SPIDER-MAN 3 : L'Ohm a régné (Sam Raimi, 2007)

Publié le par Systool


Un des aspects les plus notables – pour ne pas dire ridicules – des comics Marvel réside dans les explications pseudoscientifiques à l’origine des superpouvoirs de ses héros. Le troisième volet de SPIDER-MAN ne déroge pas à la règle. On a même droit à deux magnifiques descriptions post-nucléaires pour le prix d’une : tout d’abord un des gros méchants, le solide Flint Marko interprété par Thomas Haden Church (SIDEWAYS) qui tombe en pleine nuit, alors qu’il était en cavale, dans un accélérateur de particules contenant du sable. On vous laisse deviner la suite. Son ADN va littéralement fusionner avec la roche sédimentaire et faire de lui l’Homme Sable (Sand-Man en VO). Quant à Spider-Man (Tobey Maguire), il va passer du côté obscur de la force en raison d’un symbiote extraterrestre, sorte de blob gélatineux qui fera de lui un individu sombre et rongé par la rancune. Mais avant cela, on baigne dans une atmosphère passablement relax, pour ne pas dire irritante, où tout va pour le mieux : Peter Parker vit l’idylle parfaite avec Mary Jane (Kirsten Dunst), obtient d’excellents résultats dans sa fac de physique et une fois qu’il enfile son costume d’homme araignée, bénéficie des louanges de toute la ville de New York qui applaudit la moindre de ses interventions. En clair, ça roule pour lui. Bien entendu, son ancien meilleur ami, Harry Osborn (James Franco), lui en veut toujours un peu d’avoir liquidé son père, plus connu sous le nom de Bouffon Vert (Willem Dafoe), dans le premier épisode, mais heureusement, un choc frontal lui fera perdre la mémoire. Une aubaine ! La deuxième partie du film se révèle autrement plus sombre et digne d’intérêt puisque Spidey va perdre l’une après l’autre ses belles certitudes. Il se changera en un individu égoïste, mû par la colère et désireux de venger la mort de son oncle Ben. Finis les regards béats et le balai intra-rectal, Peter Parker roule des mécaniques, dragouille une blonde (Bryce Dallas Howard) et se vêtit en complets Gucci noirs. Sauf que Sand-Man et une autre recrue, Venom, se font particulièrement menaçants. Cela pourrait tenir au fait qu’ils ont trop écouté de heavy metal durant leur jeunesse (respectivement des solos de Kirk Hammett et les voix hurlantes de … Venom).

 


Spider-man-3.jpg


Il est évident que le réalisateur Sam Raimi (Evil Dead) a pris un malin plaisir à nous montrer une facette différente de Spider-Manet à donner cette double polarité au film qui est à la fois l’épisode le plus sombre et le plus drôle, notamment grâce au rédacteur en chef old school Jameson (JK Simmons). Il oscille sans cesse sur ce ton tragi-comique, même durant les scènes où l’araignée doit délivrer une victime ou gérer ses déboires divers. Bien entendu, Spider-Man 3 n’est pas exempt de messages bâteau et de sensiblerie, mais cela représente l’apanage du movie américain, qui plus est de super-héros. On nous rabâche donc que dans la vie, on a toujours le choix et que la vengeance, c’est pas bien. Ajoutons à cela un drapeau américain bien en évidence au moment où l’Arachnide retrouve le droit chemin en affrontant vaillamment ses adversaires et vous aurez une idée de ce genre de détails énervants qui minent la crédibilité de cette œuvre. Evidemment, ce ne sont que des broutilles, me direz-vous, et cela n’ôte rien à la beauté esthétique des cascades et à ces deux heures de pur divertissement yankee. Néanmoins, ils ne sont pas ici par hasard et contribuent à donner cette image d’une Amérique victorieuse, juste, pays de la liberté et du Bien, ce qu’elle n’est résolument pas. Reste que Spider-Man 3 est certainement plus réussi que le deuxième volet, notamment grâce à ses intrigues multiples et les contradictions qui tiraillent son personnage principal. Ceci lui permettra sans nul doute de tisser durablement sa toile au box office.

 


3-stars-new.jpg


SPIDER-MAN 3
USA - 2007
Réalisé par Sam Raimi

Avec Tobey Maguire, Kirsten Dunst, James Franco

 

Publié dans Movies

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

SysTooL 19/10/2008 09:45

Robby : les 3 volets de SPIDERMAN ne sont pas grandioses... maintenant, les goûts personnels vont créer la différence d'un épisode à l'autre... :-)

RobbyMovies 18/10/2008 20:09

ah tiens je suis à nouveau d'accord avec Mr Arkham009. Je partage tout à fait son point de vue concernant ce n°3 pour moi nettement inférieur au 2. J'ajoute que je ne suis pas fan de la série, le premier film étant pour moi très très moyen. C'est rare d'ailleurs de voir ce 3eme volet comparé positivement au précédent, mais c'est tout l'intérêt de l'exercice "blog" que de découvrir des avis différents héhé. Robby

Arkham09 17/08/2007 21:31

Bonsoir Systool,Tout à fait d'accord avec ta réponse, sauf sur Raimi, j'ai vraiment l'impression qu'il n'a pas eu (ou pas voulu avoir) toutes les cartes en main.Je pense qu'au départ l'idée d'adapter Spiderman sur grand écran a du le mettre dans un grand état d'excitation lié aux opportunités et aux audaces visuelles et esthétiques qu'autorisent de tels projets aux budgets colossaux.Malheureusement il a du en voir très vite la contrepartie: discours consensuel (et patriotique), manichéisme (pour faciliter l'identification aux héros des spectateurs) qui enlève toutes épaisseurs aux protagonistes, montage à la hache à la fois pour minimiser la durée du film (et multiplier ainsi les projections) et supprimer les scènes pouvant entraîner une classification nuisible à son exploitation en salle,...Sur les 2 premiers volets j'ai l'impression qu'il a perçu ces contraintes comme des sources de motivation supplémentaires, mais après 7 ans passé sur le projet Spiderman un certain spleen à du prendre le dessus, ce qui explique la médiocrité de ce troisième volet qui donne l'impression d'avoir été baclé, comme si il voulait en finir au plus vite avec une franchise à bout de souffle.C'est là où je pense que les studios auraient pu "rallumer la flamme" chez Raimi en lui permettant d'avoir les mains libres de A à Z, du scénario jusqu'au director's cut (après tout les 2 premiers volets avaient cartonné on pouvait lui faire ce plaisir).Alors qu'au contraire on sent bien que ce volet est le plus tiède et le plus insipide, on dira le plus formaté: avec un quota de scènes d'action, un quota de causerie romantico-sentimental (d'ailleurs peut être ce qu'il y a de mieux dans le film), un quota d'enterrement,... et on comprend vite que Raimi à lacher l'affaire et à céder aux moindres caprices des producteurs et à la tyrannie des projections-test (bien souvent un vrai assassinat en règle pour des oeuvres un peu originales).Donc sans vouloir le défendre à tout prix je dirai qu'il a des circonstances atténuantes, je pense que personne ne peut sortir indemne moralement d'une lutte de 7 ans, quotidienne, avec les studios.Passe une bonne soirée et à bientôt... :)

Systool 18/08/2007 12:00

Hello Ark! Oui, ton argumentation se tient, mais c'est sûr qu'il sera difficile de le vérifier... reste à voir si un quatrième épisode est prévu, avec ou sans Raimi, car de prime abord, le cast ne semblait pas très chaud, mais je pense que les producteurs pourraient facilement exposer des arguments convaincants à l'équipe technique et le cast...

Arkham09 16/08/2007 21:01

Je n'ai pas aimé ce film, notamment quand on le compare au numéro 2 que ( contrairement à toi) j'ai apprécié, pas immodéremment mais raisonnablement.Premier défaut: l'utilisation du numérique à outrance décridibilise pas mal de séquences de ce film, surtout les scènes d'action qui ressemblent à une bouillie de pixel , à croire que les techniciens intervenant lors de la post-prod ne connaissent pas l'anti-aliasing.Deuxième défaut: l'extrême confusion des scènes d'action. Aussi étonnant que cela puisse paraître mais un film comme ça qui  à pour unique (pour les mecs) ou principal (pour les filles) instrument marketing: la qualité de ces scènes d'action, donne l'impression d'avoir baclé celles-ci. Alors entre un boulot de post-production catastrophique et des combats "grand guignolesques", le film n'arrive pas à dégager la moindre intensité dramatique, à aucun moment on ne sent une quelconque tension... Ce volet est le plus cartoonesque et malheureusement cela lui enlève tout impact émotionnel.Troisième défaut: un film parasité par du comique de "bistrot", non seulement il n'arrive pas à faire naître le moindre suspense, la moindre intensité, mais dans les séquences où on pourrait commencer à s'investir émotionnellement dans le film, ressentir une pointe de tension, voila qu'on nous livre un gag de potache niveau maternelle, comme le sketch sur l'appareil photo en plein combat final... qu'un seul mot: pitoyable.Je me demande si Raimi n'a pas sciemment sabordé son film pour des raisons de divergences artistiques avec les studios, j'ai du mal à croire que cette oeuvre: baclée au niveau des scènes d'actions, sans intensité dramatique, parasité par des sketchs pour gamin de 8 ans, scénaristiquement prévisible... porte la "patte" Raimi.Surtout quand on compare au 2: impeccablement maîtrisé et d'une inventivité au niveau des scènes d'action rarement vue (sans que celles-ci  donnent l'impression d'être sorti d'un jeu vidéo pour Atari).Par contre pour le "côté patriotisme" du film, perso je ne l'ai pas trop ressenti, mais c'est vrai que j'ai été exaspéré tellement rapidement que je suis un peu sorti du film.PS: merci pour le "ictérique" dans la critique des Simpsons, faudra que je le ressorte dans la conversation, en même temps  pour moi c'est de la triche de ta part  ;-)Tchao Systool...

Systool 17/08/2007 11:48

Ciao Arkham! Je crois qu'on est d'accord pour ce qui est du traitement technique du film et de son humour de maternelle (la scène où la fille est en train de chuter de l'immeuble et s'accroche au téléphone), minant toute crédibilité et intensité dramatique... je ne sais pas si je l'ai dit dans ma chronique, mais j'ai eu l'impression que ce film oscillait sans cesse entre le drame et le comique sans choisir sa voie...Pour ce qui est de Sam Raimi, pourquoi ne pas dire tout simplement qu'il s'est fourvoyé plutôt que lui trouver des excuses? Le fait qu'il ait pu saboter le film ou encore qu'il ait eu des différends avec Sony ou des techniciens est une chose, mais je pense que la responsabilité est également la sienne...Merci pour ton passage, en tout cas, comme toujours très complet et intéressant à discuter

lyle 05/08/2007 23:10

Le film m'avait un peu déçu.J'ai l'impression que le director cut pour le DVD nous montrera la vraie version de Sam Raimi.Quand au patriotisme, j'ai l'impression que c'était largement ironique...

Systool 06/08/2007 11:04

Vraie version ou pas, ce spectacle m'a beaucoup déçu et j'ai trouvé un Raimi très lisse... et pour le patriotisme, je ne suis pas convaincu par ce que tu avances... mais merci, Lyle!