CHRON'ESPRESSO 2 : Slipknot, Ice Cube, The Black Keys

Publié le par Systool



 

 

 






SLIPKNOT : All Hope is Gone (Roadrunner, 2008)


D'enfants terribles du neo-metal, les vengeurs masqués de SLIPKNOT sont passés au statut de chefs de file bruitistes, capitalisant sur leurs sorties discographiques en proposant notamment un DVD live entre chaque album studio. De plus, l'escapade mélodique du chanteur Corey Taylor avec STONE SOUR a fait poindre l'idée qu'une approche plus délicate au sein de SLIPKNOT pouvait porter ses fruits. Ainsi, le troisième LP produit par Rick Rubin, Vol 3 : (The Subliminal Verses), mettait en exergue une facette plus apaisée (sur des titres comme Circles ou Vermilion) capable d'élargir leur rayon d'action et par la même occasion leur public. Rappelons que seuls les auditeurs naïfs confondent une musique ultra agressive et anticonformiste. Cinq ans plus tard, la formation originaire du trou perdu qu'est l'Iowa (Des Moines compte tout de même 200 000 habitants) revient avec All Hope is Gone et nous propose une version encore plus édulcorée de leur mixture abrasive. Evidemment, des titres tels que Gematria ou This Cold Black sont là pour rassurer les fidèles, tandis que la power ballad Snuff ou Dead Memories exhibent des ambiances nettement plus pop (sic). On est frappés par la tendance de SLIPKNOT à dériver dans une direction toujours plus proche d'un METALLICA : le couplet de Vendetta et surtout les soli speedés qui complètent la moitié des titres, alors qu'ils étaient inexistants à l'époque des premières galettes. Inutile de mentionner la prestation du batteur Joey Jordison qui fait frémir sa double grosse caisse à 1000 BPM sur 40% de All Hope is Gone. Bref, un album tout en muscles qui ne prend qu'un risque : se vendre à des millions d'exemplaires. 3/5

 

 

 








ICE CUBE : Raw Footage (Lench Mob, 2008)


Ce qui est marrant avec Ice Cube, c'est que ce hérault du gangsta rap qui crachait sur le bling bling s'est échiné depuis quinze ans à se faire un nom à Hollywood, sans véritablement parvenir à s'imposer. Il faut dire que les rôles qu'on lui a proposé n'étaient pas toujours très intéressant et qu'il arborait souvent son même faciès de bad boy contrarié. Du point de vue musical, avouons qu'il a toujours bénéficié d'une certaine aura, étant une sorte de père spirituel pour tous ces jeunes loups avides de gloire. N'est pas membre de NWA qui veut. Ainsi, Ice revient en 2008 avec Raw Footage, nous balançant son flow qui détruit par le feu (pyroclastique, dit-il). Nombre de rappeurs ont adopté une attitude similaire à Ice Cube, celle d'individus massifs et frondeurs, mais peu d'entre eux ont vraiment délivré un message digne de ce nom - au hasard THE GAME, tiens, je sens que je vais me faire des amis parmi les gangsta bloggeurs. En bon vétéran de la scène West Coast, O'Shea Jackson tente de transcender le quotidien des jeunes des banlieues (Hood Mentality), propose une refonte d'un classique de PUBLIC ENEMY (It takes a Nation) et critique les habitudes dépensières de ses congénères (Get Money, spend Money, no Money). Musicalement, on a toujours droit à une production solide avec de gros beats qui mettent à mal nos tympans. En somme, pas de révolution à l'horizon mais pas un footage de gueule non plus. 3,5/5



 

 

 

 





THE BLACK KEYS : Attack & Release (Nonesuch, 2008)


Quand il manque du personnel dans un groupe de rock, on est embêté. Sauf si l'on se dit qu'un guitariste et un batteur, ça peut suffire, comme semblent nous l'affirmer THE BLACK KEYS. Après un Rubber Factory fédérateur et une poignée d'EP malicieux, les fils spirituels du blues font appel à l'ubiquitaire Brian Burton, alias Dangermouse, pour leur nouvel album : Attack & Release comprend 11 titres et le chrono s'arrête à moins de 40 minutes. Le propos est résolument expéditif mais à la différence du Modern Guilt de BECK, également produit par la moitié des GNARLS BARKLEY, ce sont 11 titres mémorables. Refrains entêtants, riffs dont la simplicité n'a d'égale que l'efficacité, le chant habité de Dan Auerbach qui fait des merveilles, spécialement sur Lies et I got mine. On souffle à mi-course avec la lymphatique Remember When (Side A) dont le pendant énervé (Side B) nous punit d'avoir douté de l'esprit belliqueux des clés noires de l'Ohio. La rengaine est toujours la même, certes, mais ça on le savait depuis LED ZEP. Paradoxalement, Same old Thing exhibe un solo de flute fort sympathique. Je sais pas vous, mais moi, j'aime bien ce son. Un peu à l'image du dernier RACONTEURS, il s'agit du genre d'albums pas innovateurs pour un sou, mais dont la justesse des arrangements et la concision permettent qu'on les déguste de bout en bout, tout simplement. 4/5

 

A LIRE EGALEMENT...

La chronique de Klak et celle de Planet Gong


Commenter cet article

ndaref 24/11/2008 19:36

oi;
les clés noires ont produits, ou du moins soutenus, Black Diamond Heavy, un autre duo bien bien cramé. va voir /entendre sur le mien blog!

SysTooL 24/11/2008 19:31

ND : Oui, SLIPKNOT, voilà quoi, c'était davantage pour coller à l'actu... mal m'en a pris, en fait ;-)Pour les BLACK KEYS, je dois dire que ce duo est une nouveauté récente pour moi... et qu'après avoir écouté l'ensemble de leurs disques, il est clair que le petit dernier n'est pas le meilleur, mais j'apprécie qu'ils s'essaient à des arrangements un peu plus élaborés... par ailleurs, même si on a parfois entendu mieux ailleurs, je considère Rubber Factory comme un excellent album... vraiment l'un des meilleurs de ces dernières années...

ndaref 09/11/2008 10:02

hey!j'avais déjà eu du mal à enchaîner le 1° Sklip au 2°. je n'ose même pas écouter le 3°. pis, tte manière, pourquoi faire? le 1° est un tel chef d'oeuvre, une telle pièce maîtresse qu'on peut se passer du reste. les clés noires, même topo: on a déjà entendu tt ça, et parfois bien mieux ailleurs.pas mal cette façon de chroniques mélangées!yo!http://presque-fameux.over-blog.com/

SysTooL 18/10/2008 17:25

Hello D! De retour du Brésil???

D&D 18/10/2008 17:03

Coucou doc :-)Evidemment, c'est The Black Keys qui m'attrape le plus vite... Ouf ! C'est celui que tu sembles préférer. Serais-je sur la bonne voie ?En espérant que tout va bien pour toi ;-)