Les Sopranos : résumés des saisons 4-6

Publié le par Systool

ATTENTION : Les résumés suivants donnent à peine quelques grandes lignes du récit, sans s'attarder sur les détails ou dévoiler des informations « capitales ». Mais si vous souhaitez regarder cette série, mieux vaut lire en diagonale ;-)


SAISON 4 (2002)


Pour la première fois, Les Sopranos me laissent une impression un peu plus mitigée... malgré certaines excellentes idées, l'intrigue ne décolle jamais vraiment et pour tout dire, cela tourne un peu en rond. Chase a décidé de se focaliser sur les inquiétudes de Carmela au sujet de son avenir, autant financier qu'amoureux. Ainsi, une partie substantielle de la saison nous narre les tractations de Tony, ses magouilles pour obtenir davantage de fric, notamment par l'entremise de Pie-O-My, un cheval de course en copropriété avec Ralph Cifaretto. On suit également Adriana LaCerva (Drea De Matteo), la fiancée de Christopher qui se fait pincer par le FBI pour une histoire de cocaïne et se voit contrainte de collaborer. Les tragédies familiales se révèlent finalement les uniques moments où le scénario prend un certain relief.


Highlights : The Weight (4.04), Whitecaps (4.13)






SAISON 5 (2004)


C'est la guerre ouverte entre la famille Lupertazzi et le clan de John « Johnny Sack » Sacrimoni (Vincent Curatola), deux piliers de la pègre de New York. Les Sopranos seront également impliqués dans cette escalade de vengeance et de meurtres par la faute de Tony Blundetto, cousin de Tony Soprano qui respire à nouveau l'air frais après 15 ans de cabane. Ce dernier, interprété par le mythique Steve Buscemi (qui est d'ailleurs passé à quatre reprises derrière la caméra pour la série), est l'un des personnages-clé de la saison, jusqu'alors la plus sanglante puisque l'on compte pas moins de 18 assassinats durant ces 13 épisodes. Les décisions de Tony Soprano sont en outre de plus en plus contestées au sein du groupe et celui-ci devra régler un certain nombre de situations délicates, comme sa crise conjugale qui le tiendra loin de son domicile ou la descente aux enfers de Christopher, qui passera par la case « cure de désintoxication ». On citera, parmi les moments forts de la saison, le long rêve de Tony dans l'épisode The Test Dream, où il devra régler ses comptes avec d'anciens démons. Dans la rubrique nécrologique, un hommage à John Patterson, l'un des réalisateurs les plus capés des Sopranos (13 épisodes dont le final des 5 premières saisons), qui décède en 2005.


Highlights : Unidentified Black Males (5.09), The Test Dream (5.11), Long-Term Parking (5.12), All Due Respect (5.13)




SAISON 6, partie 1 (2006)


On l'aura compris, les options sont assez limitées pour les mafieux : la taule, l'hosto ou le cimetière. Et il semblerait que les principaux protagonistes soient bien obligés de faire un choix durant cette sixième saison, avec tout ce que ça implique au niveau émotionnel pour le spectateur, mais sans jamais que cela tourne au mélodrame. Les sentiments, dans les Sopranos, ont souvent été traités avec beaucoup de pudeur, sans grandiloquence, de la part des réalisateurs. L'occasion aussi de discuter un sujet tabou dans ce milieu : l'homosexualité de l'un des membres du clan, orientation plutôt mal vue par ses camarades. On remarquera que la symbolique et les références à des épisodes précédents sont encore plus marquées, comme cela est le cas lors du voyage de Carmela et Rosalie Aprile à Paris. Ah oui! J'oubliais! Le jeune AJ est plus insupportable que jamais.


Highlights : Members Only (6.01), Join the Club (6.02), The Ride (6.09)






SAISON 6, partie 2 (2007)


Au fil des saisons, la série a adopté un ton de plus en plus sombre, reléguant l'aspect un peu guilleret de la « famille de mafieux », les gaffes et les private jokes et mettant l'accent sur les contradictions des protagonistes, notamment Tony Soprano qui devient véritablement le chevalier noir, un être toujours plus vindicatif et détestable, décidant du sort de ses proches. Ceci est en quelque sorte explicité par la couverture du DVD, où l'on voit un Tony seul, avec New York en toile de fond. Christopher réalise enfin son rêve de gosse : produire un film, à savoir le pathétique Cleaver, à mi-chemin entre un gangster movie et Saw. On suit en outre les difficultés de AJ, dont le passage à la vie adulte ne se fait pas sans peine. On assiste bien entendu au « dénouement » de l'histoire et la dernière scène, avec Don't stop believing de JOURNEY en fond sonore, a fait jaser les internautes... mais on ne vous en dira pas davantage...


Highlights : Kennedy and Heidi (6.18), The Second Coming (6.19), The Blue Comet (6.20)




A LIRE EGALEMENT...


Un article introductif sur les SOPRANO


Résumés des saisons 1-3

Publié dans TV Series

Commenter cet article

SysTooL 31/03/2009 16:53

Ouais c'est bon, remue pas le couteau dans la plaie :-)

Léti 31/03/2009 13:52

Lit'Italy will be Mine !!! Soon !!!

SysTooL 31/08/2008 13:07

Doc : Ah ben oui, faut pas faire les choses à moitié, d'autant que la saison 5 et la première partie de la S6 sont excellentes!

dr frankNfurter 30/08/2008 19:09

m'étant arrêté à la saison 4 il me semble (le couple Soprano étant sur le pont de divorcer), je me suis arrêter de lire après ^^'faudrait qu'un de ses 4, je me penche sur la suite de cette cultissime série(ou comme pour Six Feet Under, qu'une âme généreuse me prète l'intégrale lol)

SysTooL 30/08/2008 13:01

Mickael : Je ne peux qu'acquiescer dans ton sens... pour exemple, je citerai mon père (dont le bon goût n'est plus à prouver ;-)) qui n'est pas du tout "séries" mais qui a croché sur les Sopranos et a maté l'intégrale en quelques semaines!Thierry : La deuxième partie de la 6ème saison est la moins bonne, je trouve... elle a le seul avantage de conclure cette superbe production!John : En passant à la FNAC il y a quelques semaines (en Suisse), j'ai vu le coffret intégral - qui m'a fait regretter d'avoir acheté les saisons séparément il y a quelques mois...