BETWEEN THE BURIED AND ME : Colors (chronique, 2007)

Publié le par Systool

Voilà près de dix ans que BETWEEN THE BURIED AND ME, formation de hardcore metal issue de Caroline du Nord, nous casse les oreilles avec un malin plaisir. Malin semble d'ailleurs un terme approprié pour définir cette musique complexe, à la fois très frontale pour ce qui est de ses embardées les plus massives, et terriblement subtile puisque le groupe n'hésite pas à inclure des sonorités aux antipodes de son style de prédilection. Après trois albums studio, dont l'acclamé Alaska en 2005, le quintette nous offre un arc-en-ciel musical vertigineux, Colors, dont la pochette semble reprendre les accointances architecturo-métaphysiques chères aux cadors du rock progressif. Musicalement, Tommy Rogers (chant) a décrit cet album comme un condensé de « new wave polka grunge ». Inquiétant. Backtrack se charge d'introduire le propos : un piano délicat, un chant qui l'est tout autant, puis un riff puissant mais aérien saupoudré de claviers virevoltants dignes de MUSE. En fin de piste, le chant se fait nettement plus brutal avant que l'on enchaîne sur Decade of Statues, la deuxième piste de Colors. Dans le cas présent, la formation évolue sur un registre nettement plus classique : un metal teinté de death, de grind, bref, ça bastonne sec, entre bends outranciers, hurlements gutturaux et batterie marteau-pilon. On remarquera d'ailleurs que Blake Richardson, qui officie derrière les fûts, impose une frappe particulièrement véloce tout au long de Colors. BTBAM nous permet de souffler quelque peu à mi-course, puisqu'on nous propose un intermède jazzistique à la EPHEL DUATH.

 


Informal Gluttony reprend le flambeau avec une rythmique tribale qui nous évoque fatalement SEPULTURA. Rappelons que le groupe a fait paraître en 2006 une collection de reprises, The Anatomy of, censée décliner ses influences multiformes. Outre des représentants métalliques tels que les Brésiliens sus-cités et PANTERA, on pouvait retrouver QUEEN, PINK FLOYD ou encore DEPECHE MODE. Si l'interprétation manquait cruellement d'originalité, l'album permettait au moins de montrer si besoin était la versatilité de ces musiciens, qui passent de FAITH NO MORE à KING CRIMSON en un clin d'oeil. Ainsi, après son introduction percussive et la ligne de basse stagnante de Dan Briggs, Informal Gluttony se poursuit sur un lick pyramidal qui n'aurait pas fait tache sur la BO de la Momie. De la part d'un groupe dont le patronyme comprend le nom « enterré », c'était un peu facile, mais je n'ai pas pu y résister. Terminons la description de ce titre en ajoutant qu'il navigue dans un thrash metal sans fioritures, hormis durant le refrain, aux ambiances éthérées quasi-christiques.

 



Le bref constat que l'on peut faire à l'écoute de BETWEEN THE BURIED AND ME, et plus particulièrement sur ce dernier album, c'est que la formation n'a de cesse de dérouter l'auditeur en accumulant les variations de style. Le plus souvent, les enchaînements sont d'une netteté époustouflante et la musique coule pour ainsi dire toute seule. Ainsi, Sun of Nothing exhibe un intermède sautillant et cartoonesque digne de Mr BUNGLE entre deux plages grind ultraviolentes. Plus tard, ce seront des arpèges dont la pureté rappelle RADIOHEAD, ou encore un lick aux allures héroïques que DREAM THEATER aurait volontiers intégré dans ses instrumentations ronflantes. Ecoute pour le moins difficile, puisque les amateurs des groupes précités auront le plus souvent bien de la peine à s'acclimater à une telle déflagration riffique. De même, la majorité des amateurs de musique extrême éprouveront passablement de peine à digérer ces brèves escapades dans des contrées aussi diverses que la pop la plus mélancolique (Sun of Nothing), la polka (Prequel to the Sequel), ou même la country (Ants of the Sky). Dans ce dernier cas, on se retrouve d'ailleurs dans une situation délicate : Tommy Rogers et ses amis, à force de vouloir inclure toutes sortes de couleurs musicales, ne veulent-ils pas en faire trop? Colors est-il un génial amalgame de sonorités ou l'oeuvre grand-guignolesque de musiciens frustrés? Là où les changements de styles sont le plus souvent parfaitement maîtrisés, ceci entre autres grâce à une technique ébouriffante (Waggoner est juste monstrueux), ils paraissent par moments forcés, comme destinés à épater la galerie et donc futiles, voire risibles. Cette remarque s'applique plus précisément à Ants of the Sky, monolithe de 13 minutes qui accumule des parties bourrées de clichés (ces scales grandiloquentes à la guitare, ce sludge metal à la ATREYU), contrastant avec des passages sublimes (le clavier vintage, le solo claptonien avant l'intermède country). On peut toujours estimer que la formation a simplement un grand sens de l'humour et qu'elle aime plagier tout et n'importe quoi, et ceci est probablement la réponse la plus proche de la vérité. Mais dans ce cas, Rogers et ses amis ne sont que des amuseurs publics, des espèces de singes savants qui parodient tous les genres musicaux imaginables du moment qu'on glisse une piécette dans leur menotte. En somme, une (bio)diversité proprement ahurissante, mais qui sonne un peu creux.

 


BETWEEN THE BURIED AND ME – Colors (Victory Records, 2007)

 







Sessions studio... toujours un grand moment de bêtise

Publié dans Metal - Hardcore

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

SysTooL 11/10/2008 13:24

Carambaole : Mon blog a fait la une? Incroyable :-) Merci de la visite!RX : En fait, j'en ai parlé à John il y a quelques mois et j'imagine que son article a, en partie, été rédigé suite à ce conseil... :-)Oui, ces reprises sont assez étonnantes, je dois dire! Mais je préfère également leurs originales... Colors atteint un niveau supplémentaire de grand n'importe quoi!

rxqueen 11/10/2008 09:53

C'est marrant, John a parlé vite fait de ce groupe récement. Groupe que je ne connaissais pas mais qui, visiblement, mérite à être connu.J'ai été un peu sur "youtube" pour écouter la reprise qu'ils avaient faitdes Floyd et je dois dire que j'ai été bluffée et agréablement surprise du résultat.Mais je doit admettre que je préfère leurs compositions plus bourrines :)En tous cas merci, ce "colors" à l'air pas mal du tout!

CARAMBAOLE :0114: 11/10/2008 08:39

Bonjour
ma promenade matinale sur
les blogs qui font la une