William Golding : L'Envoyé Extraordinaire

Publié le par Systool

Prix Nobel de littérature en 1983, William Golding n'en demeure pas moins pour certains l'auteur d'un seul roman. Certes, Sa Majesté des Mouches concentre les thématiques principales de son oeuvre (nature de l'homme, fondements de la société) et a bénéficié d'une aura appréciable, notamment dans les écoles où il est souvent présent dans le programme, au grand dam de l'ami Rousseau. Néanmoins, il serait regrettable de s'arrêter à ce best-seller, c'est pourquoi je vous propose aujourd'hui L'Envoyé extraordinaire - nouvelle tirée du recueil Le Dieu Scorpion comprenant le récit du même nom et Clonk Clonk - disponible en solo aux sympathiques éditions Folio 2 Euro.

Situé dans la Rome antique (en deux mots), ce conte retrace un événement singulier : après une dissertation sur le sens de la vie avec son petit-fils protégé Mamilius, l'Empereur rencontre un inventeur égyptien nommé Phanocle et, en gastronome averti qu'il est, semble particulièrement intéressé par certaines trouvailles telles que la cocotte-minute, mais se montre plus réticent face à l'invention d'un bâteau à vapeur, baptisé l'Amphitrite, étant donné qu'il ne saurait quoi faire des milliers d'esclaves qu'il emploie comme rameurs. Phanocle lui promet en outre une troisième invention qu'il garde secrète pour l'instant. Mamilius, quant à lui, est subjugué par la beauté de la timide Euphrosyne, soeur de l'inventeur dont on aperçoit à peine les yeux en raison d'un large voile. La situation va se compliquer lorsque Posthumus, l'ambitieux héritier de l'Empereur, revient d'Illyrie (actuelle Croatie) après avoir appris que Mamilius s'intéresse aux machines de guerre... Bien que peu versé dans les affaires militaires, celui-ci pourrait faire de l'ombre à Posthumus et lui ravir la place qu'il convoite.

 


On retrouve le ton malicieux et cruel de Golding, toujours présent quand il s'agit de décrire les vieux travers de l'homme. En l'occurrence, il traite de la discordance d'époque entre la science et une société certes souveraine, mais qui n'est pas prête à accepter le progrès, comme ceci est explicité par une tirade terrible de l'Empereur s'adressant au scientifique :

Tu travailles au milieu d'éléments parfaits, c'est pourquoi, en politique, tu es un idéaliste. Il y aura toujours des esclaves, bien que le nom puisse changer. Qu'est-ce que l'esclavage, sinon la domination des faibles par les forts? (...) Serais-tu assez bête pour croire que les hommes sont nés égaux?

Parabole acerbe de notre monde moderne, L'Envoyé extraordinaire recèle toutes les caractéristiques qui ont fait le succès de Golding : un sens aigu de l'observation, une écriture nerveuse mais précise et cet aspect burlesque que l'on retrouve quasi-systématiquement dans le récit.



William Golding – L'Envoyé extraordinaire

(Envoy extraordinary)

disponible aux éditions Folio 2 Euro

Publié dans Books

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Mix'in Jazz 17/04/2008 10:00

Nous sommes un petit groupe de jeunes qui organisons un festival avec DJ Contest. N'hésitez pas à nous contacter si ça vous intéresse, et à faire passer l'info !

Systool 17/04/2008 13:14


Bonne chance à vous!


daniel 16/04/2008 13:25

Je te conseille de commencer par "de si jolis chevaux", magnifique .Attention, cependant : les 60 premières pages sont quasi illisibles ,mais ne te décourage pas !!!!!!

Systool 17/04/2008 13:13


Ca tombe bien, puisque c'est celui que j'ai acheté le week-end dernier... je me réjouis ;-)


Sycophante 16/04/2008 01:15

Merci pour cette critique de Golding que j'adore : "Sa majesté" reste pour moi un monument de noirceur...

Systool 17/04/2008 13:12


J'en garde également un souvenir... ému ;-)


rxqueen 12/04/2008 19:43

Encore un livre à lire...Ma liste de livres sous le coude s'allonge!Merci SysT :)

Systool 13/04/2008 15:30


Tu commences sérieusement à lever le coude ;-)


daniel 10/04/2008 22:56

Systool, toujours pas lu la trilogie de Mac Carthy ???

Systool 11/04/2008 20:17


Euh, non, toujours pas... mais je crois qu'après avoir terminé LUNAR PARK de Bret Easton Ellis, je vais me laisser tenter... :-)