COALESCE : What happens on the Road... (1999)

Publié le par Systool

Revenons aujourd'hui sur une formation originaire de Kansas City, en activité durant la seconde moitié des 90's et qui, après plusieurs années de silence radio (enfin, « radio », façon de parler), a récemment refait surface à la surprise générale de ceux qui s'en souviennent. COALESCE fait partie de ces groupes qui accumulent les tuiles comme s'il s'agissait de les collectionner. On ne compte plus les embrouilles entre ses membres, les concerts annulés, les problèmes financiers... Et pourtant, un peu à l'image de sa musique, le quartette parvient à surmonter à chaque fois ces différents obstacles et s'est taillé une place de leader du metalcore de ces dix dernières années, en compagnie de CONVERGE, DILLINGER ESCAPE PLAN ou encore BOTCH. Le dernier album en date, l'abrasif et prémonitoire Revolution in just listening comprend 9 titres et dure à peine 24 minutes (même WEEZER fait plus long), ce qui s'avère nettement suffisant pour se faire une idée de la barbarie qui anime Sean Ingram, vocaliste... enfin, le type qui hurle dans le micro, Jes Steineger (guitare) et la section rythmique, alors composée de Nathan Ellis et James DeWees.

coalesce-revolution.jpg

Rappelons que les métalleux avaient enregistré quelques mois plus tôt There is Nothing new under the Sun, un EP de reprises de LED ZEPPELIN (Black Dog, Out on the Tiles ou encore Immigrant Song y figuraient) ré-édité sous forme d'un 15 titres chez HydraHead en 2007. Le son blues-rock des légendaires anglais a contre toute attente influencé sensiblement l'approche de Steineger lors de la création de Revolution, accouché dans la douleur puisque chaque membre a enregistré dans son coin. Prenons par exemple What happens on the Road always comes Home, le titre d'ouverture traitant des avatars de la vie en tournée, où l'aliénation prend le pas sur la vraie personnalité de l'individu et le prive de ses proches. Pas d'introduction. Tout le monde démarre au quart de tour : la voix gutturale d'Ingram (plus rapide que d'habitude), les guitares furibondes et la frappe mastodontique de DeWees qui alterne entre une partie asphyxiante et une autre plus classique. Après trente secondes de concassage de tôle, Steineger nous balance en sifflotant un riff en 3/4 qui, ne serait-ce la puissante distorsion, n'aurait pas juré dans la discographie du Zeppelin, justement. S'ensuit une brève et relative accalmie dirigée par la quatre-cordes palpitante de Ellis puis un passage qui nous déchire les tympans et nous écrase l'enclume, le marteau et l'étrier, un maelström guitaristique comme seul Steineger sait en créer. Lessivé, on demande pitié et COALESCE enchaîne sur la partie plus lente décrite précédemment et abruptement coupée par des cris d'enfants, peut-être ceux-là même qui sont heureux de retrouver leur papa à la maison après des mois de tournée...

Eprouvant.

COALESCE – What happens on the Road always comes Home


A LIRE EGALEMENT...

une bio du groupe

 

 

Publié dans One Song

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Julien 21/01/2008 18:08

Coalesce au Hellfest en France! http://www.crashandbang.com/Mais il paraît que c'est un festival où l'on passe trois jours les pieds dans la merde sous la pluie à bouffer des sandwichs dégueus hors de prix...

Systool 21/01/2008 18:55

Les pieds dans la merde? C'est le genre de trucs qui plait aux métalleux, non?? :-) Très peu pour moi...

SysTooL 08/01/2008 18:46

Syco : Ah c'est sûr que ça débouche les oreilles!

Sycophante 08/01/2008 18:11

Bon groupe, parfait pour se laver les oreilles le matin ! :)
Merci pour le tuyau ! ;)

SysTooL 08/01/2008 17:41

Julien : Ben disons que j'ai fait un article biographique de COALESCE il y a de cela plus d'une année...Et pour les concerts, oui, d'ailleurs j'ai commandé le DVD live du groupe et il devrait me parvenir bientôt!

Julien 08/01/2008 17:16

Yo, tout ce que je peux dire, c'est que tu auras mis du temps pour nous parler de ce superbe album ;-)En tout cas, les concerts de Coalesce avaient l'air bien