THE NATIONAL : Boxer (chronique, 2007)

Publié le par Systool

Mieux vaut tard que jamais. Sorti il y a quasiment trois mois, le dernier album de THE NATIONAL trouve enfin un espace sur Le Gueusif. On avait quitté la formation de Matt Berninger avec l'excellent Alligator, qui confirmait tout le bien que l'on pensait de ces joyeux drilles à mi-chemin entre Leonard Cohen et MIDLAKE. Signés sur le brillant label de rock indé Beggars Banquet, qui compte dans ses rangs rien de moins que Mark Lanegan ou les Tindersticks, les Américains originaires de l'Ohio reviennent avec un album qui ne surprendra certainement pas ses fans, mais qui se place comme l'une des grandes réussites de l'année. Boxer, mené par la voix de baryton de Berninger, égrène 12 rounds aux atmosphères nostalgiques et aux arrangements aussi subtils que classieux.

national.jpg

Dès les premières notes de Fake Empire, on est séduit par le ton déclamatoire du chanteur, accompagné par les frères Devendorf et Dressner (tout en famille) qui tissent une mélodie sourde et entêtante, avant que la batterie ne fasse son entrée tout en contre-temps. Le premier single, Mistaken for Strangers, renoue avec les amours plus électriques de THE NATIONAL : la batterie obsédante de Bryan Devendorf tient toujours le haut du pavé, tandis que le refrain n'est pas sans rappeler INTERPOL. Brainy est introduite par des harmoniques essoufflées et des ambiances quasi new-wave ; Berninger, toujours impérial, nous conte ses vicissitudes avec une femme aussi impalpable que futée, réminiscences des grands crooners que sont Tom Waits ou Cohen. A l'instar d'un ARCADE FIRE, le quintette a opté pour des arrangements classiques sur certains titres comme Squalor Victoria ou encore Racing like a Pro, mais sans que cela prenne une tournure grandiloquante. La musique sert essentiellement à accompagner le propos du vocaliste, restant discrète et s'aventurant rarement durant plus de 4 mesures sans la voix de Berninger. On notera également la présence de Sufjan Stevens, multi-instrumentiste de talent, qui vient donner un coup de main au piano, notamment sur Slow Show et Ada.

national---boxer.jpg

Durant toute la durée de Boxer, on est entraîné par les paroles désabusées du chanteur qui font preuve d'une magnifique cohésion et qui, à l'image du refrain de Fake Empire, nous invitent dans son empire factice, fait de réveils brumeux, de rencontres improbables et de désillusions cuisantes. On retrouve en filigrane cette sensation de ne jamais être là où il faut (Green Gloves), d'être perdu, à l'abandon. Il ne s'agit clairement pas d'un album à écouter de façon aléatoire, en faisant un jogging, mais plutôt au coin d'un feu, calmement, du début à la fin. Comme le dit si bien l'ami Berninger dans Start a War,

do you really think you can just put it in a safe behind a painting, lock it up and leave?

Non, Boxer nécessite sans aucun doute une attention de tous les instants, afin de s'immerger pleinement dans les méandres hypnotiques des cordes, le rythme galopant de la batterie et les poèmes alcoolisés de son barde. Lorsque l'album s'achève avec Gospel, énième complainte déchirante de tristesse, on sait que THE NATIONAL nous a encore gâté avec un album à l'âpreté des matins qui ne chantent pas, au désespoir dont on s'abreuve pour mieux avancer.

4-5-stars-new.jpg

The National – Boxer (Beggars Banquet, 2007)
Achat sur Amazon



metacritic.jpg







A LIRE EGALEMENT...

la chronique de Nedlabs (Nevermind the Blogs)




Le clip de « Mistaken for Strangers »

Publié dans Rock

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

SysTooL 09/03/2009 17:16

Oui, et une belle constante tout au long de ce Boxer...

eelsoliver 09/03/2009 16:12

sincèrement, au début, j'ai eu un peu de mal avec National, mais au bout de plusieurs écoutes, cet album ravit les oreilles. Vraiment un groupe à découvrir.

Ophi 28/08/2007 08:15

Encore un groupe que je ne connaissais pas (ça t'étonne, pas vrai ?), et puis j'aime beaucoup l'ambiance de Fake Empire... beau travail d'arrangement... et une voix splendide effectivement, que perso je ne trouve pas déprimante pour un sou.Bises SysT !

Systool 28/08/2007 11:34

Coucou Ophi! Je trouve que la voix de Berninger et la musique sont assez déprimants sur certains titres... mais que cela n'ôte pas l'envie à certains de l'écouter! :-DMerci d'être passée

eeguab 26/08/2007 08:18

Entre Midlake et Cohen je suis plutôt preneur.Je ne connaissais pas.

Systool 26/08/2007 16:00

Il faut que tu y jettes une oreille,dans ce cas!!

G.T. 25/08/2007 14:48

J'avais un peu de mal avec leur précédent album, surtout à cause de cette voix déprimante et plombante... même problème quand j'ai écouté Boxer pour la première fois... je l'ai mis de côté pendant 2 mois... puis je l'ai réécouté, j'ai persévéré, et maintenant je le trouve formidable, cela fait un mois que je l'écoute très régulièrement et ne m'en lasse pas. La qualité des compositions est vraiment fascinante, un très bel album... 

Systool 25/08/2007 17:46

Un très bel album, c'est vrai... je le trouve moins enjoué que le précédent, qui n'était pas folichon non plus, il faut dire! Mais ça reste une très belle oeuvre qui mérite sans conteste sa place dans ta liste 2007 :-D