Haruki Murakami : Au Sud de la Frontière, à l'Ouest du Soleil

Publié le par Systool

Haruki Murakami est une idole au Japon. Pas de celles qui trônent dans les tabloids ou les émissions de télé-réalité. Cet auteur s'est imposé dès la parution de son premier roman, Ecoute le Chant du Vent, qui a reçu le prestigieux Prix Gunzo en 1979. Las de ce Japon technocrate et arrogant, il décide de s'exiler en Europe du Sud (Italie, Grèce) après la sortie de best-sellers tels que La Ballade de l'Impossible (1987) et Danse, Danse, Danse (1988), puis obtient un poste de Professeur de littérature nippone à l'Université de Princeton, dans le New Jersey. Il est cependant toujours suivi avec ferveur par ses compatriotes qui se délèctent de ses récits doucement fantastiques, mettant en scène des personnages seuls et mélancoliques. Ses « collègues » japonais lui reprochent cependant sa plume occidentalisée, lui qui n'a jamais caché son admiration pour des auteurs américains et qui a été traducteur de Raymond Carver (Short Cuts) ou encore Scott Fitzgerald. Le terrible tremblement de terre de Kobe et les attentats du métro à Tokyo (vous remarquerez l'allitération) le poussent à regagner sa terre natale en 1995.

 

murakami-frontiere.jpg


 

Trois ans auparavant paraît Au Sud de la Frontière, à l'Ouest du Soleil, roman plus « réaliste » où l'on suit Hajime, jeune garçon de la classe moyenne présentant de nombreux points communs avec Murakami : fils unique, solitaire, il aime à s'enfermer dans sa chambre pour écouter de vieux disques. Sa rencontre avec Shimamoto-San, voisine et camarade de classe mystérieuse et affublée d'une boiterie, le marquera durablement. Cependant, un déménagement va causer leur séparation et Hajime mènera de plus en plus une vie de reclus même si, une fois adulte, il fera la connaissance d'autres femmes, dont Yukiko qui deviendra son épouse alors qu'il est âgé de 30 ans. Père de deux jolies petites filles et propriétaire de deux bars jazz qui rencontrent un franc succès, Hajime a tout pour être heureux. Et pourtant l'apparition soudaine de Shimamoto-San, qu'il n'a jamais oubliée, va bouleverser son quotidien.


Contrairement à ses Chroniques d'un Oiseau à ressort ou le plus récent Kafka sur le rivage, Murakami ne décrit pas des chats qui parlent ou des personnages dotés de pouvoirs surnaturels. On retrouve néanmoins la solitude d'un homme en proie à ses sentiments, tiraillé entre la nostalgie de ses jeunes années, matérialisée par Shimamoto-San dont il ne connait finalement pas grand chose, et son existence actuelle faite de balades en 4x4 avec sa petite famille sans problèmes. L'auteur va tisser lentement sa trame, s'attardant sur les sourires, les regards et les pensées confuses d'Hajime, le tout rédigé dans une langue limpide, à la fois neutre et merveilleusement poétique. Le talent de Murakami réside surtout dans la description de ces sentiments si complexes (amour, désir et quête d'absolu) qui prennent forme dans un environnement banal et terne, de même que dans l'impression unique qu'il laisse au lecteur, celle de le frôler à peine et de remuer par la même occasion ses émotions les plus profondes.


Haruki Murakami – Au Sud de la Frontière, à l'Ouest du Soleil

disponible en français aux éditions 10/18


A LIRE EGALEMENT...

une chronique de "Les Amants du Spoutnik"


WWW...

Le site officiel de Haruki Murakami

 

Publié dans Books

Commenter cet article

Catgeisha 31/12/2007 16:35

Ah décidément, avec WKW, je suis aussi une fan inconditionnelle d'Haruki Murakami !!!Bon, vu mon pseudo, cela ne doit pas trop t'étonner, non ? ;-)Très bonne critique en tous cas !J'ai une affection particulière pour "Aud sud de la frontière, à l'ouest du soleil"...Déjà, la référence du titre...Peut-être aussi le côté très autobiographique...et puis le jazz !Je trouve aussi l'écriture de Murakami très fluide, emprunte de poésie, de sensualité et de mystère.Ses personnages, souvent confrontés à leur vide intérieur, se cognent à l'existence avec une belle et grande sensibilité.Le seul souci, si tu aimes, c'est que tu as envie de collectionner tous ses livres !!!Bonnes fêtes de fin d'année à toi ! ;-)

Systool 31/12/2007 17:07

Ca tombe bien : un nouvel article sur Murakami sera publié demain! Ce sera au sujet d'"Après le Tremblement de Terre"... :-)

Ultimo 17/08/2007 15:43

Bel article, Bon livre ... Merci  !J'ai eu un peu peur au début quand tu as commencé par : "Haruki Murakami est une idole au Japon. "Cela m'a fait pensé à : "Alain Delon est un demi-Dieu au Japon" mais ce n'était qu'une affabulation de mes neurones exacerbés ....J'avais juste lu ce livre et je vais tâcher de trouver les autres ( seul problème, les versions françaises sont chères à Montréal comparées aux éditions anglaises ... en même temps je suis curieux de voir ou plutôt de lire si  la sensibilité est aussi intense en anglais! Je vous tiens au courant si j'ai l'occasion !)Merci encore Systool !

Systool 17/08/2007 16:47

Hello Ultimo!Ah non, cela n'avait effectivement rien à voir avec le demi-Dieu Delon...

yueyin 30/06/2007 00:50

J'adore ta critique, pour l'instant je n'en suis aps tout à fait à la moitié et c'est tout à fait ça (qu'est-ce que je vais bien pouvoir écrire moi après ça :-))Kafka sur le rivage a été un authentique coup de coeur pour moi, plus que la ballade de l'impossible, pas tant à cause de côté surréaliste (les chats qui parlent mais enfin pas à tout le monde non plus) qu'à cause des personnages. Dans kafka l'auteur s'interesse vraiment à tous les personnages ce qui n'est pas forcément le cas de la ballade où seule la personalité du narrateur est vraimene explorée (remarque j'ai quand même beaucoup apprécié cette ballade !)

Systool 30/06/2007 11:37

Coucou Yue! Je note pour Kafka, qui était de toute façon dans ma ligne de mire... et j'ai hate de lire ton article sur AU SUD DE LA FRONTIERE, je suis persuadé que tu trouveras des tas de trucs à dire... ;-)A+

bagheera 10/06/2007 18:59

dans ce livre, c'est banal  à mourir de dire cela, mais c'est le titre qui m'attire et me fait rever, plus que tout le reste. ça me fait penser  à  un disque de stan getz, je sais que ça n'a rien à voir mais obn, de ce fait, ce soir je vais reecouter stan...A cause du livre auquel par ailleurs je jeterais un oeil puisqu'il merite attention ! :D

Systool 10/06/2007 19:05

En fait, le titre est en référence à une chanson que Hajime apprécie beaucoup... "South of the Border", dont je tairai le nom de l'auteur... il faut lire Murakami ;-)

Tomoe 09/06/2007 09:31

La chronique de l'impossible: je l'ai trouvé pas mal, sauf que la fin est assez perturbante. Disons que je l'ai plus aimé que la "fin du monde", la pour le coup j'ai été larguée (trop fantastique, voir SF) pour moi.Sinon, j'avais bien "Danse, danse, danse" et "la course du  mouton sauvage". enfin surtout le dernier (beaucoup de solitude)

Systool 09/06/2007 19:32

Je note tes remarques, merci Tomoe!