DILLINGER ESCAPE PLAN : We are the Storm (Miss Machine, 2004)

Publié le par Systool

Place aujourd'hui à DILLINGER ESCAPE PLAN et un titre issu de Miss Machine, second album de la formation du New Jersey et première apparition notable du chanteur Greg Puciato, prenant donc la place de Dimitri Minakakis. Album de rupture en tout point de vue : pour certains (les plus imbéciles), DILLINGER s'est éteint ici, car on y retrouve autre chose que les sempiternels hurlements de bête et des plages math-metal. Avouons que le groupe devrait être aussi obtu et - cela semble contradictoire - aussi limité musicalement que ce genre d'auditeurs pour nous proposer ad nauseam ces mêmes schémas qui sont certes intéressants du point de vue technique, mais qui deviendraient fatalement redondants avec les années. De plus, la technique à elle seule n'a jamais hissé un groupe au sommet : il faut une certaine musicalité pour que cela soit audible à une frange conséquente du public. Les mêmes discussions stériles ont suivi la sortie de Ire Works en 2007 : Chris Pennie, batteur d'origine, s'est fait la malle et s'est vu remplacé par Gil Sharone, dont on a critiqué le jeu soit-disant moins élaboré. Je vous le dis d'emblée : ne tentez pas d'argumenter avec ces gens-là. Pour eux, la musique est inscrite dans la pierre et représente une cérémonie qui ne doit en aucun cas être modifiée d'un iota.




Mais où en étions-nous? Ah oui! Miss Machine. J'aurais pu sélectionner le hardcore frénétique de Panasonic Youth, les cuivres dérangés de Sunshine the Werewolf ou encore la plus accessible Unretrofied. Tout bien réfléchi, pas cette dernière, que je considère comme la plus faible du lot (son couplet est pataud et l'intermède maladroit). Prenons We are the Storm. Déjà le titre, ça le fait. C'est évocateur : on y retrouve une notion de puissance, pourquoi pas au sens physique du terme. De l'énergie fournie par unité de temps. Et de l'énergie, Weinman, Benoit, Wilson et Pennie en ont à revendre, We are the Storm démarrant sur les chapeaux de roues avec son riff puissant et rapide doublé par ces accords littéralement tailladants. Jamais un son de guitare ne s'est autant rapproché du terme conceptuel de « metal ». La ferraille, quoi. Les cordes maltraitées et le médiator écorché. Puciato, pour sa part, nous gratifie de ses percées les plus gutturales, sur quoi les musiciens enchainent sur un pré-refrain hystérique en 3/4. Le chorus est dans la continuité d'une musique massive, rapide mais non dénuée de subtilités, un peu à l'image d'un train qui vous écraserait, mais dont vous discerneriez, au dernier moment, que des guirlandes colorées ornent les wagons. Il n'atteindra pas son objectif plus rapidement, mais c'est joli.



Après deux minutes d'écrasement cortical compulsif apparait un arpège délicat et aérien, bien vite suivi par le reste des instruments : la basse sinueuse de Liam Wilson, la batterie ample et le chant féminin de Greg le balèze. Environ 90 secondes salvatrices nous faisant croire (sots que nous sommes) que le Dillinger Express n'a peut-être pas décidé, aujourd'hui, de nous réserver le même sort que d'habitude, qu'il fera preuve de clémence. Mais Ben Weinman et Brian Benoit ne l'entendent pas de cette oreille (à vrai dire, ils n'entendent plus grand chose) et nous terrassent avec ce même riff qui avait introduit le titre. D'ailleurs tout le monde s'y met gaiement. La froideur mécanique et la voix (parfois) suave de Puciato, c'est donc ça, Miss Machine.


DILLINGER ESCAPE PLAN – We are the Storm


EN ECOUTE...

 


A LIRE EGALEMENT...

Sommaire DEP


 


Publié dans One Song

Commenter cet article

D 12/07/2008 02:12

Mince... J'ai le Stickam qui flan-anche... Je ne sais pas ce que j'ai encore fabriqué : impossible d'écouter la playlist.Bon, je retenterai la prochaine fois...Ou alors c'est mon inconscient qui m'a joué des tours, n'étant pas totalement impatient découter un morceau de ce groupe qui m'est assez inaccessible jusqu'alors...En tout cas, ton article est très drôle, très stimulant.Bon week-end doc' ;-)

Systool 13/07/2008 17:23


Ce lecteur Stickam possède un détecteur de probabilité d'appréciation pré-écoute... et il avait détecté que ce titre ne te plairait pas tant que ça! Du coup, ça bloque! ;-) Mais tes
encouragements concernant l'article "en soi" me vont droit au coeur!


Thierry 12/06/2008 00:42

Imeem, bizarre autant qu'étrange. Pour l'instant, de chez moi, les morceaux passent en entier --> peut-être en ma qualité d' "uploader" (quel joli mot !). Mais du boulot, où j'ai tenté une connexion, la première chanson de la playlist de l'article sur Donovan ("Catch the wind") ne proposait effectivement que 30 secondes alors que chez moi, cette chanson passe toujours en entier également ! J'ai cru que je devenais schizo ;-)--> adresse IP différente qui ne me reconnait pas en tant qu'uploader ?Tu es satisfait de Stickam ?DEP --> la note de résumé n'est pas de moi, mais de la presse ou de l'éditeur...@++

Systool 12/06/2008 21:08


Oui, peut-être que ça a changé avec cette histoire d'"uploadeur"...

Stickam : aucun système n'est parfait, mais au moins il n'y a pas ce problème des 30 secondes. FileFactory est excellent car il conserve la qualité du mp3, mais les titres sont effacés après une
semaine si personne ne les écoute en entier...

Pour DEP, j'imagine bien que ça ne vient pas de toi, vu ton appréciation très faible du "gore metal"!! :-)


SysTooL 11/06/2008 23:10

Thierry : "Pour Imeem, quand tu "upload" les chansons toi-même, tu les diffuses complètes, non ?"Ben non, c'est ça le problème, car si c'est le cas au moment où tu l'uploades, ça passe à 30 secondes dès que les moteurs de recherche d'Imeem le "trouvent", comme si le groupe a émis en quelque sorte des directives... et c'est le cas pour un tas de groupes, même des trucs très "confidentiels".Pour DEP, je dirais "bien, bien", excellent investissement! Par contre, j'ai de la peine à cerner l'aspect "plus progressif que jamais" d'IRE WORKS. Je dirais plutôt que les territoires explorés sont plus vastes!

Thierry 11/06/2008 22:05

C'est à ça qu'on reconnait le pro ! :-)Pour Imeem, quand tu "upload" les chansons toi-même, tu les diffuses complètes, non ? Notice bib pour Dillinger Escape Plan (bientôt empruntable)







Auteur(s) / Interprète(s)
  
Dillinger Escape Plan . The



Titre(s)
  
Ire works



Marque et N° com.
  
Relapse



Editeur(s)
  
Relapse Records , 2007



Contenu
  
Fix your face Lurch Black bubblegum Sick on Sunday When acting as a particle Nong eye gong When acting as a wave 82588 Milk Lizard Party smasher Dead as history Horse hunter Mouth of ghosts



Sujet(s)
  
hardcore (musique) : Etats-Unis



Résumé
  
Pour son côté conceptuel le groupe a atteint un véritable statut de légende vivante. Souvent imité mais jamais égalé, il a réellement révolutionné le métal en créant un genre bien à part. Le présent album est plus progressif que jamais et l'on sent une fois de plus une nette évolution de sa musique, beaucoup plus contrastée qu'auparavant.








 












 






 







Exemplaires
Médiathèque Jean-Lévy - Espace Musique - Pop-Rock - Compact-audio Cote: 2 DIL 50 - En catalogage


Thierry 11/06/2008 12:07

J'ai quand même acheté le dernier album, Ire bidule pour ma bibliothèque.Tu as désormais le label de fournisseur officiel des Bibliothèques de la Ville de Lille ;-)

Systool 11/06/2008 13:29


Excellent choix, Thierry! Même si l'on sent que tu l'as vraiment acheté par soucis d'exhaustivité plutôt que par plaisir ;-) Ire Bidule, quoi...