DALEK : Deadverse Massive Vol. 1 : 1999-2006 (chronique, 2007)

Publié le par Systool

En plus de nous proposer des albums avec une réjouissante régularité, DALEK s'est fendu en 2007 d'une collection de titres représentant un bel aperçu de près de dix ans d'activité. Ce Deadverse Massive : Dälek Rarities 1999-2006 contient en effet pas moins de treize pistes qui nous permettent de parfaire notre culture en matière de hip hop alternatif. On ne cache pas son plaisir à l'écoute de MC Dälek qui plaque sa dialectique sombre et obstinée sur l'ouverture Megaton ou Desolate Peasants, mais la véritable surprise provient du nombre substantiel d'instrus, telles que Angst et Vague Recollection, une aubaine pour le DJ Oktopus. Ainsi la galette prend davantage des allures de long périple atmosphérique plutôt que de pamphlet revendicateur et bruitiste. A l'exception de Streets all amped, on est en effet assez loin des tracks incendiaires et urbaines de Absence. Le propos semble s'articuler autour de samples très ambiant, aux confins du trip hop et de couleurs plus psychédéliques (voir l'exténuante Music for Asm). Sur Rouge (rien à voir avec l'album de Goldman), on a même droit à la participation des Helvètes de Velma, tandis que In this City expose le chant mélodieux de la chanteuse de Enon!

 



 

Les connaisseurs remarqueront que les quatre derniers titres de ce Deadverse Massive étaient déjà présents sur l'EP Streets all amped, mais ne bouderont certainement pas cette répétition, tant le propos s'avère percutant. Si ce bouquet ne peut assurément pas rivaliser avec Abandoned Language ou même From Filthy Tongues... en termes de qualité, il permet d'élargir le spectre d'action de l'étonnant duo de Newark. En cela, Deadverse Massive va bien au-delà de son objectif premier, puisqu'il ne s'agit pas d'un simple ajout, mais plutôt d'un complément au paysage sonique de DALEK. Et comme il est disponible dans sa totalité ici, vous ne pourrez pas dire que l'on ne vous a pas averti!

 


 

DALEK – Deadverse Massive Vol 1 : Dälek Rarities 1999-2006 (Hydra Head – 2007)


A LIRE EGALEMENT...

La chronique de Absence et celle de Abandoned Language

Publié dans Hip Hop

Commenter cet article

SysTooL 20/07/2008 13:06

John : Si jamais, tu trouveras également une chronique de Abandoned Language (et Absence) par ici :-)

john 20/07/2008 11:58

je suis en train d'écouter "abandoned language" et il faut dire que c'est sympa à l'écoutre :)

Thierry 26/05/2008 00:20

Salut SysT, je n'appréciais que modérément DALEK. Et c'es grâce à cette "compilation" que j'ai réussi à véritablement entrer dans leur univers. Après avoir écouté Absence & Abandoned language, je dois "honteusement" avouer que cette compil' reste mon disque préféré du groupe ! Peut-être plus facile d'accès pour un "non-initié" ... @++

Systool 26/05/2008 13:21


Ah ben c'est curieux, mais en fait, je comprends tout à fait ton sentiment, car il est vrai que si le caractère bruitiste (voir ABSENCE) ou atmosphérique (ABANDONED LANGUAGE) de DALEK peut
rebuter, c'est effectivement avec DEADVERSE MASSIVE que l'on risque de davantage apprécier ce groupe... :-)


arbobo 03/04/2008 16:04

Dalek, c'est en référence aux perosnnages de la série anglaise Doctor Who?

Systool 03/04/2008 20:18


En fait c'est une déformation du terme "dialect", mais peut-être aussi une référence à cette série, qui sait? Je crois en tout cas que ça n'a aucun lien avec les bonshommes nippons du même
nom, même si, fait assez drôle, ces derniers avaient sorti un coffret sur le label Ipecac, qui a signé Dälek (le combo de hip hop), alors bonjour la confusion...


Fredogino 01/04/2008 15:47

Je lis assez mal le chinois...Mais bon, toujours un plaisir tout de même d'accéder à ta prose, même si je n'ai plus autant le temps...

Systool 01/04/2008 21:41


Je vois bien que tu n'as pas trop de temps pour le blogging, mais je te remercie néanmoins de passer de temps en temps! J'espère surtout que tout va bien pour toi!

A bientôt, Fredo!