de descente aux enfers.


Le terme est sans doute exagéré, car il existe toujours une certaine légèreté dans l'oeuvre d'Anderson, friand de situations burlesques et de la mécanique des relations humaines. Ainsi, on suivra avec plaisir les manigances des trois frangins qui, sous prétexte de vouloir jouer franc jeu, ne cesseront d'aligner de sages paroles mais qui, au fond, ne parviendront qu'à mettre en évidence leur mauvaise foi (mention spéciale à l'ainé Francis, incarné par le retors Owen Wilson). Le fait est que chacun a vécu des expériences majeures depuis une année et qu'il n'est pas vraiment disposé à en parler aux autres : Peter (A. Brody) va devoir affronter les joies de la paternité tandis que Jack (J. Schwartzman) expérimente une mauvaise passe avec sa copine (N. Portman) dont une saynète dans un hôtel parisien constitue le (dispensable) court-métrage Hôtel Chevalier, sorte de préambule à The Darjeeling Limited et disponible sur le DVD.




Outre son côté farfelu, le cinéma de Wes Anderson se caractérise par sa photographie possédant toujours beaucoup de contraste, le jaune et le vert étant d'ailleurs les couleurs fétiches du réalisateur. Dans une Inde dont les rues ne sont généralement pas fameuses pour leur propreté, le rendu d'Anderson fera parfois sourire, mais cette stylisation à outrance n'est pas dérangeante pour autant. Du point de vue de la mise en scène, on s'en est donné à coeur joie, les compartiments d'un train s'avérant le terrain de jeu idéal pour tester des travelings rapides d'un personnage à l'autre. Le scénario représente, quant à lui, un point faible chez Anderson, tant on a parfois l'impression d'assister à un spectacle divertissant, qui sait charmer l'oeil et faire frémir les zygomatiques, mais dont le message est un peu vain. Dans The Darjeeling Limited, le Texan – épaulé par Roman Coppola (le fils de ...) - parvient enfin à nous délivrer un contenu solide et finement ciselé, sous forme d'une histoire simple mais pas dénuée d'émotions dans sa dernière partie. Le merite revient également au trio d'acteurs principaux : Owen Wilson et sa gueule cabossée après un accident de moto, Adrien Brody, toujours aussi maigrelet et élégant. Enfin, Jason Schwartzman – que l'on pouvait apprécier dans Rushmore, excellent premier jet d'Anderson – dont la moustache ne manque pas d'évoquer un BEATLE qui a fait de l'Inde sa deuxième maison, j'ai nommé George Harrison. Rappelons que Schwartzman est d'ailleurs le fils de Talia Shire (Adriaaaaaan), et donc le neveu de Francis Ford Coppola. La famille, vous disait-on. Et puis bon, un film où apparaît Bill Murray (même une minute) ne peut pas être mauvais. Can we agree with that?



THE DARJEELING LIMITED

USA – 2007

réalisé par Wes Anderson

avec Owen Wilson, Adrien Brody, Jason Schwartzman

 

WWW...

La chronique de Pyrox

 

Publié dans Movies

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

SysTooL 15/12/2008 15:01

Dans ce cas, je crois qu'il va falloir combler tout seul ce petit manquement... :-)

Sycophante 15/12/2008 14:59

Je crois que je vais être gâté donc je ne vais pas trop la ramener avec une suggestion de cadeau !

SysTooL 15/12/2008 14:52

Les fêtes de Noël approchent... voici une excellente idée cadeau, non? :-)

Sycophante 15/12/2008 14:48

Ravi que tu soi un fan de Wes Anderson ! Pour ma part, "Tenenbaum" est l'un des rares films qui me donne envie de rire et de pleurer en même temps (comme "Ed Wood", je sais je suis bizarre). Et dire que je n'ai pas vu le dernier film d'Anderson...MEA CULPA MAXIMA ! (bruit de fouet). 

SysTooL 14/12/2008 21:32

GT : Il va falloir combler cette lacune et qui sait? Peut-être apprécieras-tu davantage les précédents?