COALESCE : When the Levee breaks (bio)

Publié le par Systool

Les Américains de COALESCE ont créé en quelques années d’activité un hardcore-metal abrasif et inspiré qui demeure l’un des témoignages les plus valides de ce style agressif. Le groupe naît au milieu des années 90 et se présente sous la forme d’un quartette avec le chanteur (beugleur ?) Sean Ingram, le guitariste Jes Steineger, Stacy Hilt (basse) et James Redd (batterie), musiciens affectionnant des compositions bruyantes et incendiaires aux rythmiques tordues et aux sonorités dissonantes. COALESCE est repéré par Earache, le label bruitiste qui compte actuellement dans ses rangs CANDIRIA et EPHEL DUATH mais qui bénéficie d’un passé glorieux puisqu’en dehors de COALESCE, d’illustres représentants métalliques tels que ENTOMBED et NAPALM DEATH ont transité par cette maison de disque.

Earache propose au groupe de ressortir un CD démo (002) de trois titres qui avait fait grand bruit dans les milieux sensibilisés et quelques mois plus tard, COALESCE collabore avec les vétérans de NAPALM DEATH pour un split-EP. Il est temps pour la bande de Sean Ingram de proposer enfin un vrai album, et c’est chose faite en 1997 avec Give them Rope, un opus violent et technique, ouvrant la voie du math-core dans laquelle s’engouffreront des groupes tels que DILLINGER ESCAPE PLAN. Une musique pesante et dévastatrice qui manque néanmoins d’un peu de variété. Suivront de nouveaux splits avec THE GET UP KIDS et BOYS SET FIRE ainsi que le deuxième album de COALESCE, l’excellent Functioning on Impatience, un brûlot de 7 titres en 20 minutes sorti chez Second Nature ! Les beuglements d’Ingram nous triturent le cortex et les cassures de rythme de la paire Ellis-DeWees (en lieu et place de la section rythmique précédente) sont absolument déconcertantes. Parmi les pistes les plus représentatives, on citera On being a Bastard et A Disgust for Details, titres qui nous permettent au passage de noter le sens de l’humour d’Ingram…

 

Quelques mois plus tard, le groupe intègre le studio de Red House et enregistre des reprises hardcore de LED ZEPPELIN, un combo qu’il adule. Quel plaisir de retrouver des classiques tels que Whole lotta Love, Out on the Tiles ou Black Dog réinterprétés par les joyeux lurons de COALESCE, qui se sont assuré les services de Matt Pryor – chanteur de GET UP KIDS – pour les refrains plus… mélodieux. Autant dire que ce There is Nothing new under the Sun vaut le détour et que de nombreux labels pointent le bout de leur nez pour signer COALESCE, un groupe prometteur qui semble un tantinet emprunté pour ce qui est de trouver une maison de disque adéquate. C’est finalement Relapse Records qui décroche la timbale et promouvra leur troisième album, le superbe Revolution in just Listening (1999). On sent que l’EP de covers de LED ZEP n’était pas innocent, tant la guitare de Jes Steineger montre des inflexions en faveur du style si particulier de Jimmy Page, ceci étant particulièrement marquant sur des titres tels que Sometimes selling out is waking up ou encore While the Jackass Operation spins its Wheels. Pour le reste, on nous sert toujours un hardcore-metal furibond et déjanté (cowards.com, Burn everything that bears our Name), mené par un Sean Ingram dévastateur et dont la voix si caractéristique s'apparente aux hurlements d'un porc qu'on égorge. Citons un autre morceau si ce n’est pour l’originalité de son titre : Jesus in the Year 2000 : Next on the Shit List.

 

 

La scission au sein du groupe intervient peu après et malgré de nombreux essais et rumeurs de reformation, il semble que COALESCE doive être considéré comme une force éteinte. Précisons néanmoins que ses membres se sont beaucoup impliqués en collaborant avec d’autres formations et que plusieurs ré-éditions de leurs éléments discographiques ont vu le jour, signe de la pérennité du groupe au sein du mouvement metal.

 
EDIT novembre 2007 : Contre toute attente, la formation de Sean Ingram a repris du service cette année avec, à la clé, une tournée, un deux-titres intitulé Salt and Passage ainsi qu'un coffret 4 DVD (No Business in this Business) contenant pas moins de 14 concerts dans leur intégralité (de 1995 à 2005) disponible sur le site du groupe...


EDIT mars 2009 : Nouvel album, Ox, prévu en juin 2009.


A VOIR EGALEMENT...

Le site de COALESCE

Le site officiel de Relapse Records

 

Publié dans Rock Classics

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Dominique 01/03/2006 19:09

Mince alors, c'est violentissime ( ? ) !!
Ah le bon vieux temps où mes oreilles encaissaient Coroner au doux moment de faire dodo...et je m'endormais comme un gros bébé, 150 décibels dans le walkman( en réecoutant mes cassettes j'ai été surpris du côté chaud de la bande magnétique, chose que n'a pas le cd....et que le saint vinyl offre à foison ) !
No more color, je crois  que c'était ça le titre d'un de mes albums favoris. 1989...purée j'étais jeune...14 ans...et ma petite soeur venait d'arrivée...
Bon j'arrête je vais pleurer. Je remet Tim Buckley, mes oreilles sont fatiguées ;)
 
Dominique
 
ps: merci encore pour cette découverte.

Systool 01/03/2006 19:14

Pauvre Dominique, le poids de l'âge commence à se faire sentir dangereusement... ;-) Tim Buckley c'est quand même plus mélodieux (si si!) Ciao

Mélie 01/03/2006 00:23

Coucou Systool !Et bien je ne connais pas mais je te fais confiance et vais essayer d'écouter ça ! biz biz et à bientôtMélie

Systool 01/03/2006 17:40

C'est assez agressif, quand même... ;-)

Bonzo 27/02/2006 20:10

J'ai découvert ce groupe grâce à toi et les jours où ça va mal et bien ça fait du bien !!!

Systool 27/02/2006 20:14

Cool, Bonzo!!!!!!!!! :-D

bagheera 27/02/2006 16:44

dsl, je suis nulle au trackback, pourtant, j'ai enregistré toute les données demandées.  j'ai pensé que tu ne l'avais peut etre pas vu,ca datait de aout. ( mon article ) Merci de me signaler que ca n'a pas marché, je n'utiliserais + le moyen trackback vu que je ne maitrise pas  : D

Systool 27/02/2006 17:24

Pour mettre un trackback, tu dois prendre l'URL trackback de mon article et entrer cet URL dans ton article (Island) avec le texte que tu veux ajouter! ;-)

bagheera 27/02/2006 13:57

 maintenant qu' Ephel duath a moins de secret pour moi, je peux me faire une idée de ce groupe " coalesce"...au nom tres obscur, tout comme leur musique...sombre...mais le metal est il sombre ou s'en donne til seulement l'apparence ? that is the question !. rien a voir mais je te mets en trackback avec cet article le lien vers mon article sur "the island" dont on a parlé. bizz, Laura

Systool 27/02/2006 15:28

Les deux, Bagh! Pas de trackback visible pour THE ISLAND... mais j'avais déjà lu cet article sur ce film, donc ça va! ;-)