DEEP PURPLE : Strange Kind of raw Men (bio)

Publié le par Systool

Le groupe anglais DEEP PURPLE présente en tout cas deux caractéristiques notables : le fait d’avoir figuré dans le Livre Guiness des Records comme étant le groupe de musique le plus bruyant, mais également pour avoir composé un riff (Smoke on the Water) que même l’auditeur réfractaire au rock a déjà entendu une fois dans sa vie. En dehors de cela, DEEP PURPLE a su proposer jusqu’à aujourd’hui de nombreux albums interprétés par des musiciens consciencieux et doués et malgré les changements incessants de line-up, a bénéficié de l’appui de ses fans passionnés.

La formation originale du groupe de Hertford a débuté en 1968 et elle comprend le chanteur Rod Evans, le fameux guitariste Ritchie Blackmore, Nick Simper (basse), Ian Paice (batterie) et Jon Lord aux claviers. Leur premier témoignage studio, Shades of Deep Purple, nous montre déjà leurs inclinations vers ce heavy metal qu’ils contribueront à créer avec BLACK SABBATH et VANILLA FUDGE, malgré le fait que DEEP PURPLE semble encore chercher un son unique à son arsenal. On citera l’introductif And the Address et le single Hush parmi les pistes les plus représentatives, tandis que l’année suivante, le groupe fait paraître son deuxième opus, The Book of Taliesyn, moins réussi que son prédécesseur même s’il contient une reprise du We can work it out des BEATLES en medley avec l’originale Exposition, ou encore la cover de Neil Diamond, Kentucky Woman. Deep Purple, leur album éponyme, voit pour la dernière fois la présence du vocaliste Evans et de Simper à la quatre corde. On retrouve ici la maîtrise de Blackmore et Lord qui emmènent le groupe vers des territoires progressifs et teintés de classique, notamment avec Bird has flown et The Painter.


DEEP PURPLE recrute alors Ian Gillan et Roger Glover à la place des deux musiciens sur le départ et s’attèle à la création de certains de ses albums les plus célébrés. Après le symphonique Concerto for Group and Orchestra en compagnie du ROYAL PHILARMONIC ORCHESTRA paraît Deep Purple In Rock, l’une des pierres angulaires du combo britannique. Ça démarre en trombe avec l’ultime Speed King et Bloodsucker, avant l’épique Child in Time, une pièce de dix minutes où Blackmore et Lord font parler la poudre, tandis que le nouveau chanteur Gillan livre une prestation dantesque. La période dorée de PURPLE continue avec Fireball, le LP suivant, qui est composé des excellentes Strange Kind of Woman et Fireball, sans oublier l’instru The Mule. Il est l’heure de narrer la fameuse expérience du groupe à Montreux (Suisse), lorsque la scène brûle durant le concert de Frank Zappa, ce qui empêche DEEP PURPLE de mener à bien ses plans d’enregistrement live, mais qui leur inspire leur hit le plus mémorable, Smoke on the Water, qui figure sur leur album suivant, le colossal Machine Head (1972). Ce LP magistral contient en outre Highway Star et la fantastique Space Truckin’, deux titres que l’on retrouvera sur l’incendiaire Made in Japan, testament live de cet Age d’Or que DEEP PURPLE ne revivra plus et au détour duquel le chanteur en profitera pour "humilier" son public au moyen de cris suraigus...


En effet, le départ de Gillan et Glover, en froid avec Blackmore, suivra la sortie de leur album suivant, le moyen Who do we think we are (malgré des titres comme Woman from Tokyo et Rat Bat Blue). Leurs substituts respectifs, David Coverdale et Glenn Hughes, mettront la main à la pâte pour les galettes suivantes, Burn et Stormbringer, mais peu après, c’est le leader Ritchie Blackmore qui plie bagage – il s’en ira fonder RAINBOW avec Ronnie James Dio – signant la fin de DEEP PURPLE malgré la brève apparition de Tommy Bolin. En 1984, on retrouve le line-up révéré de Machine Head : Blackmore, Gillan, Paice, Lord et Glover, qui nous livrent le passable Perfect Strangers et The House of Blue Light, à peine meilleur.

Il faudra attendre 1994 pour revoir une formation avec un minimum de stabilité, menée par le guitariste virtuose de KANSAS, David Morse, qui prend la place laissée vacante par le volubile Blackmore. Purpendicular et Abandon sont les derniers témoignages studio du DEEP PURPLE du XXème siècle, qui ressortira ces dernières années une quantité impressionnante de CD et DVD live de toutes les époques… histoire de satisfaire les nostalgiques ! A noter enfin un nouvel album studio en 2006 : Rapture of the Deep.

Publié dans Rock Legends

Commenter cet article

niko 30/03/2007 02:53

tre bonne bio ca fai plaisir mai 1 chose deja pour commencer le guitariste c steeve morse et non pa david .je m etonne d'1 chose c de ne jamai entendre parler de titre comme the shield lalena ou april voir mm mistreated ki fon parti des tube les plus enorme et pourtan les moin connu de deep purple tou comma le titre a expo b ki est 1 tuerie san nom ossi .moi je les ai vu hier a bordeaux(29/03/07 ) eh ben san deconner les papy y assure .kan tu pren toute la puissance du groupe malgre kil ne soi pa celui d'origine mai bon kan tu pren un mur de son pareil c impressionan les sensation ke ca procure je pensai pa quils aurai pu me procurer autan de plaisir ke lorske g ecouter pour la premiere foi le made in japan mai je doi admettre ke le pari a ete relever et pulveriser mmvoila c maigre je sai mai g voulu saluer la performance bonne nuit a tous

Systool 30/03/2007 10:17

Hello Niko! Oui, désolé pour "David" Morse, je vais remédier à cela... et sinon, malgré ton style télégraphique, je te remercie d'être passé pour nous livrer tes sensations sur ce groupe de "papy" qui sont encore en forme... j'ai vu récemment un de leurs passages à TARATATA et ça dépotait sévèrement!

Thierry 17/03/2007 15:28

Pareillement ! 
Je pense d'ailleurs refaire un petit article là-dessus, car c'est quand même une  honte cette histoire ;-)
En tout cas, j'ai remis le Gueusif dans mes liens pour te retrouver plus rapidement.
Bon week-end, docteur !
Code de confirmation : EEC (si si ... )
 

Systool 17/03/2007 15:45

Yes merci, je vais faire de même dans mes liens musicaux ;-)

Thierry 17/03/2007 13:48

Salut SysTool, comment vas-tu ?
Je connais déjà bien ton blog. Tu te'en souviens peut-être, il y a déjà près d'un an, je t'avais présenté un groupe très obscur de la fin des années 60 (It's a beautiful day) dont Deep Purple s'était plus que largement inspiré pour Child in Time. J'ai arrêté mon ancien blog, car je courais trop à la nouveauté, et ne présentais donc pas vraiment toujours ce que j'aimais. Là, je me suis recentré sur mes véritables passions !
@++

Systool 17/03/2007 13:50

Hello Thierry! ça me revient, tout à fait... Ah ben je suis content de te retrouver ;-)

CED PURPLE 21/09/2006 11:29

Hello !
Cool ton blog et cet article du DP !!
Hier j'ai vu Ritchie Blackmore à l'olympia .... MORTEL !!!! que du bonheur de voir ce montre de la 6 cordes !!
@+
CED PURPLE

Systool 27/09/2006 10:14

Hello Ced! Content que le concert de Blackmore t'ait autant époustouflé! :-D

krybaby 15/06/2006 13:07

hello!!!! bizzzz et bonne journée!!!!