GOOD NIGHT, AND GOOD LUCK : Accusation is no Proof (George Clooney, 2005)

Publié le par Systool

1958 : le journaliste Edward Murrow (David Strathairn) fait ses adieux à la chaîne de télévision CBS après plus de vingt ans de bons et loyaux services. Il en profite pour tancer quelque peu, comme à son habitude, le peuple américain et les têtes pensantes en se demandant si la boîte noire a encore une raison d’être et si les journalistes qui peuvent utiliser ce medium en profiteront encore pour dénoncer les injustices politiques qui sévissent dans le monde, sans quoi la petite lucarne deviendra un simple instrument de divertissement et d’aliénation.


 

 

Voilà comment George Clooney, à sa deuxième réalisation après l’excellent CONFESSIONS D’UN HOMME DANGEREUX, annonce le propos. GOOD NIGHT, AND GOOD LUCK sera un film engagé, tout comme cette année de cinéma semble se profiler. Oui, car faire des films indépendants et engagés semble être à la mode, et les grandes maisons de production, d’habitude frileuses à l’idée de dénoncer les pratiques douteuses des politiciens - qui plus est américains – savent que ce marché peut se révéler très fructueux. Ainsi la fameuse Warner Bros. crée une filiale axée sur ce genre de réalisations : Warner Independent Films, qui produit donc ce GOOD NIGHT, AND GOOD LUCK de l’ami Clooney, lui-même impliqué économiquement via sa boîte de prod Section Eight. Il est bien loin, le temps où le séducteur campait le Dr. Ross… Prenant le parti de créer un film politique, il nous immerge dans cette ambiance teintée de jazz et de fumée de cigarette qui caractérise les studios de la CBS durant les années 1950.

 

 

Après cette cérémonie en introduction, Clooney nous gratifie d’un long flash-back où l’on retrouve les journalistes Murrow et Fred Friendly (G. Clooney), désireux de dénoncer les agissements du sénateur du Wisconsin, Joseph Mc Carthy, qui pratique une véritable chasse aux sorcières en traquant tout Américain sympathisant de l’ennemi éternel que représente le Communisme. Mais comment raconter la vérité au peuple étasunien sans risquer soi-même de figurer sur la liste des gêneurs ? C’est ce que Murrow, Friendly et les autres (parmi lesquels on retrouve les acteurs Robert Downey Junior et Jeff Daniels) vont tenter de faire au sein de cette télévision qui avait encore une âme. Critique indirecte de la politique américaine actuelle et du rôle des médias, GOOD NIGHT, AND GOOD LUCK ne bénéficie pas de scènes d’action haletantes et d’une histoire d’amour torride. Clooney nous fait vivre 90 minutes de discussions, de plans serrés sur ces visages décidés et tendus par l’importance de leur cause, le tout en noir et blanc et accompagnés de la voix jazz de Dianne Reeves. Le jeu d’acteur au poil permet au spectateur de conserver une attention soutenue, ce qui n’est pas une mince affaire puisque la quasi-totalité du film se déroule dans les couloirs de la CBS, la caméra poursuivant inlassablement ces propagateurs de l’information menés par cette volonté opiniâtre de raconter la vérité coûte que coûte. Une mention spéciale à David Strathairn et son air de Houellebecq (désolé) qui porte le film avec vigueur et classe dans le rôle principal.

 

Des regards résolus, une thématique forte et sérieuse malgré quelques petites pointes d’humour acerbe, GOOD NIGHT, AND GOOD LUCK ne s’adresse pas forcément à tous, mais inutile de dire que Clooney frappe un grand coup avec cette réalisation sobre et stylée qui contraste avec la majorité des films sortis à cette période... Bonne journée, et bonne chance !

 

 


 

GOOD NIGHT, AND GOOD LUCK (2005 – Warner Independent Films)
De George Clooney

Avec David Strathairn, George Clooney, Robert Downey Jr.

 

 

 

Le site officiel de Good Night, and good Luck (français) : une manière de se faire une idée sur ce film... ici

 

 

Publié dans Movies

Commenter cet article

Shin 22/01/2008 19:01

Ca fait un moment que le DVD traîne sur mes étagères, il serait peut-être temps que je le visionne ce film !Surtout que le précédent film de George Clooney (Confessions d'un homme dangereux) m'avait énormément plus.

Systool 22/01/2008 20:17

Oui, à voir absolument... surtout pour la prestation de D. Strathairn, décidément excellent (comme dans BLUEBERRY NIGHTS)! Tu me rappelles que je voudrais bientôt voir le dernier Clooney, "Michael Clayton"!

D&D 14/08/2007 13:58

MERCIIIII pour cet article. Je trouve aussi que le premier film de superstar Clooney était excellent, et celui-ci pas moins, mais clairement, très, très différent. George Rules ! Et il sait bien s'entourer... Bonjour le travail de Strathairn...

Systool 14/08/2007 14:30

Hello! Pour ce qui est de CONFESSIONS, certains n'ont vu que de l'esbroufe, ou au pire un magma sans queue ni tête... tant pis pour eux ;-) Pour ma part, j'apprécie la filmographie de Clooney en tant que réalisateurA+

etienne 07/10/2006 12:20

toujours pas vu ce film, mais j'apporte du botin : à ce qu'il paraît Mister Clooney serait en course pour l'investiture à la présidence des U.S.A. (pour le camp démocrate...

Systool 07/10/2006 12:59

C'est la meilleure, ça! :-DBonne chance à lui, et bonne nuit! mdr

tamara 17/03/2006 11:15

film vraiment impressionnant.j'en ai parlé avec quelqu'un qui regardait l'émission de murrow à l'époque (très jeune alors, plus tellement aujourd'hui :p), il disait que le jeu de strathairn est vraiment bon et sa voix est si proche de l'original qu'il s'y est laissé prendre.

Systool 17/03/2006 11:43

Comme quoi, il y a également un gros travail au niveau de la "véracité esthétique" du propos... ;-) pas très clair tout ça...

Mag 12/03/2006 12:21

J'aurais trop aimé le voir... Dommage qu'il ne soit pas passer dans mon ciné habituel... !

Systool 12/03/2006 13:20

Il n'est pas trop tard... :-D