L'Age des Ténèbres (Denys Arcand, 2007)

Publié le par Systool

Après Les Invasions barbares et Le Déclin de l'empire américain, Denys Arcand clôt sa trilogie funeste de ce monde cruel et impitoyable. L'Age des Ténèbres met en scène la vie insipide de Jean-Marc Leblanc (Marc Labrèche), employé anonyme du gouvernement du Québec qui voit défiler, jour après jour, ses concitoyens victimes des injustices de la société : accidentés de la rue, enseignants maltraités et autres divorcés floués. La vie de Jean-Marc n'est, à vrai dire, pas plus reluisante : sa femme, bien que successful puisqu'elle est l'un des agents immobiliers les plus respectés de la région, n'a pas une seconde à lui consacrer, tandis que ses deux filles, un walkman constamment vissé dans les oreilles, se soucient de lui comme d'une guigne. Bref, l'ami Leblanc est bien seul et malheureux, si l'on excepte les quelques visites qu'il octroie à sa mère, à l'hôpital.


N'en jetez plus. Le monde est si gris, si morne et si plat. Heureusement, Jean-Marc s'est construit un petit éden où les femmes sont à ses pieds, car il est un fameux romancier / politicien / acteur (selon la scène). Il file l'amour inconditionnel avec Véronica Star (Diane Kruger), une vedette de cinéma aussi séduisante que capricieuse, tandis que Karine Tendance (Emma De Caunes) est toujours prête à le recevoir dans une levrette improvisée, après lui avoir consacré une brève interview. Cette illusion lui permet en quelques sorte de tenir le coup, car il faut bien admettre qu'en dehors d'une poignée de collègues compatissants, Jean-Marc n'a aucun saint auquel se vouer. Mais lorsque l'édifice brinquebalant de son existence menace de tomber, ses rêves ont-ils encore une raison d'être?


 


Arcand dresse une nouvelle fois un tableau sombre et sans complaisance de notre société d'attardés sociaux, piégés par une technocratie qui fait de nous des individus plus que jamais isolés et incompris, certaines scènes comme celle des funérailles imaginées de Jean-Marc étant particulièrement symptomatiques. L'alternance entre le rêve et la réalité nous permet d'apprécier des saynètes mordantes de cynisme, tandis que d'autres passages tombent lamentablement à l'eau (on voit mal l'intérêt de toute la partie « jeu de rôles médiéval »). A force de nous dépeindre un portrait aussi pessimiste, Denys Arcand n'a d'autre solution que de conclure avec une parabole digne de Candide, où il convient finalement de cultiver tranquillement son petit jardin, dans l'attente de jours meilleurs...

 



L'Age des Ténèbres
Canada – 2007
réalisé par Denys Arcand
avec Marc Labrèche, Diane Kruger et Sylvie Léonard

 

 

 

Publié dans Movies

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

SysTooL 13/01/2010 07:55


Je te remercie pour ton passage et pour l'information!


Bruce Kraft 13/01/2010 02:19


Salut!!

J'ai trouvé ton blog par hasard et voyant qu'il est bourré d'infos et de chroniques j'aurais aimé te retrouver parmi les membres de notre communauté "cinéma et culture indépendante" qui traite de
pleins de sujets avec le cinéma comme dénominateur commun....alors si ça te tente tu peux trouver le lien sur mon blog!!

A bientôt j'espère!!


Sycophante 12/06/2008 09:49

"Les invasions barbares" m'avait particulièrement touché, ça sonnait vrai, politiquement et humainement.

Systool 12/06/2008 21:11


Peut-être que celui-ci te plaira aussi, dans ce cas!


alf 29/05/2008 16:31

En tous les cas, ta critique (me) donne envie de le voir... J'avais aimé "Jésus de Montréal" à l'époque, aussi...

Systool 29/05/2008 18:21


Ah ben j'ai pas vu ce Jésus montréalais... je note! :-)


Thierry 28/05/2008 23:57

Salut Doc, je n'ai jamais réussi à pénétrer l'univers de D. Arcand, surtout pas celui des Invasions Barbares qui m'avait monstrueusement gavé.Une petite séance de rattrapage peut-être la semaine prochaine pour cet Age des Ténèbres !@++

Systool 29/05/2008 14:44


Pas sûr que cet Age des Ténèbres t'enchante davantage, alors...