TOMAHAWK : Anonymous (chronique, 2007)

Publié le par Systool

Duane Denison : Bon, les gars! Vous n'êtes pas sans savoir que le dernier album de TOMAHAWK date de 2003... alors va falloir lui trouver un successeur...

Mike Patton : Ouais, pour ma part, entre les albums de FANTOMAS, PEEPING TOM et d'autres projets, j'ai pas eu deux minutes ces derniers temps...

John Stanier : Pareil pour moi... là je viens de sortir le dernier BATTLES qui cartonne...

DD : Yes, man! C'est cool... Il est où, Kevin Rutmanis, au fait?

JS : J'en sais rien...

DD : Bon, il est viré, dans ce cas...

MP (changeant de sujet) : Faudrait trouver une idée qui va marquer les esprits des gens pour ce nouveau Tomahawk...

DD : Oh pu*ain, merci Mike! Je viens d'imaginer un truc, là...

MP et JS (en choeur) : Non???

DD : Si! On va faire un album de reprises de chants indiens... j'ai pensé à ça grâce à ton histoire d'esprits et de machettes...

MP : Yes! Ca me botte bien... tu sais que j'aime les trucs un peu bizarres... je suis quelqu'un d 'ecclésiastique, en fin de compte...

JS : Eclectique, Mike, éclectique...

MP : Euh, ouais, c'est ce que je voulais dire...


Tomahawk : les Allumés de la Paix

 

Parfois un dialogue – même fictif – vaut mieux que mille explications. TOMAHAWK évoluait jusqu'à présent dans un rock sous acide, aux intonations sudistes et aux voix inquiétantes, comme on peut le constater sur Tomahawk (2001) et Mit Gas (2003). Changement de décor pour ce troisième album, baptisé Anonymous, qui contient essentiellement des titres composés de guitares lancinantes et de percussions tribales, sur lesquelles vient se greffer le chant de Mike Patton, qui passe en mode « chef de tribu » pour invoquer les grands esprits. On sait que la tradition musicale amérindienne privilégie des sons sans signification particulière, des vocables, ce dont Patton se déleste avec aisance, lui qui est un habitué des borborygmes ineptes (cf. FANTOMAS). Il ne rechigne pas à placer néanmoins quelques lignes de chant aux connotations plus occidentales, comme sur Omaha Song ou Totem. Duane Denison, également surnommé Bison Futé, n'hésite pas à nous plaquer un gros riff monocorde sur l'introductive War Song et dont le résultat sera une bonne vieille averse, histoire de rincer la crasse qui submerge la musique américaine. La plupart du temps, Denison s'illustre dans la création d'arpèges hypnotiques (Ghost Dance, Cradle Song) ou dansants (Antelope Ceremony) que John Stanier aka Sitting Bull accompagne de sa rythmique incessante. On citera tout de même la danse du scalp de Crow Dance et Red Fox, qui prend de curieuses allures de chevauchée aux confins du metal, du trip hop et de l'expérimental. Victory Song, pour sa part, n'est pas sans rappeler le chant hystérique et débridé d'un SYSTEM OF A DOWN qui aurait forcé sur l'amanite.

Le point fort de TOMAHAWK a toujours été de créer des ambiances oniriques et dérangeantes, la différence avec les autres albums étant que Anonymous ne présente pas un schéma classique avec couplets et refrains, mais plutôt une complainte qui s'étire sur toute la longueur de chaque titre, sans être pour autant ennuyeuse. Cette structure, que le groupe avait timidement esquissé en 2001 sur Narcosis par exemple, nous donne une sensation d'immersion qui est évidemment plus marquée que par le passé. Il est clair que si vous souhaitez découvrir un groupe de rock alternatif un tantinet excentrique, vous avez frappé à la mauvaise porte, ou plutôt au mauvais tipi. De même, ceux qui pensaient retrouver les missiles riffiques de Mit Gas auront la désagréable sensation de s'être fourvoyé. Denison & Cie, désireux de nous livrer une galette surprise, ont certainement réussi dans leur exercice, prenant tout le monde à contrepied et réalisant une prestation dont il sera par ailleurs intéressant de voir comment ils la reproduiront sur scène. Hugh!

4-stars-new.jpg

 

TOMAHAWK – Anonymous (2007, Ipecac Recordings) 



 

 

Pas de clip dispo pour Anonymous, alors un petit retour en arrière avec la bien nommée "Flashback" (2001)

Publié dans Rock

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Systool 25/07/2007 19:27

Yup, répondu sur ton blog

devotionall 25/07/2007 10:20

ciao!Pour répondre à ton mail, j'ai trouvé ton article sur TOMAWACK et il me plait beaucoup. Je comptais ( avec ton accord ) le publier avec bien sur lien vers ton site et te donner le crédit de l'article. Quand je dis remanier, ça signifie y ajouter deux trois trucs plus perso ou des précisions concernant l'artiste qui ne figurent pas dans ce qui est ecrit au départ. Ou bien eliminer deux ou trois trucs si c'est trop long. Voilà, donne moi le feu vert si tu veux, et je publierai dans quelques jours. merci et bonne journée ( et pour ta fidélité au blog. Plus nombreux nous seront à rédiger, mieux ce sera à la rentrée... )

Thom 01/07/2007 15:00

Oui, pour Duane Denison j'ai cru comprendre ça...Pour te répondre sur les autres projets de Patton, c'est peut-être justement parce que chacun de ces projets a un concept "personnel". J'ai l'impression que là ils se sont totalement éloignés du concept...ça me semble tellement différent de Tomahawk que je me demande à quoi ça servait de l'appeler comme ça - c'est pas comme si Patton rechignait en général à créer dix mille groupes :-)(vous êtes bien sur le Guesif, pour le débat du dimanche, ne zappez pas :))

Systool 01/07/2007 15:07

Oui, un point pour toi en ce qui concerne le fait que TOMAHAWK se soit éloigné de ce qu'ils faisaient auparavant... maintenant on peut jouer l'avocat du diable en disant : "mais finalement est-ce si éloigné du TOMAHAWK des deux premiers albums?" Certes, les paroles ne sont la plupart du temps pas en anglais, mais la voix est très tomahawkienne... pour la musique, il y a le coté arpèges, mais pas tellement les gros riffs auxquels on était habitué, c'est vrai...Si on t'avait fait écouté "Anonymous" en te disant que c'est un groupe de Patton et que tu dois deviner lequel, n'aurais-tu pas dit : "Tomahawk"?Maintenant, toute cette discussion n'ote pas le fait que tu n'aies pas apprécié l'album. Et bon, ça arrive et je n'y vois aucun problème, bien entendu. :-)Merci pour la discussion, Thom. Nous sommes si souvent d'accord que cela me fait presque plaisir de voir que de temps en temps, nous sommes en contradiction

Thom 01/07/2007 14:04

En fait...c'est le côté "chef de tribu" que tu évoques plus haut qui me pose problème...j'ai besoin d'un sens à tout ça parce que très franchement, je trouve ça très...kitsch :-( Justement le versant "rock sudiste" de Tomahawk me plaisait beaucoup, je trouvais ça presque cool de se dire que même Mike Patton avait envie à l'occasion de faire de la musique plus "normale"...or en transformant ce qui était sans doute son projet le plus accessible en espèce d'énorme truc psycho-tribale, j'ai le sentiment qu'il devient une parodie de lui-même...c'est assez difficile à exprimer, mais pour moi faire un truc original et faire un truc personnel sont deux choses très différentes..."Anonymous" est très original,  y a pas de doute. Mais je n'y trouve ni une grande profondeur ni une grande personnalité, comme si cette fois c'était le délire pour le délire, ça tournait juste à vide. Je me console en ce moment même en réécoutant le premier solo de Patton (je suppose que tu le connais).A +

Systool 01/07/2007 14:47

OK, cette fois je comprends ce que tu veux dire. Original, oui, mais ni profond ni personnel. Je ne sais pas quoi répondre. Il me semble que c'est quelque chose que l'on pourrait tout à fait dire pour un tas de projets de Patton, donc je reste étonné que cette remarque arrive uniquement pour ce troisième Tomahawk alors que tu pourrais en dire autant de FANTOMAS ou PEEPING TOM, non? Mystère. "Anonymous" a au moins le mérite de diviser. A noter cependant qu'il s'agit essentiellement du projet de Duane Denison.

Thom 01/07/2007 13:12

Disons pour faire plus soft que...je ne comprends tout simplement pas à quoi ça rime ;-)

Systool 01/07/2007 13:18

Finalement, pourquoi le groupe décide de reprendre ce genre musical?Oui, c'est une question légitime... mais je ne suis pas certain qu'une réponse soit souhaitée... en tout cas, ce n'est pas quelque chose qui m'a dérangé. C'est comme si je me demandais pourquoi il y a des samples à la Looney Tunes sur "Suspended Animation" de FANTOMAS ou des reprises de BO de films 70s sur "Director's Cut"... c'est quelque chose auquel on est habitué avec Patton, mais manifestement pas assez avec la musique en général!