La Cité Interdite : sauvé par la Gong (Zhang Yimou, 2007)

Publié le par Systool

Il y a quelque chose de pourri au royaume des Tang ces derniers jours. L'Empereur (Chow Yun-Fat), fraichement de retour au bercail après une bataille forcément sanglante, retrouve sa femme (Gong Li) qui semble peu réjouie de le voir. Il faut dire que celle-ci a trouvé en Wan, son beau-fils né d'un précédent mariage de l'Empereur, une épaule à caresser et prête à la consoler. Ce dernier n'est par ailleurs pas insensible aux charmes de Chan (Li Man), une servante aussi appliquée que délicieuse. Mais le monarque n'est pas dupe : avec le concours du médecin impérial - dont Chan est la fille - il va tester les vertus « démentielles » du champignon noir sur sa pécheresse de femme qui, pensant recevoir chaque jour un médicament pour soigner une prétendue maladie, va voir ses facultés mentales décliner lentement. L'arrivée du prince Jai (Jay Chou) remettra peut-être les choses en place.



"- Il a pas l'air bon, ce jus de champignons, chéri!
- Mais si... il est délicieux, et c'est moi qui l'ai préparé en plus!"


 

Le décor de La Cité Interdite est planté. Cette nouvelle fresque historique de Zhang Yimou, après Héro et Le Secret des Poignards Volants, reprend les bases du wu xian pian, le film de sabres traditionnel chinois. Le réalisateur nous dépeint les couloirs calmes et fastueux de la cité impériale, ses manigances et ses trahisons. Avec un rythme de sénateur, il va tisser cette intrigue sur fond de secrets familiaux et de rapports de force. Magnifiquement mise en scène (malgré les images de synthèse pour certains plans larges), cette épopée bénéficie surtout de l'excellente prestation des acteurs, parmi lesquels on citera en premier lieu Gong Li, tant elle passe avec aisance d'une attitude contenue à une rage folle, explicitant à merveille cette flamme qui brille sans cesse dans ses yeux noirs : le désir de renverser son despote de mari. A l'image des ninjas, les scènes de combat sont filmées avec efficacité et sobriété, même si plusieurs hectolitres d'hémoglobine couleront lors de cette lutte impitoyable. La bande originale, quant à elle, est tout à fait à l'image du film, se partageant entre des atmosphères feutrées mais toujours tendues, et des séquences plus grandiloquantes et héroïques. On saluera enfin le soin avec lequel ont été conçus les costumes, ce qui a valu plusieurs récompenses à La Cité Interdite.

Sans révolutionner le genre, Zhang Yimou nous livre un nouvel épisode brillant de l'histoire millénaire de la Chine impériale, où l'éternel respect des traditions et l'honneur cotoient, pour le meilleur et pour le pire, la soif de pouvoir et d'auto-détermination.


 

La Cité Interdite (Curse of the Golden Flower)
Chine – 2007
réalisé par Zhang Yimou
avec Chow Yun-Fat, Gong Li

Publié dans Movies

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Systool 29/07/2007 15:44

Tout à fait, Osmanthe! Mais à vrai dire, il y a moins de combats que dans un film comme TIGRE ET DRAGON

Osmanthe 29/07/2007 15:28

Ce film a à l'air assez sympa pour ceux qui aiment les combats en rafale.

bib 10/05/2007 18:20

salut!

j'ai bien apprécié ce film dont l'esthétique est incroyable, un vrai régal pour les yeux! ça vaut la peine de le voir sur grand écran.

Systool 10/05/2007 19:41

Oui, manifestement tu avais oublié qu'on l'a vu ensemble... ça fait toujours plaisir d'être transparent ;-)

Logan 03/05/2007 00:26

La bande annonce m'avait alléché, mais j'ai pourtant été très déçu par ce film.
Pour commencer par les bons points, il faut bien admettre que c'est une grosse claque visuelle : les décors et costumes sont à tomber, et encore magnifiés par l'utilisation quasi-constante de courtes focales extrêmes. Les quelques séquences de combat mettant en scène les assassins sont magnifiques et bluffantes.
Mais au-delà de cet aspect visuel faste, le fond blesse : l'histoire se veut un drame shakespearien, mais au final tout est tiré par les cheveux, et surtout d'une loooooongueur incroyable...
Les assauts des différentes armées sont ridicules : trop rapide, trop soft, trop de très vilaine 3D...
Je trouvais très intéressantes les différentes recherches esthétiques entreprises par Yimou sur ses deux films précédents, mais là je n'adhère plus du tout...

Systool 03/05/2007 12:59

Je suis plutôt d'accord avec toi, Log! Les longueurs scénaristiques et certains plans 3D malheureux font partie des défauts que j'ai également noté...A+

Myosotis 18/04/2007 08:12

Et bien moi j'ai pas aimé...

Je me suis laissée tenter après différentes critiques du même genre que la tienne.
Quand on est rentré dans la salle avec ma cousine, on était 4 dans la salle. C'est là que je me suis dit : "oups"

Bon c'est vrai le fait que j'ai été obligée de le voir en VF (chose que je déteste habituellement) arrange pas du tout le film. Toute l'ambiance est massacrée du coup : les crieurs, le jeux des acteurs...etc.
Mais sinon j'ai pas franchement trouvé les personnages intéressants. J'ai trouvé que le film s'étalait beaucoup sur des trucs sans importance et qu' à la fin on avait l'impression qu'il manquait des éléments, des observations du comportement psychologique des personnages. Quasiement tous les éléments sont donnés dans les premières minutes du film, pourquoi s'étendre sans rien apporter de nouveau ? Dans ce cas il aurait fallu développer une autre facette...
Enfin j'en sais rien. Ce qui est sûr aussi c'est qu'un bon nombre de codes m'échappent. Ma culture asiatique est très (très) réduite. Du coup j'avais un peu l'impression de me retrouver soit au Moyen-Âge avec les veilleurs de nuit, soit à Versailles avec l'Etiquette.
Côté combats, ba j'aurai aimé un peu plus d'arts martiaux peut-être. Je trouve qu'ils sont baclés. Très manichéens : or VS noir ou gris, Gentil VS méchants, la famille princière VS les autres. Ce sont les seuls qu'on voit se battre (pour ça le film n'a pas du coûter trop cher en figurants), c'est un peu lassant que tout tourne autour d'un même nombril. Le seul personnage extérieur (quoi que), l'ancienne reine, est bien vite éliminé avant que le film n'est pu exprimer son potentiel de "rafraîchissement" du film. Je sais pas si c'est bien clair tout ça ! ;-)

Enfin je sais pas si je vais garder ça en mémoire très longtemps, j'avoue que j'attends autre chose du cinéma asiatique...

'fin voilà quoi ! ;-)
Bonne semaine ! :D

Systool 18/04/2007 20:09

Hello Myo! Merci pour ton commentaire extensif... je suis d'accord avec toi sur le côté lent du scénario (d'où mon "rythme de sénateur") et je comprends ta déception par rapport à l'approfondissement des personnages! J'ai moins trouvé cet aspect "manichéen" car finalement, pourquoi les "dissidents" seraient les gentils tandis que le roi un salop? Au contraire, je trouvais que les valeurs étaient brouillées!A+ et merci du passage!