GENGHIS TRON : Board up the House (chronique, 2008)

Publié le par Systool

Que ce soit au niveau littéraire (on songe à La Maison des Feuilles de Danielewski et Lunar Park de Bret Easton Ellis) ou musical (le Board up the House ici présent), la symbolique de la maison semble une thématique en vogue, à la fois synonyme de protection face à la paranoïa ambiante et réceptable de nos peurs les plus enfouies. Après un EP, Cloak of Love, et un album full-length – l'indomptable Dead Mountain Mouth – le trio originaire de Poughkeepsie (NY) séjournant désormais dans les environs de Philadelphie nous livre ce qui pourrait bien être l'album le plus étrange et fabuleux de ce début d'année 2008. GENGHIS TRON, relégué jusqu'à présent dans les magazines underground férus de grind-core barré, s'impose présomptueusement comme une valeur sûre du metal actuel. Certains vont grincer des dents, car il s'avère probablement maladroit de considérer Mookie Singerman et ses deux comparses comme des musiciens de metal. En effet, point de batteur et de bassiste chez les Huns robotiques. Les trois larrons se partagent une guitare, des claviers Moog et des tables de programmation. Attends, Syst, t'as pété les plombs, là, c'est quoi ces gars? La réincarnation de Emerson Lake & Palmer version new wave? Peut-être bien, si l'on ajoute que GT évolue dans un territoire à mi-chemin entre CONVERGE et NINE INCH NAILS. Passés les bidouillages rythmiques et les triolets diaboliques de Hamilton Jordan doublés par Singerman au clavier, le titre Board up the House nous permet d'apprécier les hurlements furieux du chanteur qui s'intercalent avec des parties plus nuancées. Un petit break pour souffler et les gaillards en remettent une couche, avant de conclure sur une partie instrumentale évoquant un BATTLES nourri au disco-metal. Ce n'est peut-être pas pour rien que le nom de baptême de cette formation représente la fusion d'une horde de barbares et d'un film de science-fiction.

 

 

 


Pour le néophyte, c'est un peu le choc : comment est-il possible de composer une musique aussi agressive et subtile, qui plus est lorsque les responsables sont trois geeks derrière leur platine? Le connaisseur a beau faire le malin, il remarquera que GENGHIS TRON a adopté un ton plus mellow, intégrant des structures très atmosphériques qui empruntent à la cold wave et au rock progressif (Endless Teeth). L'ami Singerman mérite enfin son patronyme puisqu'il se fend de quelques percées où il chante véritablement, sa voix n'étant pas sans rappeler Dave Gahan de DEPECHE MODE (Things don't look good). Le reste du temps, il nous aboie sans vergogne aux oreilles. La formation excelle toujours dans la conception d'interludes IDM (intelligent dance music) comme sur Recursion, qui fait office de prologue à I won't come back Alive, ou encore The Whips blow back. Les mélodies, chatoyantes et oniriques, sont un contrepoint magistral aux parties plus bouillantes et frontales. A mi-course, le Tron enfonce le clou avec City on a Hill, un chef-d'oeuvre de versatilité où s'enchainent des lignes de chant furibardes et des instrumentations dansantes à la limite du kitsch mais contenant toujours ce caractère inquiétant qui vient accompagner les paroles désespérées de Singerman. Le traitement rythmique de Michael Sochynsky, notamment sur Colony Collapse, a de quoi impressionner et à son écoute, on comprend qu'un groupe tel que DILLINGER ESCAPE PLAN, également signé chez Relapse Records, s'en soit inspiré pour son dernier album, l'excellent Ire Works. D'ailleurs, Greg Puciato, chanteur de la formation du New Jersey, vient faire une apparition sur l'apocalyptique The Feast. Relief met un point final à Board up the House avec sa guitare hypnotique qui nous vrille le cortex dix minutes durant, nous laissant exsangue et un peu perdu face à cette succession d'implosions blastiques.


Avec ce patchwork monumental produit par Kurt Ballou (CONVERGE) et dont le superbe design de la pochette a été conçu par un certain Jon Beasley, le trio nous incite à nous barricader à la maison. Si les raisons sont d'ordre purement sécuritaire ou que vous souhaitez fuir ce monde malsain, je vous laisse seul juge. S'il s'agit de s'isoler pour se délecter des sons claustrophobes de GENGHIS TRON, je ne peux que vous appuyer dans votre démarche.

 

 

 


GENGHIS TRON – Board up the House (Relapse Records, 2008)

 

WWW...

 

Le myspace de GENGHIS TRON : trois titres en écoute

 

 


Genghis%20TronQuantcast

Publié dans Metal - Hardcore

Commenter cet article

D&D 23/06/2008 21:29

Je ne suis pas sûr du tout que cette qualité-là te soit étrangère : il va falloir me permettre d'en douter ;-)Car enfin, ce qui compte aussi : c'est trouver les endroits qui permettent à cette curiosité de ne pas se laisser ensevelir...Alors tu vois, MOIJE, par exemple, a trouvé ici !C'était ma... pareil :-)PS : sinon, le problème avec des oreilles comme les miennes, quand même, c'est qu'elles sont lentes... dieu qu'elles sont lentes...

Systool 23/06/2008 22:23


Si tu savais les mois (et rarement les années) qu'il m'a fallu pour "apprivoiser" certains groupes... après, au bout d'un moment, on a fait un peu "le tour" alors on digère plus facilement un
album donné... :-)


SysTooL 14/06/2008 01:53

D : Ce que j'aime avec toi, c'est que tu as les oreilles (et les yeux, mais ça nous le savions depuis longtemps) fraiches... fraiches dans le sens "ouvertes sur le monde", en l'occurrence le monde de la musique! :-) Ne rien rejeter de prime abord, tout envisager! C'est une qualité que je n'ai pas!c'était ma déclaration d'amitié (virtuelle) à D

D 14/06/2008 00:55

Mon cher Systool, tu me surprendras toujours !Spontanément pas là où je trouvent mes tasses de thé, mais j'avoue que c'est très intrigant, et que ton article m'a invité a dépassé mon appréhension.L'écoute du morceau proposée m'a vraiment surpris...Cela reste un peu hors de portée pour mes oreilles, mais quand même :-)

Thierry 18/05/2008 20:09

Hello Doc, je ne parlerai pas de ténacité mais de curiosité ... satisfaite ou (dans ce cas présent) insatisfaite. Ce sera pour la prochaine fois !@++

Systool 18/05/2008 20:46


J'espère bien!


Thierry 17/05/2008 12:40

salut Syst, j'ai réessayé, mais pas réussi à dépasser la piste 2. désolé ! je n'y arrive vraiment pas :-(

Systool 17/05/2008 14:23


Je te félicite pour ta ténacité, en tout cas... et je vais tâcher de te trouver quelque chose d'intéressant et de plus abordable "soniquement" :-)

A+ Thierry et bon week-end